Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

On pensait qu’après le scandale déclenché l’année dernière par les auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie), puis l’affaire de plagiat impliquant Ali Aït Abdelmalek, son premier vice-président, Claude Dubar s’était demandé dans un long billet : “Comment en est-on arrivé là ?” La formulation de la question laissait penser qu’il n’était guère possible de tomber plus bas. Et on pouvait croire que les membres de la 19ème section rescapés de ce naufrage feraient profil bas…

Erreur ! Il était en fait possible de faire pire. La rumeur courait depuis quelques jours d’une nouvelle vague d’auto-promotions parmi les professeurs siégeant dans la 19ème section. Cette déclaration, publiée ce soir par cinq de leurs collègues, le confirme…

Continuer la lecture de Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

Refonder l’enseignement de l’histoire et de la géographie ?

Une fois n’est pas coutume (mais peut le devenir…), Agora est heureux de vous faire part de la naissance d’un proche cousin, le blog “Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie”, lui aussi hébergé par Hypotheses.org et accessible à l’adresse http://aggiornamento.hypotheses.org/

Continuer la lecture de Refonder l’enseignement de l’histoire et de la géographie ?

Une nouvelle nomenclature des disciplines en SHS ?

La Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), instance de réflexion et de proposition qui dépend du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), a remis en décembre dernier un rapport définissant une “nouvelle nomenclature des Sciences de l’Homme et de la Société”. L’opération consiste à remplacer les actuelles nomenclatures disciplinaires du CNRS, du CNU et de l’AERES, par une nouvelle nomenclature unique, “définie par thématiques de recherche plutôt que par disciplines”, dans une logique de convergence européenne, structurée autour des “productions” de la recherche, et privilégiant donc les SHS “finalisées” plutôt que la “vieille organisation facultaire”. Il ne s’agit pas ici de “proposition” ou de “préconisation”, comme le rapport l’indique clairement : “la nomenclature des productions de la recherche SHS est la suivante. Elle sert désormais de référence à l’AERES et au MESR”…

Cette fameuse nomenclature, la voici:

Or, cette nouvelle nomenclature commence à susciter des remous. Ainsi, la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) vient de voter une motion dénonçant l’élaboration de cette nomenclature “sans une aucune concertation avec les communautés scientifiques”. C’est le texte de cette motion que nous reproduisons ci-dessous :

MOTION RELATIVE AUX NOUVELLES NOMENCLATURES IMPOSÉES EN SHS SANS CONCERTATION AVEC LES COMMUNAUTÉS SCIENTIFIQUES

Disponible en ligne au format PDF à l’adresse suivante :
http://www.cpcnu.fr/downloadFichierActualite?name=Motion_Nomenclatures_SHS_17e_et_20e.pdf&path=/actualites/actualite20110324122231460&typeDocument=generique

La Stratégie Nationale de Recherche et Innovation (SNRI), insistant à juste titre sur l’importance des Sciences de l’Homme et de la Société (SHS), a voulu en décembre 2010 proposer une « cartographie claire et lisible » du domaine SHS en cherchant à harmoniser les « panels » de l’European Research Council et la nomenclature par Groupes de la DGRI, DGESIP et de l’AERES.Cette nouvelle nomenclature a été établie sans aucune concertation avec les principaux acteurs intéressés, que ce soient les représentants des communautés scientifiques qui siègent dans les différentes sections du Conseil National des Universités, à la CPCNU ou au comité national des organismes de recherche.Sous couvert de simplification, et en prétendant rompre avec des nomenclatures « trop raffinées », cette nomenclature, si elle devait entrer dans les faits, aurait des conséquences absolument catastrophiques pour l’expertise et l’évaluation des disciplines. Elle rend en effet illisible la singularité et l’unité des champs disciplinaires. La subdivision de la 17e section du CNU (en 17 a et 17 b), l’éclatement et la liquidation de la 20e section CNU (suppression de l’Ethnologie et de l’anthropologie biologique), pour ne citer que ces exemples, assorties d’une estimation, arbitraire plus qu’approximative, des communautés concernées sont absurdes et dangereuses. Elle constituerait une régression déplorable, arc-boutée sur des clivages heureusement dépassés au plan national et international du type querelle des « modernes » contre les « anciens » que nous serions.

La richesse des disciplines est faite de leur diversité et de la complémentarité d’approches qui se fécondent mutuellement, comme elle s’enrichit des recherches frontalières. Sous couvert d’actualisation et de mise au goût du jour, cette « nouvelle » nomenclature, cette architecture des disciplines, enfermerait la recherche et l’université française dans des combats d’arrière-garde.Nous exigeons le retrait immédiat de ces nouvelles nomenclatures et l’ouverture de consultations avec les représentants des disciplines, sections du CNU, CP-CNU, sections du Comité national des organismes de recherche.

Le 5 Mars 2011

Jean-Yves BOURSIER, Président de la 20e section du CNU (Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie biologique) et le bureau de la 20e section

Jean-François COURTINE, Président de la 17e section du CNU (Philosophie) et le bureau de la 17e section

Motion adoptée par l’assemblée de la CP-CNU réunie le 11 mars 2011

Quand les chercheurs n’osent plus chercher

A lire (entre autres…) dans le numéro de mars du Monde diplomatique, un article signé Howard S. Becker  et intitulé “Quand les chercheurs n’osent plus chercher“. Où l’auteur d’Outsiders et des Mondes de l’art (entre autres…) revient sur les formes insidieuses d'(auto-)censure qui s’installent progressivement dans le monde académique des sciences sociales. A lire et à méditer…

Une “formation” bien martiale

Non contents d’être soumis à une charge d’enseignement à plein temps, pour des motifs budgétaires, les nouveaux enseignants stagiaires du second degré (les “PLC2” comme on di(sai)t dans le jargon) bénéficient également de journées banalisées de formation particulièrement roboratives. Plutôt que de s’essayer à colmater les failles d’une formation pédagogique absente, les autorités rectorales préfèrent organiser une opération promotion pour… l’armée. C’est du moins ce qui s’est passé à Bordeaux comme le raconte une jeune stagiaire aujourd’hui sur le site Rue 89. Si vous souhaitez également partager votre expérience en la matière, n’hésitez pas !

« Réduire la voilure » de la recherche publique

Pour ceux qui auraient encore des doutes quant aux visées de l’Elysée concernant la recherche publique, les récentes déclarations d’Arnaud Munnich, conseiller en “sciences de la santé” du président de la République permettent de dissiper toute ambiguïté. Si celui-ci expose sans fard la finalité du chef de l’État, celle-ci passe par une réorganisation en profondeur de l’organisation, toute discipline confondue, comme l’expose le journaliste de Libération, Sylvestre Huet sur son blog. Rien de surprenant malheureusement, si ce n’est la relative apathie qui semble  aujourd’hui traverser nos professions face à ces évolutions bien inquiétantes…

Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »

La conversion de la recherche publique à marche forcée vers une “gouvernance par projet” s’amplifie, avec l’injonction à intégrer un des laboratoires d’excellence (“Labex”). C’est ainsi non seulement le financement de la recherche mais la notion même de laboratoire qui sont mises en cause, comme le nouveau Conseil Scientifique du CNRS a tenu à s’en alarmer dès sa première réunion. Nous reproduisons ci-dessous la motion adoptée à cette occasion.

Dès sa première réunion, le 15 novembre 2010, le nouveau Conseil Scientifique du CNRS souhaite s’exprimer sur le volet recherche du Grand Emprunt. Une partie importante de la somme versée au titre des « investissements d’avenir » sera en réalité prélevée sur le budget de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, comme l’indique un document de la Présidence de la République [1] . De fait, les informations fournies par la direction du CNRS permettent de prévoir une diminution de plus de 10 % des crédits de fonctionnement en 2011. Le financement par le Grand Emprunt va ainsi contribuer à réduire le soutien de base aux laboratoires, qui est pourtant largement considéré comme le seul susceptible de soutenir des recherches originales, indépendantes des modes.

Continuer la lecture de Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »

“Réformes” de l’Université : un enjeu européen

Si les médias ont abondamment relayé les mouvements qui ont animé l’Université française ces dernières années, ils sont restés en revanche beaucoup plus discrets sur les logiques structurelles qui les sous-tendent, et en particulier sur la dimension européenne des réformes (1), mais aussi de leurs oppositions, tant intra-(2) qu’internationales.  Nouvelle illustration avec le récent contre-sommet qui s’est tenu à Vienne du 11 au 14 mars derniers. Un collègue, chercheur au CNRS, y était et nous en propose le compte-rendu qui suit, non sans oublier de replacer cet événement dans la perspective nécessaire.

Continuer la lecture de “Réformes” de l’Université : un enjeu européen

Ce qu’autonomie veut dire…

Contactés par Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS bien connu pour ses travaux sur l’Etat en Afrique et la politique “par le bas”, nous reproduisons la lettre ouverte que celui-ci a adressée il y a quelques semaines à Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, au sujet du blocage “incompréhensible” de sa carrière. Au-delà de son cas individuel, c’est bien la question de l’indépendance politique des instances d’évaluation au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche qui est mise en question ici.

Continuer la lecture de Ce qu’autonomie veut dire…

« L’autre » CNU et l’avenir de l’enseignement

Après plusieurs semaines de “veille”, la Coordination Nationale des Universités s’est de nouveau réunie ce lundi 25 janvier 2010 à Paris. 28 établissements étaient représentés aux côtés de différentes organisations syndicales ou associatives. Au terme de ce rassemblement, plusieurs motions – que nous reproduisons ci-dessous- ont été adoptées, qui invitent à penser ensemble les différentes “réformes” actuellement à l’œuvre aux différents âge du système éducatif. Un certain nombre de positions fermes ont ainsi été adoptées, allant de l’organisation des concours d’enseignement à l’évaluation des enseignants-chercheurs en passant par l’emploi institutionnalisé des vacataires.  Le débat est (r)ouvert, reste la question de la temporalité et des modes d’action…

Continuer la lecture de « L’autre » CNU et l’avenir de l’enseignement