Auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU : les faits

Au début de l’été, Agora s’était fait l’écho des curieuses pratiques d’auto-promotion dont ont bénéficié certains membres de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie) et des protestations qu’elles ont suscitées. Tandis qu’il y a quelques jours, nous apprenions la démission de 11 des membres de la section en protestation contre ces pratiques un débat s’engageait sur leur caractère exceptionnel, sinon inédit, ou au contraire ancien. Plutôt que d’en rester aux rumeurs, nous avons voulu procéder à une mesure aussi précise que possible des pratiques d’auto-promotion au sein de la section « Sociologie, démographie » du CNU pour la décennie écoulée : c’est le résultat de cette mesure que nous soumettons ci-dessous à vos commentaires…

Au total, au cours des 12 années de la période sur laquelle nous avons pu rassembler les données[1], il y a eu 26 « auto-promotions » au sein de la 19ème section du CNU. Mais on peut immédiatement restreindre le champ de l’analyse aux seules auto-promotions à l’intérieur du corps des professeurs : les autopromotions au sein du corps des maîtres de conférences, au cours de la période 1998-2009, sont en effet restées parfaitement exceptionnelles, puisqu’il n’y en a eu, en tout et pour tout, que 4 en 12 ans. Une maître de conférences membre du CNU m’a fait remarquer que, pour être tout à fait honnête, les maîtres de conférences ont moins de risques de se laisser tenter par l’auto-promotion que les autres, surtout depuis la suppression de la première classe, dans la mesure où la promotion à la hors-classe est presque inaccessible à la majorité d’entre eux car elle demande une ancienneté importante. Il n’en reste pas moins qu’à ce niveau, il n’est peut-être pas impossible que les promotions des maîtres de conférences membres du CNU aient été en nombre plus faible qu’attendu selon la logique normale d’avancement des carrière (c’est-à-dire en proportion plus faible que parmi les non-membres du CNU).

Comment les 22 auto-promotions restantes, au sein du corps des professeurs, se distribuent-elles dans le temps ? Autrement dit, puisque c’est en bonne part à cette question qu’il s’agissait de répondre, les auto-promotions de cette année, qui ont tant fait scandale, atteignaient-elles un niveau inhabituel, comme l’ont affirmé les protestaires ? Ou bien s’inscrivaient-elles dans un mouvement beaucoup plus ancien d’auto-promotion au sein du collège des professeurs de la 19ème section, comme l’ont prétendu plusieurs de ceux qui n’ont pas voulu s’associer à cette protestation, voire l’ont condamnée ?

Dans un récent courrier sur la liste de l’Association des sociologues enseignants du supérieur, qui est le théâtre d’un intense débat autour de cette affaire depuis le mois de juin, François Vatin suggérait que la « bonne statistique » à examiner était celle de la proportion de membres du CNU auto-promus. En réalité, dans le tableau ci-dessous, plutôt que de calculer des taux, nous avons simplement reproduit des effectifs, sachant que sur l’ensemble de la période analysée, l’effectif de la 19ème section du CNU a été constant (18 professeurs et 18 maîtres de conférences). On a, cela dit, ajouté le nombre total de promotions (internes et externes) dans le corps des professeurs, pour donner un point de comparaison permettant de mesurer l’importance de la part prélevée par les auto-promotions sur le contingent total des promotions :

cnu

Comme ont peut le voir dans ce tableau, le nombre d’auto-promotions en 2009 constitue bien une exception et un record sur l’ensemble de la période : il n’était encore jamais arrivé, au cours des 12 dernières années, que 5 membres du CNU soient promus dans le corps des professeurs au cours de la même année. A lui seul, ce fait, par son caractère remarquable, et effectivement totalement inédit, suffit à expliquer et justifier les protestations et les démissions qui ont suivi.

Cela dit, comme le faisait remarquer François Vatin dans le même courrier, la bonne mesure de l’importance des auto-promotions consisterait non pas à analyser le taux d’auto-promotion annuel, mais le taux d’auto-promotion sur l’ensemble d’une mandature, puisque les membres du CNU disposent effectivement des 4 ans pour s’auto-promouvoir. Mais le problème ici, c’est qu’on ne dispose de données complètes que pour les mandatures 2000-2003, au cours de laquelle il y a eu 7 auto-promotions de professeurs, et 2004-2007, au cours de laquelle il y a eu 6 auto-promotions. En toute rigueur, il faut donc se contenter de comparer les deux premières années de chaque mandature, pour pouvoir inclure les auto-promotions incriminées cette année dans l’analyse : il apparaît alors que celles-ci, toujours au nombre de 5 donc, constituent toujours bien un record… toutefois égalé au cours des deux premières années de la mandature 2000-2003, où il y eu également 5 auto-promotions de professeurs.

On peut enfin préciser le constat en indiquant que la dernière campagne se distingue aussi, cette fois sans équivalent, par le nombre de professeurs auto-promus à la classe exceptionnelle (échelon 1 ou 2), puisqu’il y en eu 3… soit la totalité des promotions dans la classe exceptionnelle de cette année, alors qu’auparavant, il n’y avait jamais eu plus d’une auto-promotion dans la classe exceptionnelle à la fois. Autre « première » réussie cette année par les professeurs de la 19ème section du CNU : l’auto-promotion d’un des leurs au deuxième échelon de la classe exceptionnelle. Cela n’était jamais arrivé auparavant, ou pas du moins au cours des 11 années précédentes…

Dans ce dernier cas comme dans quelques autres, on pourrait bien sûr objecter que cela est dû à l’exceptionnel mérite scientifique des collègues ainsi promus. C’est d’une certain façon la prudence dont faisait preuve François Vatin dans le courrier déjà évoqué plus haut, quand il proposait de rapporter ces tendances à l’auto-promotions au pourcentage de promotions dans l’ensemble du corps correspondant au cours de la même période (par exemple en prenant son effectif en début de période). La prudence est en effet ici de mise, et permettrait au moins de déterminer un niveau « normal » d’auto-promotion (et abstraction donc faite des considérations déontologiques qui pourraient conduire à interdire tout simplement cette pratique). Cela dit, la précaution est sans doute un peu inutile en première approximation en tout cas, tant on voit bien que les proportions d’auto-promotions observées au sein du collège des professeurs du CNU sont vraisemblablement beaucoup plus élevées qu’attendu : en effet, pour que le taux de promotion dans le reste du corps des professeurs atteigne le niveau d’auto-promotion de la dernière campagne (5 professeurs membres du CNU sur 18, soit 28%), il faudrait en effet – simple règle de trois – qu’il n’y ait en France que 36 professeurs de sociologie. Il me semble bien qu’il y en a un peu plus, mais je suis évidemment preneur des données précises qui permettraient de calculer exactement le rapport, en la matière, entre taux observé d’auto-promotion, et taux théorique (sous l’hypothèse d’indépendance entre promotion et appartenance au CNU), et surtout sa variation au cours des dix dernières années.

En attendant ces précisions, les données dont on dispose déjà, portant sur les taux bruts d’auto-promotion des 12 dernières années, permettent de conclure provisoirement que :

  1. Les maîtres de conférences ne se sont jamais, ou presque jamais, livré à l’auto-promotion, du moisn au cours des 12 dernières années.
  2. Toutes choses égales par ailleurs (et donc en particulier le mérite scientifique des collègues ainsi auto-promus), s’il y a déjà eu dans le passé récent des niveaux élevés d’auto-promotion parmi les professeurs, la dernière campagne d’auto-promotion, celle par laquelle le scandale est arrivé, reste exceptionnelle à plusieurs titres : d’une part, elle égale en volume le record observé au cours des 11 années précédentes, et d’autre part elle se concentre clairement sur la classe exceptionnelle.

Au total donc, la conclusion – désolante – à propos de la tendance à l’auto-promotion au sein du CNU, peut tenir dans une formule synthétique : l’intégrité et le désintéressement ont eu tendance à se raréfier de façon quasi-linéaire à mesure qu’on s’élevait dans la hiérarchie académique[2]. Répétons-le, il faudrait connaître les effectifs totaux de maîtres de conférences et surtout de professeurs pour pouvoir leur rapporter la propension à l’auto-promotion au taux général de promotion dans chaque corps, et donc pour pouvoir établir précisément si la dernière campagne constitue un record, ou bien si celui-ci revient à la mandature 2000-2003…

D’une certaine façon, cela dit, en l’état actuel des données disponibles, force est de constater que la tendance à l’auto-promotion au sein du collège des professeurs de la 19ème section du CNU, si elle a atteint un sommet en juin dernier, n’est effectivement pas inédite. Cela n’excuse en rien ce qui vient de se passer, pas plus que cela n’en minimise la gravité ; et cela ne retire rien non plus à la légitimité de la protestation des 11 démissionnaires, et de leur appel à la dissolution du CNU et à l’édiction de règles déontologiques claires, et en particulier à l’interdiction des auto-promotions ; cela ne fait au contraire qu’en souligner la nécessité et l’urgence.

Pierre Mercklé

 


[1] La principale source de ces données est constituée par les archives maintenues entre 1998 et 2007 par Jean-Marie-Duprez, et mises à disposition du public sur le site de l’Association française de sociologie, à l’adresse suivante : http://www.afs-socio.fr/liste-archives.html. Les données ont ensuite été complétées à partir des indications corrections plus parcellaires fournies par plusieurs collègues. A propos de ces données, une précision s’impose : depuis quelques jours, des collègues, avertis de la prochaine parution de ce billet, se sont exprimés sur la liste de discussion de l’ASES pour dénoncer une entreprise de « chasse aux sorcières », qui aurait consisté à remonter dans le temps à la recherche des membres du CNU qui auraient précédemment bénéficié aussi d’auto-promotions. Ce n’est évidemment pas de cela qu’il s’agit ici, bien au contraire : notre propos n’est absolument pas de nous livrer à une quelconque dénonciation nominative, individuelle, des pratiques d’auto-promotion passées ou présentes au sein de la 19ème section du CNU : c’est la raison pour laquelle je ne livre pas le fichier nominatif des promotions en accompagnement de ce billet (mais je le tiens évidemment à disposition de qui voudrait répliquer ces analyses). En réalité, on peut même localiser assez précisément où réside la tentation de la chasse aux sorcières qui a pu effectivement affleurer, probablement dans l’espoir de faire diversion : un fichier a été diffusé hier sur la liste de discussion de l’ASES, dans lequel les noms des auto-promus des 11 dernières années étaient surlignés en gras. Mais j’avais reçu avant-hier, dans un courrier privé, une première version de ce fichier sans noms surlignés… Il est donc fort probable que cette intervention particulièrement délicate soit le fait non de l’auteur du fichier (tel que vous pouvez le trouver dans les propriétés du fichiers, en cliquant dessus avec le bouton droit de la souris), mais bien de celui qui l’a diffusé hier sur la liste.

[2] Et encore, on ne mesure pas ici la totalité de la « tentation de l’auto-promotion » : il semble en effet, d’après les indications dont je dispose, qu’il y a eu en outre, notamment cette année, plusieurs candidats « internes » qui n’ont pas été promus.


4 réflexions au sujet de « Auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU : les faits »

  1. Beau et utile travail. Il faut maintenant aller plus loin. 1. Puisqu’il y a prochainement élection du Président de la conférence des présidents de section du CNU, il faut demander aux présidents de section d’élire quelqu’un(e) qui s’engage à faire fournir des données d’auto-promotion dans toutes les sections et à mobiliser celles-ci sur le point 2. 2. Se mobiliser pour que l’article 5 du décret d’avril 2009 réformant le statut des enseignants-chercheurs soit modifié et interdise clairement les candidatures à une promotion des élus et nommés au CNU. Cordialement Pierre Dubois.
    Chronique du 17 juni 2009 : « Promus par le CNU »
    http://histoireuniversites.blog.lemonde.fr/2009/06/17/promus-par-le-cnu/

  2. Merci beaucoup à Pierre Mercklé pour ces analyses très édifiantes et qui attestent bien du caractère scandaleux des auto-promotions de cette année au sein du CNU de 19ème section.
    Il pourrait être amusant (ou désolant, c’est selon l’humeur…) de compléter cela en comparant le dossier scientifique des « heureux » promus de cetta année avec ceux des collègues distingués les années passées. On pourrait ainsi recenser le nombre d’articles dans des revues considérées comme qualifiantes par l’AERES (par exemple…) des promus à la première classe ou à la classe exceptionnelle cette année avec les années précédentes. L’arbitraire des choix de 2009 et leur mépris de la qualité scientifique apparaîtrait, j’en prends le pari, dans toute sa brutalité et son indécence.
    Mais au fait, pourquoi a-t-il fallu que Pierre Mercklé se charge de l’analyse présentée ici ? Jan Spurk n’aurait-il pas dû procéder lui même à ce travail pour montrer que l’assemblée qu’il dirige a bien respecté la déontologie la plus basique (ou non …) ?
    Et suite à la démission de 15 membres depuis le début de sa prise de fonctions comme en prenant connaissance de ces nouveaux éléments, va-t-il enfin se résoudre à démissionner pour que la sociologie et la démographie bénéficient de nouveau d’un CNU crédible ? Il serait temps que l’actuel président du CNU entende ce que lui disent tous ses collègues depuis déjà longtemps.
    Bien cordialement à tous.

    Alain Quemin
    professeur de sociologie
    Université Paris-Est / Institut Universitaire de France / LATTS
    démissionnaire du CNU 19ème section dès l’automne 2008 pour protester contre le « fonctionnement » de cette instance

  3. Je suis d’accord avec l’idée que le nombre des auto-promotions était une condition suffisante à la protestation, mais les auto-promotions 2009 avaient un autre « caractère remarquable », pour reprendre le terme de la note, lié aux personnes composant actuellement la section. Leur identité a eu une incidence, au moins sur le degré d’indignation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *