L’AFS et l’ASES interpellent les parlementaires sur l’état de l’Université

Le fait est suffisamment inhabituel pour être signalé. Par la voix de leurs présidents respectifs, l’Association Française de Sociologie (AFS) et l’Association des Sociologues Enseignant dans le Supérieur (ASES) ont adressé une lettre ouverte aux député-e-s et sénateurs/-trices au sujet de la situation dégradée de l’Université française.

Nous en reproduisons le texte, n’hésitez pas à poster vos commentaires et/ou à faire part de la situation dans votre propre établissement !

Elections : l’ESR en rase campagne ?

En ces temps de campagnes présidentielle et législative, les candidats sont traditionnellement interpelés par les agents qui composent les différents champs qui composent le monde social. Si l’éducation apparaît à raison comme l’un des thèmes en haut de l’agenda politique, l’enseignement supérieur et la recherche en particulier semblent rester dans l’angle mort. Pour tenter de remédier à cette situation, différentes organisations du secteur ont lancé un appel commun envers les candidats à la magistrature suprême le jeudi 23 février qui revient et conteste les (profondes) transformations en cours comme autant de régressions dissimulées sous des mots d’ordre modernistes (« autonomie », « excellence », etc.) et avance 10 propositions de réformes. Vous pouvez lire cet appel et éventuellement le signer à l’adresse suivante :  http://appel-enseignement-sup-et-recherche.fr

Précarité dans le supérieur : maintenant, le blog

Après avoir publié en 2010 un rapport de recherche puis un ouvrage aux éditions Raisons d’Agir en avril dernier sur ce thème trop méconnu (sauf des intéressé-e-s – dans tous les sens du terme…), le collectif P.E.C.R.E.S. (Pour l’Étude des Conditions de travail dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche) vient de lancer un blog destiné à recueillir les récits, témoignages et analyses de la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche. Alors que le phénomène ne cesse de progresser discrètement, l’objectif de ce blog est de permettre aux personnes concernées de faire part de leur expérience, dans le but simultanément de faire ressortir les traits communs à ces situations en même temps que  leur diversité, selon ses initiateurs.

 

 

Science politique : licences to kill ?

Contrairement à ce que certains croient, il n’y a pas que dans les instituts d’études politiques que la science politique s’épanouit : l’Université constitue également un lieu essentiel d’accès à cette discipline importante des sciences sociale. Outre les Master, plusieurs parcours de licence ont été mis en place dans de nombreuses facultés de droit et science politique pour offrir une orientation alternative aux étudiant-e-s qui se sentent davantage attirés par les sciences sociales que par les branches du droit. Or, l’AERES et le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche semblent décidés à ne pas renouveler l’habilitation de plusieurs licences de science politique dans divers établissements du pays, au terme d’évaluations problématiques puisqu’effectuées par des commissions ne comprenant aucun-e politiste.

Face à cette menace, l’AECSP (Association des Enseignants Chercheurs de Science Politique) et l’AFSP (Association Française de Science Politique) ont initié une mobilisation comprenant plusieurs volets :

– l’envoi, le 2 novembre dernier, d’une lettre ouverte commune au Directeur de la section « Formation et diplômes » de l’AERES
– une enquête destinée à collecter  les informations localement éparpillées (rapport d’évaluation, composition des comités d’évaluation, etc) : vous pouvez envoyer ainsi tous renseignements utiles à cette adresse : omaspinfos(at)gmail.com
– une pétition en ligne pour mettre en évidence leurs soutiens

Pour en savoir plus : http://www.petitions24.net/aecsp-afsp_mobilisation_pour_les_licences_de_science_politique

Voir également la page spéciale consacrée à l’avenir des licences de science politique sur le site de l’AFSP : http://www.afsp.info/omasp/licences/avenirdeslicences.html

L’économie de l’évaluation

Pas besoin d’être docteur en docimologie pour savoir que l’évaluation objective n’existe pas plus que l’opinion publique. Et pourtant, alors que les procédures de ce type ne cessent d’être mises en œuvre dans l’enseignement et la recherche comme ailleurs, il apparaît toujours aussi difficile d’ouvrir un débat public quant aux critères et modalités de leur mise en œuvre. Un refus notamment justifié par l’aspect purement « technique » de cette question. Rien de plus illusoire selon l’Association Française d’Économie Politique (AFEP), qui vient de publier ses conclusions quant aux processus d’évaluations des enseignants-chercheurs, fruit d’un travail collectif d’une trentaine de membres de l’AFEP. Un rapport qui intervient justement en même temps qu’un cas de refus de promotion injustifié selon l’association, du moins au regard des critères scientifiques. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué publié par l’association le 3 octobre dernier.

L’Association Française d’Economie Politique a constitué une Commission Évaluation, composée d’une trentaine de chercheurs et d’enseignants-chercheurs. La Commission a travaillé pendant un an dans la perspective que s’est fixée l’association : promouvoir le pluralisme des approches, celui des méthodes et des objets de recherche.

Cette Commission a rendu public son rapport, dans la perspective d’une refonte très profonde de la démarche d’évaluation.

Ses conclusions principales sont les suivantes :

1.L’AFEP défend les processus d’évaluation contradictoires et pluriels, et souhaite promouvoir une évaluation respectant le pluralisme des objets, des méthodes et des approches conceptuelles.

L’évaluation ne doit pas être conduite pour vérifier la conformité à une norme de pensée et de pratiques. La recherche en économie ne peut se réduire à une conception où la pratique de la recherche est réduite à un ensemble de techniques qu’il faudrait maîtriser.

2. L’AFEP considère que les modes d’administration de la preuve sont multiples, empruntant au bagage commun des autres sciences sociales.

L’AFEP s’oppose à une évaluation qui dérive vers une pratique de contrôle, et qui ne conçoit la recherche que comme l’application de ces techniques, assimilant la non-soumission à ces techniques à l’absence de travail, ou de résultats.

3. L’AFEP estime que l’évaluation a pour but de marquer d’éventuelles étapes dans le développement de programmes et d’engagements, et de fournir aux évalués un regard extérieur, et accompagnant. Le changement profond du régime d’évaluation que l’AFEP entend promouvoir s’inscrit dans cette perspective d’accompagnement des laboratoires comme des enseignants-chercheurs. Cela inscrit l’exercice d’évaluation dans le temps long.

4. Dans cette perspective, l’AFEP considère qu’il convient de veiller à ce qu’il n’y ait ni conflits d’intérêts, ni défiance réciproque entre évaluateurs et évalués. Cette condition est d’autant plus indispensable que fleurissent les diverses « excellences », qu’il s’agisse des Chaires, des « laboratoires d’excellence » (« Labex »), des « initiatives d’excellence » (« Idex »), de la Prime d’Excellence Scientifique, etc., avec à la clé la constitution, de fait, d’ « évaluateurs professionnels ».

L’ensemble de ces éléments conduit l’AFEP à demander que toutes les pratiques de notation, de quota et de classement soient abandonnées. Les notations tendent en effet à doter l’évaluation d’une illusoire objectivité, quasi-mécanisable, et produite rapidement. L’AFEP estime au contraire que les processus d’évaluation contradictoires et pluriels qu’elle revendique nécessitent de prendre du temps : le temps de lire les travaux de recherche des enseignants-chercheurs, le temps d’évaluer les résultats des formations auxquelles ils apportent leur contribution, et le temps de prendre connaissance et de comprendre le contexte des projets scientifiques des laboratoires.

Pour en savoir plus : le communiqué du 29 septembre 2011 consécutif au refus de promotion de P.Batifoulier.

 

Statut des vacataires : un coup d’arrêt à Strasbourg ?

A la fin du mois, le Tribunal administratif de Strasbourg a rendu un arrêt important concernant la  conclusion à répétition de contrats à durée déterminée de certains enseignants vacataires employés par l’Université de la capitale alsacienne. Elle considère ainsi qu’une certaine ancienneté (6 ans) justifie la conclusion de contrats à durée indéterminée, conformément à l’esprit de tels contrats. Un jugement important qui remet en cause la jurisprudence du Conseil d’État en la matière et, évidemment, la précarité sur laquelle s’est aujourd’hui institutionnalisé le fonctionnement de l’enseignement supérieur, mais qui ne suffira sans doute ainsi pas à résoudre les contradictions en jeu. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de la section du Snesup-FSU de l’Université de Strasbourg qui a suivi ce jugement, ainsi que la réponse du président de cette dernière, suivi d’une nouvelle réponse de ce syndicat. N’hésitez pas à participer au débat par vos témoignages ou opinions sur le sujet !

Ralentir, c’est urgent !

La question des rythmes de vie (et de leur accélération contemporaine) constitue sans doute un des enjeux importants de notre époque, comme le démontre le relatif retentissement qu’a eu le récent essai d’Hartmunt Rosa (pour un ouvrage de sciences sociales s’entend…). Des appels à la « simplicité volontaire » lancés par les trop caricaturés objecteurs de croissance au mouvement du Slow Food, la question se décline dans l’ensemble des sphères de l’existence, et la recherche n’y fait pas exception (ni l’enseignement d’ailleurs, comme en témoigne le débat récurrent sur les rythmes scolaires, ou les horaires de telle discipline – comme les SES en seconde). C’est pour résister à l’accélération tous azimuts qui affecte actuellement l’organisation de la recherche que certain-e-s ont lancé un appel à fonder un mouvement pour la Slow Science dont nous relayons ici l’appel, non sans espérer que son audience grandira plus sûrement que lentement…

Chercheurs, enseignants-chercheurs, hâtons-nous de ralentir ! Libérons-nous du syndrome de la Reine Rouge ! Cessons de vouloir courir toujours plus vite pour, finalement, faire du surplace, quand ce n’est pas de la marche arrière ! À l’instar des mouvements Slow Food, Slow City ou Slow Travel, nous appelons à créer le mouvement Slow Science.

Chercher, réfléchir, lire, écrire, enseigner demande du temps. Ce temps, nous ne l’avons plus, ou de moins en moins. Nos institutions et, bien au-delà, la pression sociétale promeuvent une culture de l’immédiateté, de l’urgence, du temps réel, des flux tendus, des projets qui se succèdent à un rythme toujours plus rapide. Tout cela se fait non seulement aux dépens de nos vies – tout collègue qui n’est pas surmené, stressé, « surbooké » passe aujourd’hui pour original, aboulique ou paresseux -, mais aussi au détriment de la science. La Fast Science, tout comme le Fast Food, privilégie la quantité sur la qualité.

Nous multiplions les projets de recherche pour tenter de faire vivre nos laboratoires qui, souvent, crient misère. Résultat : à peine avons-nous terminé la mise au point d’un programme et, par mérite ou par chance, obtenu une subvention, que nous devons aussitôt songer à répondre aux prochains appels d’offres, au lieu de nous consacrer entièrement au premier projet.

Parce que les évaluateurs et divers experts sont eux-mêmes toujours pressés, nos CV sont de plus en plus souvent évalués au nombre de lignes (combien de publications, combien de communications, combien de projets ?), phénomène qui induit une obsession de la quantité dans la production scientifique. Résultat : outre l’impossibilité de tout lire, y compris dans les domaines les plus pointus, outre le fait que de très nombreux articles non seulement ne sont jamais cités mais ne sont jamais lus, il devient de plus en plus difficile de repérer la publication ou la communication qui compte vraiment – celle à laquelle le ou la collègue aura consacré tout son temps pendant des mois, parfois pendant des années – parmi les milliers d’articles dupliqués, saucissonnés, reformatés, quand ils ne sont pas plus ou moins « empruntés ».

Cela va de soi, notre offre de formation se doit toujours d’être « innovante », bien évidemment « performante », « structurante » et adaptée à l’ « évolution des métiers », évolution dont on a par ailleurs bien du mal à cerner des contours perpétuellement mouvants. Résultat : dans cette course effrénée à l’ « adaptation », la question des savoirs fondamentaux à transmettre – savoirs qui, par définition, ne peuvent être inscrits que dans la durée – n’est plus à l’ordre du jour. Ce qui compte, c’est d’être dans l’air du temps, et surtout de changer sans cesse pour suivre cet « air » tout aussi changeant… La suite par ici (ne lisez pas trop vite !)

Licence : arrêté de mort (symbolique) ?

Le projet de « réforme » de la licence continue d’avancer. Le 12 juillet dernier,  le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER ) a approuvé le projet d’arrêté, qui n’est pourtant pas sans soulever un certain nombre de questions. et d’en laisser un certain nombre d’autres, cruciales, en suspens. Qu’il s’agisse de l’insertion professionnelle des futurs diplômés, des modalités de contrôle de connaissances, de la substitution de ces dernières d’ailleurs par des « référentiels de compétences », ou encore du socle d’heures minimales, les points d’achoppement sont nombreux, comme le relève Pierre Dubois sur son blog « Histoires d’Université« . Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller lire les quelques billets qu’il a consacré à cette question depuis fin juin.

Quand travailler, c’est résister

Formatrice dans une école de travail social, Laurence Lutton nous a fait parvenir le texte suivant, entre réflexion et témoignage sur l’évolution actuelle des conditions de travail, et au-delà de vie, au sein des institutions éducatives comme la sienne. Un ton personnel auquel Agora n’est pas accoutumé, mais les habitudes sont aussi faites pour être remises en cause – tout dépend de quelle manière… L’occasion aussi de vous inviter à participer à la vie de ce carnet, par vos commentaires ou l’envoi de vos textes.

Nous vivons une drôle d’époque… Une époque guerrière sans effusion de sang mais une guerre latente où chacun meurt en secret, où le désir s’étouffe au creux des consciences humaines. Une époque où les occupants sont les gestionnaires avec ou sans cols blancs, munis de leurs calculettes assassines, « il n’y a plus d’argent messieurs, dames, il est l’heure de vous restreindre ».

Continuer la lecture de Quand travailler, c’est résister

Zadig et la destinée de l’économie

Comme l’a bien décrit Frédéric Lebaron, la crise économique actuelle est aussi celle de la pensée économique. Aussi, après la création de l’AFEP (Association française d’économie politique) et du collectif des « Économistes atterrés », voici une nouvelle initiative pour souligner la nécessité de réenchâsser l’économie dans les sciences humaines et sociales.

Initié par Ai-Thu Dang (MCF, Université Paris 1), Christine Erhel (MCF, Université Paris 1), Jérôme Gautié (Professeur, Université Paris 1), Sophie Harnay (MCF, Université Paris Ouest Nanterre), Hélène Raymond (Professeure, Université Paris Ouest Nanterre) qui l’ont baptisé d’après un conte voltairien cher à l’actuel secrétaire d’État au commerce et à l’artisanat, celui-ci vient ainsi de publier une lettre ouverte à sa collègue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, que nous reproduisons ci-dessous avec leur autorisation.

Continuer la lecture de Zadig et la destinée de l’économie