Nouveau programme de 2nde : où est passé le S de SES ?

Dès la rentrée 2010,  les élèves de seconde devraient désormais suivre au moins un enseignement entre sciences économiques et sociales et « économie appliquée à la gestion ». A cette alternative préoccupante vient de s’ajouter une autre source d’inquiétude pour les sciences sociales : le programme de sciences économiques et sociales vient d’être modifié pour cette même classe de seconde, faisant la part belle à la microéconomie au détriment des sciences sociales.

L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES), qui organise à partir d’aujourd’hui une semaine pour défendre sa discipline a diffusé hier un commmuniqué de presse que nous reproduisons ci-dessous. A noter également sur le site de l’association une comparaison éloquente de l’ancien et du nouveau programme qui met en évidence les notions qui apparaissent et celles qui disparaissent…

« Par qui et pour qui a été fait le nouveau programme de SES de seconde ?

Le Ministère vient de communiquer aux éditeurs le projet de nouveau programme de sciences économiques et sociales (SES) de seconde. Ce projet de programme réoriente profondément les finalités de l’enseignement de SES.

1. Un programme qui gomme systématiquement les enjeux économiques et sociaux contemporains

Le Ministère a choisi délibérément d’évacuer du programme de SES proposé en classe de seconde la plupart des questions de société qui y étaient abordées jusqu’à présent : suppression des questionnements sur l’emploi et le chômage, sur l’investissement, sur les revenus et les inégalités ou encore sur les transformations de la famille au profit de questions sur l’épargne, la fixation des prix (y compris du prix d’équilibre) dans une perspective positiviste et monolithique de l’économie. Taire les questions de société, c’est renoncer à la dimension citoyenne que véhiculent tous les enseignements généraux du lycée et faire perdre à l’enseignement des SES ce qui fonde son succès depuis plus de 40 ans. Le parlement avait tenté de faire enseigner les « aspects positifs de la colonisation » en Histoire-Géographie, le Ministère souhaite-t-il faire enseigner les « aspects positifs de l’économie » en SES, bref une « économie Bisounours » ?

2. Un programme qui marginalise les autres sciences sociales

Les entrées sociologiques du programme sont réduites à la portion congrue et placées à la fin. Or, le document diffusé par le Ministère précise qu’il faudra traiter « au moins les 10 premières questions ». Compte tenu de sa lourdeur, les autres sciences sociales deviennent de facto optionnelles au profit d’un enseignement désincarné d’économie fondamentale. Le ministère relègue la sociologie, l’anthropologie, la science politique au rang d’accessoires alors même que ces disciplines permettent aux lycéens de prendre du recul et donc de mieux comprendre des éléments essentiels de leur environnement quotidien comme la famille, l’école, les médias. Après avoir pourtant rendu un vibrant hommage à Claude Lévi-Strauss, Luc Chatel souhaite-t-il donc à ce point « cacher ces sciences sociales qu’il ne saurait voir » ?. Mais le sort réservé à l’économie n’est pas pour autant plus enviable. C’est une présentation de l’économie atemporelle sans hommes ni institutions, une économie réduite à des courbes, dérivées, élasticités et autre prix d’équilibre. Le Ministère souhaite-t-il vraiment que les lycéens puissent disposer des moyens de se repérer dans l’actualité économique et sociale dans laquelle ils baignent à travers les discussions de famille et la télévision ?

3. Un programme inadapté à des élèves de 15 ans qui découvrent un nouvel enseignement

Ce programme démontre une fois de plus que contrairement à ses déclarations, les questions pédagogiques sont loin d’être une préoccupation pour le Ministère. Nous avions déjà pu observer cette contradiction entre la communication et les actes lorsque le Ministère, tout en affirmant haut et fort qu’il souhaitait élever la culture économique des Français, avait commencé par réduire à la portion congrue le volume horaire de l’enseignement de SES (90 minutes par semaine seulement et suppression du travail en groupe réduit) ! Mais le choix des notions que le Ministère considère qu’un élève de seconde, doit apprendre en priorité est aussi éloquent :

- Sur le thème de la consommation, les élèves seront censés se passionner pour la notion « d’élasticité-prix », tandis que dans le même temps, on leur refuse de parler de pouvoir d’achat
- Sur le thème de l’entreprise, ils devront découvrir les joies des « constructions des courbes de coûts » tandis qu’il leur sera interdit de parler d’innovation ou de la distinction entre chiffre d’affaires et profit
- Sur le thème du marché, on préférera leur parler de la construction du « prix d’équilibre » plutôt que de ce qu’est une « économie de marché » qui nécessite un ensemble de « règles » que les acteurs doivent respecter.

On demande à des lycéens venant de quitter le collège d’aborder l’économie par l’apprentissage d’outils abstraits. C’est l’idée que l’on fait découvrir et aimer la musique par la répétition préalable des gammes. Or, pour qui connaît le public lycéen, a fortiori en seconde, c’est raisonner à l’envers. C’est au contraire parce qu’on part des questions contemporaines qui font sens pour les lycéens que ces derniers consentent à fournir l’effort nécessaire pour assimiler des outils. Voudrait-on réduire l’attractivité des SES et de la série ES que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Si la confection de tout programme est une succession de choix, le Ministère a préféré imposer les siens, au détriment même du travail réalisé par le groupe d’experts qu’il a pourtant lui-même constitué. On en vient à croire que le programme était déjà écrit. Cette façon de procéder est proprement inacceptable.

En conséquence, l’APSES appelle les professeurs de SES à exprimer leur refus de ce programme démesuré, inadapté et dénaturé lors de la consultation organisée par le Ministère à partir du 8 février. Si le programme n’était pas profondément remanié, et l’horaire alloué augmenté (pourquoi nombre d’enseignements d’exploration ont 3h ?), l’APSES se verrait dans l’obligation d’appeler les collègues à la désobéissance citoyenne et à ne pas appliquer ce programme à la rentrée 2010. Elle appelle d’ores et déjà tous les citoyens à se mobiliser lors de la semaine d’action pour les SES à compter du lundi 25 janvier, et à participer à la manifestation du 30 janvier pour exprimer ce refus d’une réforme qui marginalise et dénature les SES. »

Contacts : Président : Sylvain DAVID sylvain.david3@free.fr / 06 75 81 40 37
Vice-présidente : Marjorie GALY marjorie.galy@wanadoo.fr / 06 62 22 04 35
Secrétaires généraux : Renaud CHARTOIRE – chartoire@aol.com Rémi JEANNIN – jeannin.remi@gmail.com


3 réflexions au sujet de « Nouveau programme de 2nde : où est passé le S de SES ? »

  1. courage les amis, faut rien lacher, si vous lachez, tout va se défaire derrière vous.

    SES = discipline d’émancipation!

    (un ex élève de term b)

  2. Je pense au contraire que certaines de ces réformes sont salutaires. Imaginerait-on justement de demander à des élèves d’interpréter l’oeuvre de Bach et de donner leur avis sur les différentes interprétations de celle-ci sans s’assurer qu’ils disposent du bagage musicologique nécessaire à un débat intéressant?

    Le même raisonnement s’applique à l’économie. Pour pouvoir parler du chômage, n’est-il pas intéressant de connaitre les bases de l’économie, c’est à dire la notion de prix d’équilibre? Comment rendre compte d’un phénomène de surplus comme le chômage lorsque l’on ne connait pas le raisonnement qui gouverne la décision d’embaucher des gens?

    Le « questionnement » n’a de sens que lorsque l’on a les outils nécessaires pour le mener à bien. Sinon, on en reste au niveau du café du commerce! Un des grands problèmes de la société française est que la population ignore tout de l’économie, alors justement que, lors des élections, les enjeux semblent être principalement économiques (pouvoir d’achat, etc.). N’est-il dès lors pas salutaire pour l’Éducation Nationale de remplir une de ses missions de base, c’est à dire éduquer des futurs citoyens en leur donnant les bases nécessaires à la compréhension des phénomènes économiques?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *