Elections : l’ESR en rase campagne ?

En ces temps de campagnes présidentielle et législative, les candidats sont traditionnellement interpelés par les agents qui composent les différents champs qui composent le monde social. Si l’éducation apparaît à raison comme l’un des thèmes en haut de l’agenda politique, l’enseignement supérieur et la recherche en particulier semblent rester dans l’angle mort. Pour tenter de remédier à cette situation, différentes organisations du secteur ont lancé un appel commun envers les candidats à la magistrature suprême le jeudi 23 février qui revient et conteste les (profondes) transformations en cours comme autant de régressions dissimulées sous des mots d’ordre modernistes (« autonomie », « excellence », etc.) et avance 10 propositions de réformes. Vous pouvez lire cet appel et éventuellement le signer à l’adresse suivante :  http://appel-enseignement-sup-et-recherche.fr

Précarité dans le supérieur : maintenant, le blog

Après avoir publié en 2010 un rapport de recherche puis un ouvrage aux éditions Raisons d’Agir en avril dernier sur ce thème trop méconnu (sauf des intéressé-e-s – dans tous les sens du terme…), le collectif P.E.C.R.E.S. (Pour l’Étude des Conditions de travail dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche) vient de lancer un blog destiné à recueillir les récits, témoignages et analyses de la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche. Alors que le phénomène ne cesse de progresser discrètement, l’objectif de ce blog est de permettre aux personnes concernées de faire part de leur expérience, dans le but simultanément de faire ressortir les traits communs à ces situations en même temps que  leur diversité, selon ses initiateurs.

 

 

Ralentir, c’est urgent !

La question des rythmes de vie (et de leur accélération contemporaine) constitue sans doute un des enjeux importants de notre époque, comme le démontre le relatif retentissement qu’a eu le récent essai d’Hartmunt Rosa (pour un ouvrage de sciences sociales s’entend…). Des appels à la « simplicité volontaire » lancés par les trop caricaturés objecteurs de croissance au mouvement du Slow Food, la question se décline dans l’ensemble des sphères de l’existence, et la recherche n’y fait pas exception (ni l’enseignement d’ailleurs, comme en témoigne le débat récurrent sur les rythmes scolaires, ou les horaires de telle discipline – comme les SES en seconde). C’est pour résister à l’accélération tous azimuts qui affecte actuellement l’organisation de la recherche que certain-e-s ont lancé un appel à fonder un mouvement pour la Slow Science dont nous relayons ici l’appel, non sans espérer que son audience grandira plus sûrement que lentement…

Chercheurs, enseignants-chercheurs, hâtons-nous de ralentir ! Libérons-nous du syndrome de la Reine Rouge ! Cessons de vouloir courir toujours plus vite pour, finalement, faire du surplace, quand ce n’est pas de la marche arrière ! À l’instar des mouvements Slow Food, Slow City ou Slow Travel, nous appelons à créer le mouvement Slow Science.

Chercher, réfléchir, lire, écrire, enseigner demande du temps. Ce temps, nous ne l’avons plus, ou de moins en moins. Nos institutions et, bien au-delà, la pression sociétale promeuvent une culture de l’immédiateté, de l’urgence, du temps réel, des flux tendus, des projets qui se succèdent à un rythme toujours plus rapide. Tout cela se fait non seulement aux dépens de nos vies – tout collègue qui n’est pas surmené, stressé, « surbooké » passe aujourd’hui pour original, aboulique ou paresseux -, mais aussi au détriment de la science. La Fast Science, tout comme le Fast Food, privilégie la quantité sur la qualité.

Nous multiplions les projets de recherche pour tenter de faire vivre nos laboratoires qui, souvent, crient misère. Résultat : à peine avons-nous terminé la mise au point d’un programme et, par mérite ou par chance, obtenu une subvention, que nous devons aussitôt songer à répondre aux prochains appels d’offres, au lieu de nous consacrer entièrement au premier projet.

Parce que les évaluateurs et divers experts sont eux-mêmes toujours pressés, nos CV sont de plus en plus souvent évalués au nombre de lignes (combien de publications, combien de communications, combien de projets ?), phénomène qui induit une obsession de la quantité dans la production scientifique. Résultat : outre l’impossibilité de tout lire, y compris dans les domaines les plus pointus, outre le fait que de très nombreux articles non seulement ne sont jamais cités mais ne sont jamais lus, il devient de plus en plus difficile de repérer la publication ou la communication qui compte vraiment – celle à laquelle le ou la collègue aura consacré tout son temps pendant des mois, parfois pendant des années – parmi les milliers d’articles dupliqués, saucissonnés, reformatés, quand ils ne sont pas plus ou moins « empruntés ».

Cela va de soi, notre offre de formation se doit toujours d’être « innovante », bien évidemment « performante », « structurante » et adaptée à l’ « évolution des métiers », évolution dont on a par ailleurs bien du mal à cerner des contours perpétuellement mouvants. Résultat : dans cette course effrénée à l’ « adaptation », la question des savoirs fondamentaux à transmettre – savoirs qui, par définition, ne peuvent être inscrits que dans la durée – n’est plus à l’ordre du jour. Ce qui compte, c’est d’être dans l’air du temps, et surtout de changer sans cesse pour suivre cet « air » tout aussi changeant… La suite par ici (ne lisez pas trop vite !)

Précarité à la vitesse « supérieur » : le temps « presse »

Une fois n’est pas coutume, nous relayons une annonce d' »événement » : lundi prochain, 20 juin, l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche organise une conférence de presse sur la précarité dans ce secteur. Celle-ci se tiendra à partir de 14h dans l’amphithéâtre Moissan de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris (11, rue Pierre et Marie Curie, dans le 5e arrondissement de la capitale).

La conférence se déroulera en deux temps : d’abord la présentation de l’ouvrage Recherche précarisée, recherche atomisée (Raisons d’Agir, 2011) par deux membres du bien nommé collectif PECRES (Pour l’Etude des Conditions de Travail dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche), puis un débat avec la salle sur ce thème et les solutions envisageables pour inverser la tendance.

Reste à savoir comment les journalistes rendront compte de ce rendez-vous sur une thématique qu’ils connaissent également de très près…

Quand les chercheurs n’osent plus chercher

A lire (entre autres…) dans le numéro de mars du Monde diplomatique, un article signé Howard S. Becker  et intitulé « Quand les chercheurs n’osent plus chercher« . Où l’auteur d’Outsiders et des Mondes de l’art (entre autres…) revient sur les formes insidieuses d'(auto-)censure qui s’installent progressivement dans le monde académique des sciences sociales. A lire et à méditer…

« Réduire la voilure » de la recherche publique

Pour ceux qui auraient encore des doutes quant aux visées de l’Elysée concernant la recherche publique, les récentes déclarations d’Arnaud Munnich, conseiller en « sciences de la santé » du président de la République permettent de dissiper toute ambiguïté. Si celui-ci expose sans fard la finalité du chef de l’État, celle-ci passe par une réorganisation en profondeur de l’organisation, toute discipline confondue, comme l’expose le journaliste de Libération, Sylvestre Huet sur son blog. Rien de surprenant malheureusement, si ce n’est la relative apathie qui semble  aujourd’hui traverser nos professions face à ces évolutions bien inquiétantes…

Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »

La conversion de la recherche publique à marche forcée vers une « gouvernance par projet » s’amplifie, avec l’injonction à intégrer un des laboratoires d’excellence (« Labex »). C’est ainsi non seulement le financement de la recherche mais la notion même de laboratoire qui sont mises en cause, comme le nouveau Conseil Scientifique du CNRS a tenu à s’en alarmer dès sa première réunion. Nous reproduisons ci-dessous la motion adoptée à cette occasion.

Dès sa première réunion, le 15 novembre 2010, le nouveau Conseil Scientifique du CNRS souhaite s’exprimer sur le volet recherche du Grand Emprunt. Une partie importante de la somme versée au titre des « investissements d’avenir » sera en réalité prélevée sur le budget de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, comme l’indique un document de la Présidence de la République [1] . De fait, les informations fournies par la direction du CNRS permettent de prévoir une diminution de plus de 10 % des crédits de fonctionnement en 2011. Le financement par le Grand Emprunt va ainsi contribuer à réduire le soutien de base aux laboratoires, qui est pourtant largement considéré comme le seul susceptible de soutenir des recherches originales, indépendantes des modes.

Continuer la lecture de Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »

« Réformes » de l’Université : un enjeu européen

Si les médias ont abondamment relayé les mouvements qui ont animé l’Université française ces dernières années, ils sont restés en revanche beaucoup plus discrets sur les logiques structurelles qui les sous-tendent, et en particulier sur la dimension européenne des réformes (1), mais aussi de leurs oppositions, tant intra-(2) qu’internationales.  Nouvelle illustration avec le récent contre-sommet qui s’est tenu à Vienne du 11 au 14 mars derniers. Un collègue, chercheur au CNRS, y était et nous en propose le compte-rendu qui suit, non sans oublier de replacer cet événement dans la perspective nécessaire.

Continuer la lecture de « Réformes » de l’Université : un enjeu européen

« L’autre » CNU et l’avenir de l’enseignement

Après plusieurs semaines de « veille », la Coordination Nationale des Universités s’est de nouveau réunie ce lundi 25 janvier 2010 à Paris. 28 établissements étaient représentés aux côtés de différentes organisations syndicales ou associatives. Au terme de ce rassemblement, plusieurs motions – que nous reproduisons ci-dessous- ont été adoptées, qui invitent à penser ensemble les différentes « réformes » actuellement à l’œuvre aux différents âge du système éducatif. Un certain nombre de positions fermes ont ainsi été adoptées, allant de l’organisation des concours d’enseignement à l’évaluation des enseignants-chercheurs en passant par l’emploi institutionnalisé des vacataires.  Le débat est (r)ouvert, reste la question de la temporalité et des modes d’action…

Continuer la lecture de « L’autre » CNU et l’avenir de l’enseignement

L’ANR et les sciences humaines et sociales

Le 1er avril dernier, les enseignants-chercheurs de l’EHESS organisaient un débat sur l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et ses effets sur la recherche dans les SHS.

Créée en 2007, cette agence a pour  fonction d’allouer les financements à des projets de recherche qu’elle sélectionne, mais aussi de favoriser les partenariats entre secteurs public et privé. Ces deux missions ne sont pas sans susciter de vifs débats parmi les chercheurs. Un certain nombre pointe ainsi que cette  logique de fincancement favorise l’essor d’une « culture manageriale » parmi les chercheurs, au détriment de la qualité et de l’impartialité des travaux. En témoigne le compte-rendu du débat à l’EHESS proposé par Michel Barthélémy. Suite à ce débat auquel il prit part, Jean-Michel Roddaz, responsable du département SHS à l’ANR, a rédigé une réponse le 8 avril dernier que nous reproduisons ci-dessous.
Vous êtes toutes et tous invités à proposer votre propre témoignage et/ou vos réflexions pour alimenter un débat qui est certainement loin de s’éteindre.

Continuer la lecture de L’ANR et les sciences humaines et sociales