Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

On pensait qu’après le scandale déclenché l’année dernière par les auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie), puis l’affaire de plagiat impliquant Ali Aït Abdelmalek, son premier vice-président, Claude Dubar s’était demandé dans un long billet : « Comment en est-on arrivé là ? » La formulation de la question laissait penser qu’il n’était guère possible de tomber plus bas. Et on pouvait croire que les membres de la 19ème section rescapés de ce naufrage feraient profil bas…

Erreur ! Il était en fait possible de faire pire. La rumeur courait depuis quelques jours d’une nouvelle vague d’auto-promotions parmi les professeurs siégeant dans la 19ème section. Cette déclaration, publiée ce soir par cinq de leurs collègues, le confirme…

Fin de CNU : déclaration d’élus et de nommés

Membres élus et nommés en janvier et février 2010 dans le collège A de la section 19 « Sociologie – Démographie » du CNU, nous sommes aujourd’hui parvenus en fin de mandat et souhaitons, à cette occasion, faire part de nos regrets après la journée d’examen des candidatures à la promotion des professeurs des universités qui s’est tenue ce vendredi 20 mai 2011.

Alors que les membres d’une section du CNU ont la possibilité, s’ils sont candidats à une promotion, de ne l’être qu’au niveau local et non au niveau national, il a été impossible, en 2011 comme en 2010, d’obtenir que les professeurs de la 19ème section adoptent unanimement une telle pratique.

Ainsi, après que, en 2010, deux candidats de rang A, membres du CNU, ont été promus à la première classe des professeurs sur le contingent national, il en a été de même, en 2011, pour un autre candidat de rang A, également membre du CNU. En outre, alors qu’au total 19 candidats se présentaient pour une promotion au premier échelon de la classe exceptionnelle des professeurs, ce sont deux des quatre possibilités de promotion, soit la moitié, qui sont revenues à des membres du CNU en exercice.

Si l’une ou l’autre de ces promotions peut peut-être se justifier sur les plans scientifique et universitaire, l’ensemble qu’elles forment – cinq promotions de professeurs, siégeant au CNU, en deux ans et sur le contingent national – ne peut que continuer à jeter l’opprobre sur de telles pratiques et porter ainsi ombrage à la reconnaissance scientifique de la sociologie et de la démographie.

Nous formons donc des vœux sincères pour que la future section 19 du CNU adopte et fasse respecter des pratiques moins ambigües en matière d’examen des candidatures universitaires, au sein du corps des professeurs comme au sein du corps des maîtres de conférences, pour la qualification aux fonctions de professeur des universités et les promotions dans la classe supérieure des deux corps. Nous regrettons aussi l’absence de règles déontologiques formellement énoncées qui seraient relatives aux candidatures des membres du CNU.

Le 24 Mai 2011

Christophe Bergouignan, Virginie De Luca Barrusse, Marc Leroy, Daniel Réguer, Louis-André Vallet

NDLR : cette prise de position, valeureuse sinon en soi, du moins par comparaison avec le silence des autres membres de la section, fait preuve, en n’indiquant pas les noms des collègues à la fois promus ET membres de la section, d’une pudeur probablement excessive. Nous réparons ce qui n’est probablement qu’un oubli de leur part : ce sont Francis Farrugia et Jean-Bruno Renard, membres élus, qui ont cette année la chance d’être promus à la première classe exceptionnelle.


4 réflexions au sujet de « Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser »

  1. Vous, vous allez avoir de gros problèmes: « Francis Farrugia est par ailleurs ceinture noire de l’école japonaise d’art martial Shoto Kan, et a dispensé pendant plusieurs années un enseignement dans cette discipline » (wikipedia)

  2. Il y a beaucoup de questions sur la légitimité de maintenir un CNU récent, qui a permis de taire les estimations des docteurs en demande d’emploi, ils sont très nombreux, et ne savent plus s’orienter, reprendre confiance. Il y a plus de souffrances ici que je n’en ai vu dans les secteurs de fortes pressions des grandes entreprises.
    Il est intéressant d’ouvrir cette réflexion et le dilemme existant entre l’un des plus haut niveaux de formation française et le concours qui n’entre pas dans la définition de « l’égalité des chances ».
    Votre franchise et les témoignages sont très courageux, et j’espère qu’ils trouveront entendeur.

  3. Bonjour,Ce qui est complètement illogique c’est le fait qu on nous a répété pendant longtemps qu’il fallait encadrer et attirer les étudiants en thèse et chercher des bourses et de bons étudiants et le jour J où on a 5 ou 6 étudiants à encadrer en thèse, les critères changent et l’encadrement devient un point de détail dans l’évaluation pour l’attribution de la prime. Je pense qu un passage doux entre les deux primes (PEDR >PES) aurait été plus judicieux afin que les enseignant-chercheurs aient le temps de s’adapter car, une fois les thèses débutées, il est impossible de lâcher ces étudiants dans la nature pour prendre des responsabilités autres. Ma remarque est basée sur du vécu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *