Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

On pensait qu’après le scandale déclenché l’année dernière par les auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie), puis l’affaire de plagiat impliquant Ali Aït Abdelmalek, son premier vice-président, Claude Dubar s’était demandé dans un long billet : « Comment en est-on arrivé là ? » La formulation de la question laissait penser qu’il n’était guère possible de tomber plus bas. Et on pouvait croire que les membres de la 19ème section rescapés de ce naufrage feraient profil bas…

Erreur ! Il était en fait possible de faire pire. La rumeur courait depuis quelques jours d’une nouvelle vague d’auto-promotions parmi les professeurs siégeant dans la 19ème section. Cette déclaration, publiée ce soir par cinq de leurs collègues, le confirme…

Continuer la lecture de Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

Charte déontologique de l’AFS : le débat n’est pas (complètement) clos…

A l’occasion du dernier congrès de l’Association française de sociologie (AFS) en 2009, un projet de charte déontologique avait été proposé par certain-e-s, provoquant de vives discussions et un vote qui avait conduit à son rejet, ainsi que nous l’avions relaté à l’époque.

Un groupe de travail s’était alors mis en place, élaborant un second projet présenté en avril 2010, suscitant alors malheureusement bien peu de réactions. Dans l’optique de la prochaine Assemblée générale, qui se tiendra lors du prochain congrès de l’association, à Grenoble le 7 juillet prochain, le Comité Exécutif de l’AFS a décidé de lancer une consultation indicative – mais seulement auprès de ses membres à jour de cotisation, hélas – afin d’évaluer le degré d’adhésion au texte actuel et repérer des modifications qui pourraient être apportées à ce dernier.

Vous pouvez donc prendre connaissance de ce projet… Et si vous êtes membre de l’AFS, vous pouvez vous exprimer à son sujet en cliquant sur les liens contenus dans le courrier que vous avez probablement reçu. La date limite pour répondre est fixée au lundi 23 mai.

C’était inscrit…

Un an après la révocation du président de l’Université de Toulon, une nouvelle affaire de trafic d’inscription vient d’être mise à jour à l’Université de Paris 13-Villetaneuse, impliquant une fois de plus des étudiants venus de Chine, comme le relate le blog de la rédaction du « Monde éducation », le bien nommé « Peut mieux faire« . Suspendu pour 3 ans par le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche, le responsable de ce trafic a d’une certaine manière mis en application le contenu de ses enseignements puisqu’il est maître de conférences en…gestion ! Mais au-delà de cet aspect ironique, on peut se demander jusqu’à quel point cette nouvelle sorte de déviance n’est pas la conséquence logique de l' »autonomisation » des universités, à commencer par la montée en leur sein d’une injonction à l’internationalisation.

Sur le même blog, on lira également un autre billet récent concernant l’abandon par le Ministère de l’Emploi de sa tutelle sur le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) qui pourrait intervenir dès 2013, avec pour conséquence première une baisse drastique des budgets de l’établissement. Une décision qui peut apparaître peu cohérente à une période où l’insertion professionnelle des jeunes est érigée en préoccupation centrale.

La recherche française gelée au Sahel ?

Suite au classement par le Quai d’Orsay du Niger, du Mali et de la Mauritanie comme des pays « à risque », plusieurs organismes de recherche français ont choisi d’interrompre toute mission scientifique dans ces derniers. Une décision que dénoncent divers chercheurs concernés, qui ont initié une pétition en ligne et dont nous reproduisons le texte ci-dessous.

Nous, enseignants-chercheurs et chercheurs, réagissons à la décision de nos universités et de certaines de nos institutions de recherche (CNRS, IRD, …) de geler toute mission scientifique dans trois pays du Sahel (Niger, Mali, Mauritanie), décision se fondant simplement sur le « classement » du Ministère français des Affaires Etrangères qui considère ces pays comme « à éviter ».

Si des précautions diplomatiques et « sécuritaires » se justifient au vu des attentats et prises d’otages perpétrés contre des Européens dans les zones sahariennes de ces pays, est-il pour autant acceptable de rompre toutes relations entre nos universités et celles de ces trois pays ? S’il est appréciable que nos institutions fassent le maximum pour « protéger » leurs chercheurs, faut-il du jour au lendemain annuler les programmes de recherche en cours avec nos collègues nigériens, maliens et mauritaniens ?

Cette décision ne peut qu’appeler un certain nombre de remarques de notre part.

Une première concerne les critères de classement du MAE, qui semblent faire l’amalgame entre des risques de natures et d’échelles fort diverses, entre des pays en guerre (Irak, Afghanistan, Libye, …) et des pays où la vie se déroule normalement. Par ailleurs, ce classement présente l’inconvénient de ne prendre en considération que les risques dits « terroristes ». Or, un chercheur a beaucoup moins à craindre pour sa vie à Nouakchott, Niamey ou Bamako, que dans d’autres villes africaines à forte criminalité comme Johannesburg, Nairobi ou Lagos, pourtant autorisées aux chercheurs français.

Notre seconde remarque est relative à la non prise en compte, par nos institutions de recherche, de la nuance importante faite par le MAE entre les régions sahariennes de ces trois pays, à juste titre « fortement déconseillées » (zones indiquées en rouge), et les zones sahéliennes qui présentent des risques extrêmement faibles (signalées en orange). Pourquoi nous interdire ces zones « oranges » au Niger, au Mali et en Mauritanie, alors qu’elles restent accessibles dans d’autres pays africains ?

La troisième de nos remarques porte sur un alignement par trop mécanique et hâtif de nos institutions sur les précautions du MAE, et ce alors que les personnels des ambassades, des lycées français, des entreprises privées et des institutions de développement peuvent – fort heureusement – continuer à travailler dans ces pays. Nous pensons qu’une évaluation au cas par cas des demandes de mission serait bien plus adaptée à ce type de situation, qu’une interdiction pure et simple.

Non seulement cette décision nous semble donc disproportionnée, mais elle a surtout pour effet déplorable de mettre brutalement un terme aux collaborations engagées et aux relations patiemment construites avec les chercheurs et enseignants-chercheurs de ces pays, dans le cadre de différents programmes scientifiques innovants sur des questions de santé, de lutte contre la pauvreté, de développement durable, de migrations, etc. Elle pénalise avant tout les institutions et les enseignants-chercheurs des pays du Sud, dont l’implication dans ces programmes peut constituer une ouverture importante vers le reste de la communauté scientifique internationale. Elle fait enfin le jeu des groupuscules extrémistes, contre lesquels les gouvernements de ces trois Etats ne cessent d’œuvrer depuis quelques années.

Si notre responsabilité de chercheurs est de prendre toute la mesure des risques potentiels sur nos terrains de recherche respectifs – terrains avec lesquels nous avons la chance d’entretenir une grande familiarité – et toutes les précautions qu’ils nécessitent, elle réside aussi et surtout dans le fait d’assurer un minimum de continuité dans les collaborations avec nos partenaires ouest-africains et de maintenir vivant le fil fragile qui nous relie.

Par conséquent, nous souhaitons que nos institutions de rattachement et le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, reconsidèrent au plus vite leur position sur cette question et acceptent d’assurer la continuité de nos programmes et partenariats en autorisant de nouveau les missions de recherche à destination de ces trois pays, y compris à certaines conditions dont nous sommes bien évidemment prêts à discuter avec nos autorités de tutelle.

Les signataires