Informations sur la nouvelle section 19 du CNU, par son bureau

Pendant la précédente mandature, la section 19 (sociologie, démographie) du Conseil national des universités (CNU) s’était distinguée des autres sections par des pratiques d’auto-promotion qui avaient scandale et entraîné la démission de plusieurs membres de la section. Avec le succès massif (plus de 80% chez les professeurs, plus de 90% chez les maîtres de conférences) de la liste de reconstruction aux dernières élections, on pensait cette période noire terminée. Il n’en est rien : la désignation des membres de la section nommés par le Ministère sème à nouveau le trouble… Pour y voir un peu plus clair, AGORA publie ce communiqué du bureau tout juste élu de la section 19…

La crise de la section 19 du Conseil National des Universités (CNU) a fait couler beaucoup d’encre ces deux dernières années. Des pétitions avaient circulé et avaient été signées par des centaines de collègues sociologues et démographes condamnant les pratiques d’autopromotion et réclamant la dissolution de la section. Le ministère refusa. Face à cet état de fait, les associations professionnelles (ASES et AFS) et les syndicats Sgen-CFDT et Snesup ont porté l’idée d’une liste « ouverte et de reconstruction » où seraient représentées les différentes sensibilités et les différentes traditions de recherche sociologiques. Celle-ci fut construite au cours de longues réunions où syndiqués et non syndiqués réaffirmaient, ensemble, la nécessité de plusieurs critères déontologiques (refus des auto-promotions, transparence des critères d’évaluation, refus de la hiérarchisation des dossiers d’évaluation des enseignants-chercheurs en A, B, C…). Etaient également rappelés un certain nombre de principes de base : parité, respect des équilibres géographiques, respect des différentes conditions d’exercice de la sociologie… La plupart des syndicats acceptaient de mettre en suspens leurs divergences ponctuelles, actant de la situation particulière en section 19.

Les résultats des élections furent les suivants :

Pour les rang A

– Liste ouverte et de reconstruction : 80,35% des voix (139 sur 173 scrutins exprimés) = 10 sièges sur 12

– Unsa : 19,65% des voix (34 voix sur 173 scrutins exprimés) = 2 sièges sur 12

Pour les rang B

– Liste ouverte et de reconstruction : 90,11 % des voix (310 sur 344 scrutins exprimés) = 11 sièges sur 12

– Unsa : 9,89% des voix (34 voix sur 344 scrutins exprimés) = 1 siège sur 12

La représentativité au regard de l’ensemble de la communauté des collègues de la liste ouverte et de reconstruction est indéniable. Il nous semblait clair qu’à travers ces élections le ministère aurait la preuve de l’affirmation par la communauté des sociologues d’une volonté de tourner la page.

Les nominations.

Pour rappel, le CNU est composé pour un tiers de nommés. Selon les textes officiels ces nominations doivent permettre notamment de corriger les déséquilibres géographiques ou d’orientations disciplinaires.

Première déconvenue. En arrivant jeudi 24 novembre, le matin de la première réunion de la section 19, personne n’avait eu connaissance de la liste définitive des nommés. C’est illégal. La liste était supposée être publiée au Bulletin Officiel, accompagnée d’une publication des CV sur GALAXIE. Le matin de la réunion, une feuille transmise par l’administration précisait une liste de nommés mais certains des noms étaient mal orthographiés ou le prénom manquait, certains binômes étaient incomplets et ne comportaient aucun suppléant. Pour information, voici la liste des nommé-e-s telle que nous pouvons la reconstituer aujourd’hui, sous toute réserve (puisque rien n’est publié au JO) :

Rang A titulaires : Philippe Combessie (Nanterre), Joëlle Deniot (Nantes, liste UNSA – a démissionné), Michèle Dion (Université de Bourgogne), Philippe Joron (Montpellier 3, liste UNSA), Sebastien Schehr (Université de Savoie), Patrick Tacussel (Montpellier 3).

Rang A suppléant-e-s : Charles Cuin (Bordeaux 2), Anne-Marie Mamontoff (Perpignan), Olivier Sirost (Rouen), manquent 3 suppléant-e-s.

Rang B titulaires : Jean-Yves Dartiguenave (Rennes 2- Liste UNSA), Alejandra Gaviria (IUT Le Havre, liste UNSA), Aurélie Jeantet (Paris 3), Myriam Klinger (Strasbourg), Zaihia Zeroulou (Lille 1) (+ une case incomplète et sans prénom sur la liste).

Rang B suppléant-e-s : Maryse Gaimard (Bordeaux 2), Eric Letonturier (Paris 5), Vincenzo Susca (Montpellier 3), manquent 3 suppléant-e-s.

Aujourd’hui, nous ne connaissons toujours pas la liste définitive des nommé-e-s et nous ne savons pas quand auront lieu les publications au journal officiel. La situation ne concerne pas que la sociologie. La section philosophie (17) n’ayant pas non plus une liste de nommé-e-s régulière, n’a pas pu installer son bureau. Lors de la réunion du groupe de sections SHS le 24 octobre après-midi, un constat édifiant était fait : aucune section n’était épargnée par cette situation.

En section 16 (psychologie), manquait 1 PR suppléant, en section 18 (Architecture) 1PR suppléant et 2 MC suppléants manquaient à l’appel. En section 20 (anthropologie / ethnologie) manquaient 3 suppléants MCF, et un suppléant PR. En section 21 (histoire ancienne et médiévale), manquaient 1 suppléant MCF et 5 suppléants PR. En section 22 (histoire moderne et contemporaine) manquaient 3 suppléants MCF et 6 suppléants PR. En section 23 (géographie) manquaient 2 suppléants MCF et 2 suppléants PR. En section 24 (aménagement) manquait 1 MCF suppléant…

Réuni le 24 novembre après-midi, le groupe de sections SHS refusait alors d’élire son président et rédigeait cette motion commune, transmise au ministère :

« Les membres du groupe IV du CNU, réunissant les sections 16 à 24, en l’absence de la 17eme protestent de la manière dont les sections ont été réunies : des binômes de membres nommés incomplets selon des critères géographiques et disciplinaires contestables accentuant parfois les déséquilibres qu’ils étaient censés corriger. Ils exigent que les listes définitives des sections soient complétées et publiées au BO et sur GALAXIE assortie des CV, pour permettre l’attribution des dossiers de qualification dans des délais décents pour les candidats. Ils souhaitent obtenir rapidement des précisions écrites sur les droits et missions des suppléants, leur capacité à siéger et être défrayés. Ils réclament enfin le plus rapidement possibles des éclaircissements sur le nouveau travail d’évaluation des dossiers individuels demandé aux sections. »

Dans la situation actuelle, en l’absence d’une liste stabilisée des membres nommés, nous ne sommes pas en mesure de distribuer les 81 dossiers de candidature à la qualification de PU et les 524 dossiers de candidature à la qualification de MCF que la section 19 a reçus, en tenant compte des incompatibilités institutionnelles légales. Nous ne pouvons qu’inviter l’ensemble des collègues sociologues à exprimer directement ou à travers leurs associations professionnelles leur désaccord sur cette situation. Nous invitons également les associations représentant les doctorants à contester auprès du ministère l’absence de transparence élémentaire dans laquelle débute cette session : les candidates et candidats ne savent toujours pas à l’heure où nous écrivons ces lignes les noms de l’ensemble de leurs pairs qui siègeront au CNU.

Le bureau de la section 19

Isabelle Astier

Céline Bessière

Sylvain Laurens

Olivier Martin

L’économie de l’évaluation

Pas besoin d’être docteur en docimologie pour savoir que l’évaluation objective n’existe pas plus que l’opinion publique. Et pourtant, alors que les procédures de ce type ne cessent d’être mises en œuvre dans l’enseignement et la recherche comme ailleurs, il apparaît toujours aussi difficile d’ouvrir un débat public quant aux critères et modalités de leur mise en œuvre. Un refus notamment justifié par l’aspect purement « technique » de cette question. Rien de plus illusoire selon l’Association Française d’Économie Politique (AFEP), qui vient de publier ses conclusions quant aux processus d’évaluations des enseignants-chercheurs, fruit d’un travail collectif d’une trentaine de membres de l’AFEP. Un rapport qui intervient justement en même temps qu’un cas de refus de promotion injustifié selon l’association, du moins au regard des critères scientifiques. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué publié par l’association le 3 octobre dernier.

L’Association Française d’Economie Politique a constitué une Commission Évaluation, composée d’une trentaine de chercheurs et d’enseignants-chercheurs. La Commission a travaillé pendant un an dans la perspective que s’est fixée l’association : promouvoir le pluralisme des approches, celui des méthodes et des objets de recherche.

Cette Commission a rendu public son rapport, dans la perspective d’une refonte très profonde de la démarche d’évaluation.

Ses conclusions principales sont les suivantes :

1.L’AFEP défend les processus d’évaluation contradictoires et pluriels, et souhaite promouvoir une évaluation respectant le pluralisme des objets, des méthodes et des approches conceptuelles.

L’évaluation ne doit pas être conduite pour vérifier la conformité à une norme de pensée et de pratiques. La recherche en économie ne peut se réduire à une conception où la pratique de la recherche est réduite à un ensemble de techniques qu’il faudrait maîtriser.

2. L’AFEP considère que les modes d’administration de la preuve sont multiples, empruntant au bagage commun des autres sciences sociales.

L’AFEP s’oppose à une évaluation qui dérive vers une pratique de contrôle, et qui ne conçoit la recherche que comme l’application de ces techniques, assimilant la non-soumission à ces techniques à l’absence de travail, ou de résultats.

3. L’AFEP estime que l’évaluation a pour but de marquer d’éventuelles étapes dans le développement de programmes et d’engagements, et de fournir aux évalués un regard extérieur, et accompagnant. Le changement profond du régime d’évaluation que l’AFEP entend promouvoir s’inscrit dans cette perspective d’accompagnement des laboratoires comme des enseignants-chercheurs. Cela inscrit l’exercice d’évaluation dans le temps long.

4. Dans cette perspective, l’AFEP considère qu’il convient de veiller à ce qu’il n’y ait ni conflits d’intérêts, ni défiance réciproque entre évaluateurs et évalués. Cette condition est d’autant plus indispensable que fleurissent les diverses « excellences », qu’il s’agisse des Chaires, des « laboratoires d’excellence » (« Labex »), des « initiatives d’excellence » (« Idex »), de la Prime d’Excellence Scientifique, etc., avec à la clé la constitution, de fait, d’ « évaluateurs professionnels ».

L’ensemble de ces éléments conduit l’AFEP à demander que toutes les pratiques de notation, de quota et de classement soient abandonnées. Les notations tendent en effet à doter l’évaluation d’une illusoire objectivité, quasi-mécanisable, et produite rapidement. L’AFEP estime au contraire que les processus d’évaluation contradictoires et pluriels qu’elle revendique nécessitent de prendre du temps : le temps de lire les travaux de recherche des enseignants-chercheurs, le temps d’évaluer les résultats des formations auxquelles ils apportent leur contribution, et le temps de prendre connaissance et de comprendre le contexte des projets scientifiques des laboratoires.

Pour en savoir plus : le communiqué du 29 septembre 2011 consécutif au refus de promotion de P.Batifoulier.

 

Licence : arrêté de mort (symbolique) ?

Le projet de « réforme » de la licence continue d’avancer. Le 12 juillet dernier,  le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER ) a approuvé le projet d’arrêté, qui n’est pourtant pas sans soulever un certain nombre de questions. et d’en laisser un certain nombre d’autres, cruciales, en suspens. Qu’il s’agisse de l’insertion professionnelle des futurs diplômés, des modalités de contrôle de connaissances, de la substitution de ces dernières d’ailleurs par des « référentiels de compétences », ou encore du socle d’heures minimales, les points d’achoppement sont nombreux, comme le relève Pierre Dubois sur son blog « Histoires d’Université« . Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller lire les quelques billets qu’il a consacré à cette question depuis fin juin.

La section sociologie du CNU en pleine crise

Par Joseph Confavreux

Agora reproduit ici, avec la très aimable autorisation de son auteur, cet article de Joseph Confavreux, initialement paru le jeudi 23 juin 2011 dans Mediapart, à l’adresse suivante : http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/230611/querelles-de-chapelles-et-de-personnes-dans-la-section-sociologie-du-cn

L’abcès se loge, depuis des années, au cœur du fonctionnement complexe de l’Université française. La section de sociologie du Conseil national des Universités vient de promouvoir, de nouveau, à des postes prestigieux, certains de ses propres membres. Une pratique qui incarne les petits arrangements et les conflits d’intérêts qui traversent une partie de la recherche française. Sur fond de dispute violente et récurrente entre les principaux représentants de la sociologie française et une de ses tendances, emmenée par Michel Maffesoli, par ailleurs candidat au fauteuil de Claude Lévi-Strauss à l’Académie française, dont l’élection se déroule jeudi 23 juin.

Continuer la lecture de La section sociologie du CNU en pleine crise

Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Nous vous relayions il y a quelques jours la déclaration de professeurs siégeant au sein de la 19e section du CNU et dénonçant les  nouvelles auto-promotions dont elle a été le théâtre. Pour compléter cette dernière, nous reproduisons, avec sa permission, la lettre ouverte qu’Alain Quemin a adressé à ses collègues. Voilà qui devrait alimenter les discussions au prochain Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), début juillet à Grenoble, où les principaux intéressés ne seront malheureusement sans doute pas présents…

Continuer la lecture de Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

On pensait qu’après le scandale déclenché l’année dernière par les auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie), puis l’affaire de plagiat impliquant Ali Aït Abdelmalek, son premier vice-président, Claude Dubar s’était demandé dans un long billet : « Comment en est-on arrivé là ? » La formulation de la question laissait penser qu’il n’était guère possible de tomber plus bas. Et on pouvait croire que les membres de la 19ème section rescapés de ce naufrage feraient profil bas…

Erreur ! Il était en fait possible de faire pire. La rumeur courait depuis quelques jours d’une nouvelle vague d’auto-promotions parmi les professeurs siégeant dans la 19ème section. Cette déclaration, publiée ce soir par cinq de leurs collègues, le confirme…

Continuer la lecture de Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

Une nouvelle nomenclature des disciplines en SHS ?

La Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), instance de réflexion et de proposition qui dépend du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), a remis en décembre dernier un rapport définissant une « nouvelle nomenclature des Sciences de l’Homme et de la Société ». L’opération consiste à remplacer les actuelles nomenclatures disciplinaires du CNRS, du CNU et de l’AERES, par une nouvelle nomenclature unique, « définie par thématiques de recherche plutôt que par disciplines », dans une logique de convergence européenne, structurée autour des « productions » de la recherche, et privilégiant donc les SHS « finalisées » plutôt que la « vieille organisation facultaire ». Il ne s’agit pas ici de « proposition » ou de « préconisation », comme le rapport l’indique clairement : « la nomenclature des productions de la recherche SHS est la suivante. Elle sert désormais de référence à l’AERES et au MESR »…

Cette fameuse nomenclature, la voici:

Or, cette nouvelle nomenclature commence à susciter des remous. Ainsi, la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) vient de voter une motion dénonçant l’élaboration de cette nomenclature « sans une aucune concertation avec les communautés scientifiques ». C’est le texte de cette motion que nous reproduisons ci-dessous :

MOTION RELATIVE AUX NOUVELLES NOMENCLATURES IMPOSÉES EN SHS SANS CONCERTATION AVEC LES COMMUNAUTÉS SCIENTIFIQUES

Disponible en ligne au format PDF à l’adresse suivante :
http://www.cpcnu.fr/downloadFichierActualite?name=Motion_Nomenclatures_SHS_17e_et_20e.pdf&path=/actualites/actualite20110324122231460&typeDocument=generique

La Stratégie Nationale de Recherche et Innovation (SNRI), insistant à juste titre sur l’importance des Sciences de l’Homme et de la Société (SHS), a voulu en décembre 2010 proposer une « cartographie claire et lisible » du domaine SHS en cherchant à harmoniser les « panels » de l’European Research Council et la nomenclature par Groupes de la DGRI, DGESIP et de l’AERES.Cette nouvelle nomenclature a été établie sans aucune concertation avec les principaux acteurs intéressés, que ce soient les représentants des communautés scientifiques qui siègent dans les différentes sections du Conseil National des Universités, à la CPCNU ou au comité national des organismes de recherche.Sous couvert de simplification, et en prétendant rompre avec des nomenclatures « trop raffinées », cette nomenclature, si elle devait entrer dans les faits, aurait des conséquences absolument catastrophiques pour l’expertise et l’évaluation des disciplines. Elle rend en effet illisible la singularité et l’unité des champs disciplinaires. La subdivision de la 17e section du CNU (en 17 a et 17 b), l’éclatement et la liquidation de la 20e section CNU (suppression de l’Ethnologie et de l’anthropologie biologique), pour ne citer que ces exemples, assorties d’une estimation, arbitraire plus qu’approximative, des communautés concernées sont absurdes et dangereuses. Elle constituerait une régression déplorable, arc-boutée sur des clivages heureusement dépassés au plan national et international du type querelle des « modernes » contre les « anciens » que nous serions.

La richesse des disciplines est faite de leur diversité et de la complémentarité d’approches qui se fécondent mutuellement, comme elle s’enrichit des recherches frontalières. Sous couvert d’actualisation et de mise au goût du jour, cette « nouvelle » nomenclature, cette architecture des disciplines, enfermerait la recherche et l’université française dans des combats d’arrière-garde.Nous exigeons le retrait immédiat de ces nouvelles nomenclatures et l’ouverture de consultations avec les représentants des disciplines, sections du CNU, CP-CNU, sections du Comité national des organismes de recherche.

Le 5 Mars 2011

Jean-Yves BOURSIER, Président de la 20e section du CNU (Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie biologique) et le bureau de la 20e section

Jean-François COURTINE, Président de la 17e section du CNU (Philosophie) et le bureau de la 17e section

Motion adoptée par l’assemblée de la CP-CNU réunie le 11 mars 2011