« Universitariser » le lycée ou « secondariser » l’Université ?

Alors que lycée et Université sont sous le coup de réformes aussi profondes que contestées, l’Agence Emploi Formation (AEF) organisait mercredi 27 janvier dernier à Paris un colloque intitulé « Rapprocher le lycée et l’enseignement supérieur, un défi pour l’avenir ». Un sujet effectivement important, mais dont les présupposés implicites des différents décideurs institutionnels – à commencer par Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’enseignement scolaire, le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel,ou Richard Descoings, directeur de l’IEP de Paris- sont bien mis en évidence par ce résumé quelque peu partiel de la rencontre réalisé par Sandra Ktourza sur le blog VousNousIls.fr. De bonnes raisons d’amener cette question dans le débat public.

Nouveau programme de 2nde : où est passé le S de SES ?

Dès la rentrée 2010,  les élèves de seconde devraient désormais suivre au moins un enseignement entre sciences économiques et sociales et « économie appliquée à la gestion ». A cette alternative préoccupante vient de s’ajouter une autre source d’inquiétude pour les sciences sociales : le programme de sciences économiques et sociales vient d’être modifié pour cette même classe de seconde, faisant la part belle à la microéconomie au détriment des sciences sociales.

L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES), qui organise à partir d’aujourd’hui une semaine pour défendre sa discipline a diffusé hier un commmuniqué de presse que nous reproduisons ci-dessous. A noter également sur le site de l’association une comparaison éloquente de l’ancien et du nouveau programme qui met en évidence les notions qui apparaissent et celles qui disparaissent…

Continuer la lecture de Nouveau programme de 2nde : où est passé le S de SES ?

Second degré : interdiction de s’opposer ?

Le 11 janvier dernier, le conseil syndical du SNES a adopté à l’unanimité un texte pour protester contre le rappel à l’ordre que le Recteur de l’académie de Lille a adressé au secrétaire de la section du collège Gérard Philippe d’Hénin-Baumont (Pas-de-Calais). « Vous avez affiché une vive opposition au projet de mise en place du conseil pédagogique qui, je vous le rappelle, est un dispositif prévu par la loi (article L 401.1 du code de l’Education), dans un tract affiché en salle des professeurs, dans lequel vous dénoncez des risques de dérives et de « copinage ». Ces propos sont particulièrement inadmissibles de la part d’un fonctionnaire, tout comme l’ensemble des remarques que vous vous permettez d’adresser à votre chef d’établissement », a notamment écrit le Recteur.

Continuer la lecture de Second degré : interdiction de s’opposer ?

SES : la lutte continue

En dépit d’une mobilisation conséquente, la (contre-)réforme du lycée devrait entrer en vigueur dès septembre prochain. L’enseignement de sciences économiques et sociales (SES) devrait particulièrement faire les frais de cette nouvelle architecture. L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses) appelle ainsi à de nouvelles actions, à commencer par une journée « lycée sans SES » le jeudi 21 janvier prochain, suivie par une « Semaine d’action nationale pour les SES au lycée » du 25 au 30 janvier prochain. Ses responsables en expliquent les raisons dans un communiqué de presse en date du 11 janvier que nous reproduisons ci-dessous.

Continuer la lecture de SES : la lutte continue

Les SES et la série ES paient le prix fort de la réforme du lycée

Alors que le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, vient de présenter la réforme du lycée qui devrait entrer en vigueur dès la prochaine rentrée scolaire, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES) s’inquiète de la place qui y est faite à cet enseignement, mais aussi d’une perte de cohérence dommageable, avec la séparation artificielle de l’économie vis-à-vis des autres sciences sociales. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué publié par l’APSES le 20 novembre dernier.

Le contenu de la réforme du lycée rendu public par le Ministre de l’Education nationale suscite un profond mécontentement chez les professeurs de Sciences Economiques et Sociales (SES). Les enseignants de SES tiennent à souligner le décalage qui existe entre la communication de Luc Chatel et le contenu précis de la réforme du lycée qu’il propose.

Continuer la lecture de Les SES et la série ES paient le prix fort de la réforme du lycée

Appel pour une généralisation de l’enseignement de SES au lycée

Dans le projet de réforme du lycée prévu pour entrer en vigueur dès la rentrée 2010-2011 récemment présenté par le ministre de l’Education nationale, les Sciences économiques et sociales voient leur place encore réduite, avec un statut toujours optionnel en classe de seconde et un horaire hebdomadaire encore amputé d’une heure. Une mesure en décalage avec la place des objets de cet enseignement dans le débat public. En conséquence, l’Association des Professeurs de sciences économiques et sociales (APSES) lance un appel pour inverser la « tendance« . Appel dont nous reproduisons le texte ci-dessous.

Au moment où le lycée du XXIe siècle est en cours d’élaboration, le ministre Luc Chatel présente un projet de réforme qui marginalise à nouveau l’enseignement de Sciences Économiques et Sociales au lycée : celui-ci demeure optionnel en seconde et l’horaire hebdomadaire est abaissé à 1 heure et demi pour les élèves.

Continuer la lecture de Appel pour une généralisation de l’enseignement de SES au lycée

Équilibre des filières au lycée : une autre réforme est possible

Ce texte d’Olivier Godechot est initialement paru le 26 mai 2009 sur Mediapart. Nous le reproduisons ici, avec l’aimable autorisation de son auteur, et nous vous invitons à partager avec nos lecteurs vos réactions, en utilisant la possibilité de poster un commentaire proposée à la suite de l’article.

Un des grands problèmes des réformes du système éducatif tient à la confusion délibérée de deux objectifs : l’amélioration de la qualité et de l’équité du système éducatif d’une part et la réduction de son coût d’autre part. On suspecte avec raison des réformes qui mettent en avant l’égalité des chances ou la charge horaire des lycéens d’être avant tout guidées par des considérations budgétaires. La précédente réforme du lycée, provisoirement gelée, ne fait pas exception.

Cette réforme reposait en partie sur un diagnostic justifié des déséquilibres des filières générales du lycée : une hiérarchisation trop forte des filières entre la « voie royale », la filière scientifique (S) – et au sein de celle-ci la S option mathématiques, et les autres filières économiques et sociales (ES) et littéraires (L) ; une filière scientifique paradoxale qui sert surtout comme label de sélection et qui donne peu le goût des sciences ; une filière économique qui peine à former de véritables économistes ; une filière littéraire, dont les mérites sont reconnus, mais qui souffre d’une désaffection grandissante.

Continuer la lecture de Équilibre des filières au lycée : une autre réforme est possible