Elections : l’ESR en rase campagne ?

En ces temps de campagnes présidentielle et législative, les candidats sont traditionnellement interpelés par les agents qui composent les différents champs qui composent le monde social. Si l’éducation apparaît à raison comme l’un des thèmes en haut de l’agenda politique, l’enseignement supérieur et la recherche en particulier semblent rester dans l’angle mort. Pour tenter de remédier à cette situation, différentes organisations du secteur ont lancé un appel commun envers les candidats à la magistrature suprême le jeudi 23 février qui revient et conteste les (profondes) transformations en cours comme autant de régressions dissimulées sous des mots d’ordre modernistes (« autonomie », « excellence », etc.) et avance 10 propositions de réformes. Vous pouvez lire cet appel et éventuellement le signer à l’adresse suivante :  http://appel-enseignement-sup-et-recherche.fr

Précarité dans le supérieur : maintenant, le blog

Après avoir publié en 2010 un rapport de recherche puis un ouvrage aux éditions Raisons d’Agir en avril dernier sur ce thème trop méconnu (sauf des intéressé-e-s – dans tous les sens du terme…), le collectif P.E.C.R.E.S. (Pour l’Étude des Conditions de travail dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche) vient de lancer un blog destiné à recueillir les récits, témoignages et analyses de la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche. Alors que le phénomène ne cesse de progresser discrètement, l’objectif de ce blog est de permettre aux personnes concernées de faire part de leur expérience, dans le but simultanément de faire ressortir les traits communs à ces situations en même temps que  leur diversité, selon ses initiateurs.

 

 

Statut des vacataires : un coup d’arrêt à Strasbourg ?

A la fin du mois, le Tribunal administratif de Strasbourg a rendu un arrêt important concernant la  conclusion à répétition de contrats à durée déterminée de certains enseignants vacataires employés par l’Université de la capitale alsacienne. Elle considère ainsi qu’une certaine ancienneté (6 ans) justifie la conclusion de contrats à durée indéterminée, conformément à l’esprit de tels contrats. Un jugement important qui remet en cause la jurisprudence du Conseil d’État en la matière et, évidemment, la précarité sur laquelle s’est aujourd’hui institutionnalisé le fonctionnement de l’enseignement supérieur, mais qui ne suffira sans doute ainsi pas à résoudre les contradictions en jeu. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de la section du Snesup-FSU de l’Université de Strasbourg qui a suivi ce jugement, ainsi que la réponse du président de cette dernière, suivi d’une nouvelle réponse de ce syndicat. N’hésitez pas à participer au débat par vos témoignages ou opinions sur le sujet !

Licence : arrêté de mort (symbolique) ?

Le projet de « réforme » de la licence continue d’avancer. Le 12 juillet dernier,  le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER ) a approuvé le projet d’arrêté, qui n’est pourtant pas sans soulever un certain nombre de questions. et d’en laisser un certain nombre d’autres, cruciales, en suspens. Qu’il s’agisse de l’insertion professionnelle des futurs diplômés, des modalités de contrôle de connaissances, de la substitution de ces dernières d’ailleurs par des « référentiels de compétences », ou encore du socle d’heures minimales, les points d’achoppement sont nombreux, comme le relève Pierre Dubois sur son blog « Histoires d’Université« . Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller lire les quelques billets qu’il a consacré à cette question depuis fin juin.

Zadig et la destinée de l’économie

Comme l’a bien décrit Frédéric Lebaron, la crise économique actuelle est aussi celle de la pensée économique. Aussi, après la création de l’AFEP (Association française d’économie politique) et du collectif des « Économistes atterrés », voici une nouvelle initiative pour souligner la nécessité de réenchâsser l’économie dans les sciences humaines et sociales.

Initié par Ai-Thu Dang (MCF, Université Paris 1), Christine Erhel (MCF, Université Paris 1), Jérôme Gautié (Professeur, Université Paris 1), Sophie Harnay (MCF, Université Paris Ouest Nanterre), Hélène Raymond (Professeure, Université Paris Ouest Nanterre) qui l’ont baptisé d’après un conte voltairien cher à l’actuel secrétaire d’État au commerce et à l’artisanat, celui-ci vient ainsi de publier une lettre ouverte à sa collègue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, que nous reproduisons ci-dessous avec leur autorisation.

Continuer la lecture de Zadig et la destinée de l’économie

Précarité à la vitesse « supérieur » : le temps « presse »

Une fois n’est pas coutume, nous relayons une annonce d' »événement » : lundi prochain, 20 juin, l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche organise une conférence de presse sur la précarité dans ce secteur. Celle-ci se tiendra à partir de 14h dans l’amphithéâtre Moissan de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris (11, rue Pierre et Marie Curie, dans le 5e arrondissement de la capitale).

La conférence se déroulera en deux temps : d’abord la présentation de l’ouvrage Recherche précarisée, recherche atomisée (Raisons d’Agir, 2011) par deux membres du bien nommé collectif PECRES (Pour l’Etude des Conditions de Travail dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche), puis un débat avec la salle sur ce thème et les solutions envisageables pour inverser la tendance.

Reste à savoir comment les journalistes rendront compte de ce rendez-vous sur une thématique qu’ils connaissent également de très près…

C’était inscrit…

Un an après la révocation du président de l’Université de Toulon, une nouvelle affaire de trafic d’inscription vient d’être mise à jour à l’Université de Paris 13-Villetaneuse, impliquant une fois de plus des étudiants venus de Chine, comme le relate le blog de la rédaction du « Monde éducation », le bien nommé « Peut mieux faire« . Suspendu pour 3 ans par le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche, le responsable de ce trafic a d’une certaine manière mis en application le contenu de ses enseignements puisqu’il est maître de conférences en…gestion ! Mais au-delà de cet aspect ironique, on peut se demander jusqu’à quel point cette nouvelle sorte de déviance n’est pas la conséquence logique de l' »autonomisation » des universités, à commencer par la montée en leur sein d’une injonction à l’internationalisation.

Sur le même blog, on lira également un autre billet récent concernant l’abandon par le Ministère de l’Emploi de sa tutelle sur le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) qui pourrait intervenir dès 2013, avec pour conséquence première une baisse drastique des budgets de l’établissement. Une décision qui peut apparaître peu cohérente à une période où l’insertion professionnelle des jeunes est érigée en préoccupation centrale.

De bon conseil ?

Les consultants s’immiscent décidément partout, sitôt qu’une source de profit paraît. Nouveau terrain de chasse (au profit) pour les cabinets de conseil : l’Université. Après plusieurs ballons d’essai, voici que la manne – 22 milliards d’euros- des « Investissements d’avenir » a résolument institué l’entrée de ces derniers et de leurs méthodes aux procédures standardisées dans l’enseignement supérieur et la recherche. Cela non sans générer un certain nombre de tensions entre cultures professionnelles difficilement moins compatibles. Et à l’heure où on ne cesse de prôner une utilisation raisonnée des deniers publics, apportent une nouvel élément au dossier problématique des « partenariats public-privé ».

A lire le dossier que consacre à ce phénomène en expansion le blog « Educpros« .

La CPU signe une convention avec le Medef

Mardi 23 novembre dernier, Lionel Collet, président de la Conférence des présidents d’Université (CPU) a signé une convention avec son homologue du Mouvement des entreprises de France (Medef) à l’occasion de la rencontre intitulée « Nos quartiers ont du talent ». Le texte poursuit l’institutionnalisation des partenariats locaux entre les établissements universitaires, comités régionaux de l’organisation patronale et fédérations professionnelles, suite à l’accord-cadre du 22 juin signé entre Mme Parisot et les ministres respectifs de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Éducation Nationale, Valérie Pécresse et  Luc Chatel, et érige en priorité l' »insertion professionnelle des jeunes ». Parmi les autres thèmes abordés : l' »employablité », la « mobilité », l' »entrepreneuriat », la « gouvernance », le rôle des fondations privées,…

Les financements par contrats alimentent la précarité

« La mise en place du « contrat doctoral » et de la LRU accentue la précarité des jeunes chercheurs et s’accompagne de sérieuses entorses au droit du travail universitaire ». Tel est le constat qu’établit L’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) dans un communiqué qu’elle vient de rendre public et que nous reproduisons ici. Celui-ci en appelle les agents concernés à assumer leurs responsabilités, collectives bien entendu…

Continuer la lecture de Les financements par contrats alimentent la précarité