« Réduire la voilure » de la recherche publique

Pour ceux qui auraient encore des doutes quant aux visées de l’Elysée concernant la recherche publique, les récentes déclarations d’Arnaud Munnich, conseiller en « sciences de la santé » du président de la République permettent de dissiper toute ambiguïté. Si celui-ci expose sans fard la finalité du chef de l’État, celle-ci passe par une réorganisation en profondeur de l’organisation, toute discipline confondue, comme l’expose le journaliste de Libération, Sylvestre Huet sur son blog. Rien de surprenant malheureusement, si ce n’est la relative apathie qui semble  aujourd’hui traverser nos professions face à ces évolutions bien inquiétantes…

Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »

La conversion de la recherche publique à marche forcée vers une « gouvernance par projet » s’amplifie, avec l’injonction à intégrer un des laboratoires d’excellence (« Labex »). C’est ainsi non seulement le financement de la recherche mais la notion même de laboratoire qui sont mises en cause, comme le nouveau Conseil Scientifique du CNRS a tenu à s’en alarmer dès sa première réunion. Nous reproduisons ci-dessous la motion adoptée à cette occasion.

Dès sa première réunion, le 15 novembre 2010, le nouveau Conseil Scientifique du CNRS souhaite s’exprimer sur le volet recherche du Grand Emprunt. Une partie importante de la somme versée au titre des « investissements d’avenir » sera en réalité prélevée sur le budget de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, comme l’indique un document de la Présidence de la République [1] . De fait, les informations fournies par la direction du CNRS permettent de prévoir une diminution de plus de 10 % des crédits de fonctionnement en 2011. Le financement par le Grand Emprunt va ainsi contribuer à réduire le soutien de base aux laboratoires, qui est pourtant largement considéré comme le seul susceptible de soutenir des recherches originales, indépendantes des modes.

Continuer la lecture de Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »

Les « compétences » du chercheur « idéal »

Après le « socle » de compétences des élèves et le livret de celles que doivent maîtriser les enseignants « stagiaires » (si l’on considère que le stage existe encore…), voici que vient d’être publié le référentiel des compétences du chercheur « expérimenté » à l’horizon 2020. C’est le résultat d’une « étude » menée conjointement par l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) – qui n’aurait donc guère de tâche prioritaire en cette période- et du cabinet de conseil Deloitte. Trois groupes ont été distingués : à côté des compétences scientifiques, les « compétences en gestion de projets et d’équipes » et les « aptitudes personnelles/savoir-être ». Tout un programme, qui devrait faire rire jaune les lecteurs du Nouvel esprit du capitalisme de Luc Boltanski et Eve Chiapello (1999), et confirmera les craintes des plus pessimistes quant à la « managerialisation » de nos métiers…

Voir la présentation sur le site de l’Apec (on appréciera également l’intitulé de l’article…)

La plainte en diffamation, nouvel instrument de censure ?

Après les poursuites judiciaires pour « diffamation » dont ont fait l’objet l’an passé Xavier Crettiez et Isabelle Sommier, directeurs de l’ouvrage La France rebelle, ou plus récemment celles qu’Alain Garrigou a essuyées de la part du conseiller de Nicolas Sarkozy et directeur d’un institut de sondages Patrick Buisson pour avoir publicisé le conflit d’intérêt que cette double « casquette » impliquait – affaire que d’aucuns ont baptisée l' »Opiniongate« – , voici une nouvelle affaire inquiétante pour la liberté de la recherche.

Continuer la lecture de La plainte en diffamation, nouvel instrument de censure ?

Les revues de sciences humaines et sociales doivent-elles être classées ?

Une vingtaine de revues de sciences humaines et sociales ont décidé de prendre l’initiative d’un appel à refuser l’établissement d’un « classement » des revues par l’AERES qui servirait de point d’appui à l’évaluation de la recherche. Agora publie ci-dessous le texte de cette prise de position.

Un débat très important agite, depuis 2008 au moins, la communauté internationale des chercheurs. Il concerne les revues et les modalités de leur classement, de leur notation et de leur évaluation. L’évaluation des revues n’est pas neuve (pensons par exemple au classement proposé par le CNRS en 2004), et les chercheurs sont familiers de la logique de hiérarchisation, plus ou moins formelle, qui sous-tend les pratiques scientifiques. Il nous semble même normal, sensé et essentiel que soient mises en valeur et distinguées les revues dont la qualité scientifique est reconnue par les professionnels de la recherche. Mais selon quels critères et selon quelles modalités ? Aujourd’hui, il nous paraît urgent de faire connaître notre position sur cette question, d’autant que la signification de la liste française de revues établie par l’AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) s’est vue confortée par la réforme du statut de l’enseignant-chercheur promue par l’actuel gouvernement.

Continuer la lecture de Les revues de sciences humaines et sociales doivent-elles être classées ?