Elections : l’ESR en rase campagne ?

En ces temps de campagnes présidentielle et législative, les candidats sont traditionnellement interpelés par les agents qui composent les différents champs qui composent le monde social. Si l’éducation apparaît à raison comme l’un des thèmes en haut de l’agenda politique, l’enseignement supérieur et la recherche en particulier semblent rester dans l’angle mort. Pour tenter de remédier à cette situation, différentes organisations du secteur ont lancé un appel commun envers les candidats à la magistrature suprême le jeudi 23 février qui revient et conteste les (profondes) transformations en cours comme autant de régressions dissimulées sous des mots d’ordre modernistes (« autonomie », « excellence », etc.) et avance 10 propositions de réformes. Vous pouvez lire cet appel et éventuellement le signer à l’adresse suivante :  http://appel-enseignement-sup-et-recherche.fr

Science politique : licences to kill ?

Contrairement à ce que certains croient, il n’y a pas que dans les instituts d’études politiques que la science politique s’épanouit : l’Université constitue également un lieu essentiel d’accès à cette discipline importante des sciences sociale. Outre les Master, plusieurs parcours de licence ont été mis en place dans de nombreuses facultés de droit et science politique pour offrir une orientation alternative aux étudiant-e-s qui se sentent davantage attirés par les sciences sociales que par les branches du droit. Or, l’AERES et le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche semblent décidés à ne pas renouveler l’habilitation de plusieurs licences de science politique dans divers établissements du pays, au terme d’évaluations problématiques puisqu’effectuées par des commissions ne comprenant aucun-e politiste.

Face à cette menace, l’AECSP (Association des Enseignants Chercheurs de Science Politique) et l’AFSP (Association Française de Science Politique) ont initié une mobilisation comprenant plusieurs volets :

– l’envoi, le 2 novembre dernier, d’une lettre ouverte commune au Directeur de la section « Formation et diplômes » de l’AERES
– une enquête destinée à collecter  les informations localement éparpillées (rapport d’évaluation, composition des comités d’évaluation, etc) : vous pouvez envoyer ainsi tous renseignements utiles à cette adresse : omaspinfos(at)gmail.com
– une pétition en ligne pour mettre en évidence leurs soutiens

Pour en savoir plus : http://www.petitions24.net/aecsp-afsp_mobilisation_pour_les_licences_de_science_politique

Voir également la page spéciale consacrée à l’avenir des licences de science politique sur le site de l’AFSP : http://www.afsp.info/omasp/licences/avenirdeslicences.html

Ralentir, c’est urgent !

La question des rythmes de vie (et de leur accélération contemporaine) constitue sans doute un des enjeux importants de notre époque, comme le démontre le relatif retentissement qu’a eu le récent essai d’Hartmunt Rosa (pour un ouvrage de sciences sociales s’entend…). Des appels à la « simplicité volontaire » lancés par les trop caricaturés objecteurs de croissance au mouvement du Slow Food, la question se décline dans l’ensemble des sphères de l’existence, et la recherche n’y fait pas exception (ni l’enseignement d’ailleurs, comme en témoigne le débat récurrent sur les rythmes scolaires, ou les horaires de telle discipline – comme les SES en seconde). C’est pour résister à l’accélération tous azimuts qui affecte actuellement l’organisation de la recherche que certain-e-s ont lancé un appel à fonder un mouvement pour la Slow Science dont nous relayons ici l’appel, non sans espérer que son audience grandira plus sûrement que lentement…

Chercheurs, enseignants-chercheurs, hâtons-nous de ralentir ! Libérons-nous du syndrome de la Reine Rouge ! Cessons de vouloir courir toujours plus vite pour, finalement, faire du surplace, quand ce n’est pas de la marche arrière ! À l’instar des mouvements Slow Food, Slow City ou Slow Travel, nous appelons à créer le mouvement Slow Science.

Chercher, réfléchir, lire, écrire, enseigner demande du temps. Ce temps, nous ne l’avons plus, ou de moins en moins. Nos institutions et, bien au-delà, la pression sociétale promeuvent une culture de l’immédiateté, de l’urgence, du temps réel, des flux tendus, des projets qui se succèdent à un rythme toujours plus rapide. Tout cela se fait non seulement aux dépens de nos vies – tout collègue qui n’est pas surmené, stressé, « surbooké » passe aujourd’hui pour original, aboulique ou paresseux -, mais aussi au détriment de la science. La Fast Science, tout comme le Fast Food, privilégie la quantité sur la qualité.

Nous multiplions les projets de recherche pour tenter de faire vivre nos laboratoires qui, souvent, crient misère. Résultat : à peine avons-nous terminé la mise au point d’un programme et, par mérite ou par chance, obtenu une subvention, que nous devons aussitôt songer à répondre aux prochains appels d’offres, au lieu de nous consacrer entièrement au premier projet.

Parce que les évaluateurs et divers experts sont eux-mêmes toujours pressés, nos CV sont de plus en plus souvent évalués au nombre de lignes (combien de publications, combien de communications, combien de projets ?), phénomène qui induit une obsession de la quantité dans la production scientifique. Résultat : outre l’impossibilité de tout lire, y compris dans les domaines les plus pointus, outre le fait que de très nombreux articles non seulement ne sont jamais cités mais ne sont jamais lus, il devient de plus en plus difficile de repérer la publication ou la communication qui compte vraiment – celle à laquelle le ou la collègue aura consacré tout son temps pendant des mois, parfois pendant des années – parmi les milliers d’articles dupliqués, saucissonnés, reformatés, quand ils ne sont pas plus ou moins « empruntés ».

Cela va de soi, notre offre de formation se doit toujours d’être « innovante », bien évidemment « performante », « structurante » et adaptée à l’ « évolution des métiers », évolution dont on a par ailleurs bien du mal à cerner des contours perpétuellement mouvants. Résultat : dans cette course effrénée à l’ « adaptation », la question des savoirs fondamentaux à transmettre – savoirs qui, par définition, ne peuvent être inscrits que dans la durée – n’est plus à l’ordre du jour. Ce qui compte, c’est d’être dans l’air du temps, et surtout de changer sans cesse pour suivre cet « air » tout aussi changeant… La suite par ici (ne lisez pas trop vite !)

Une nouvelle nomenclature des disciplines en SHS ?

La Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), instance de réflexion et de proposition qui dépend du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), a remis en décembre dernier un rapport définissant une « nouvelle nomenclature des Sciences de l’Homme et de la Société ». L’opération consiste à remplacer les actuelles nomenclatures disciplinaires du CNRS, du CNU et de l’AERES, par une nouvelle nomenclature unique, « définie par thématiques de recherche plutôt que par disciplines », dans une logique de convergence européenne, structurée autour des « productions » de la recherche, et privilégiant donc les SHS « finalisées » plutôt que la « vieille organisation facultaire ». Il ne s’agit pas ici de « proposition » ou de « préconisation », comme le rapport l’indique clairement : « la nomenclature des productions de la recherche SHS est la suivante. Elle sert désormais de référence à l’AERES et au MESR »…

Cette fameuse nomenclature, la voici:

Or, cette nouvelle nomenclature commence à susciter des remous. Ainsi, la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) vient de voter une motion dénonçant l’élaboration de cette nomenclature « sans une aucune concertation avec les communautés scientifiques ». C’est le texte de cette motion que nous reproduisons ci-dessous :

MOTION RELATIVE AUX NOUVELLES NOMENCLATURES IMPOSÉES EN SHS SANS CONCERTATION AVEC LES COMMUNAUTÉS SCIENTIFIQUES

Disponible en ligne au format PDF à l’adresse suivante :
http://www.cpcnu.fr/downloadFichierActualite?name=Motion_Nomenclatures_SHS_17e_et_20e.pdf&path=/actualites/actualite20110324122231460&typeDocument=generique

La Stratégie Nationale de Recherche et Innovation (SNRI), insistant à juste titre sur l’importance des Sciences de l’Homme et de la Société (SHS), a voulu en décembre 2010 proposer une « cartographie claire et lisible » du domaine SHS en cherchant à harmoniser les « panels » de l’European Research Council et la nomenclature par Groupes de la DGRI, DGESIP et de l’AERES.Cette nouvelle nomenclature a été établie sans aucune concertation avec les principaux acteurs intéressés, que ce soient les représentants des communautés scientifiques qui siègent dans les différentes sections du Conseil National des Universités, à la CPCNU ou au comité national des organismes de recherche.Sous couvert de simplification, et en prétendant rompre avec des nomenclatures « trop raffinées », cette nomenclature, si elle devait entrer dans les faits, aurait des conséquences absolument catastrophiques pour l’expertise et l’évaluation des disciplines. Elle rend en effet illisible la singularité et l’unité des champs disciplinaires. La subdivision de la 17e section du CNU (en 17 a et 17 b), l’éclatement et la liquidation de la 20e section CNU (suppression de l’Ethnologie et de l’anthropologie biologique), pour ne citer que ces exemples, assorties d’une estimation, arbitraire plus qu’approximative, des communautés concernées sont absurdes et dangereuses. Elle constituerait une régression déplorable, arc-boutée sur des clivages heureusement dépassés au plan national et international du type querelle des « modernes » contre les « anciens » que nous serions.

La richesse des disciplines est faite de leur diversité et de la complémentarité d’approches qui se fécondent mutuellement, comme elle s’enrichit des recherches frontalières. Sous couvert d’actualisation et de mise au goût du jour, cette « nouvelle » nomenclature, cette architecture des disciplines, enfermerait la recherche et l’université française dans des combats d’arrière-garde.Nous exigeons le retrait immédiat de ces nouvelles nomenclatures et l’ouverture de consultations avec les représentants des disciplines, sections du CNU, CP-CNU, sections du Comité national des organismes de recherche.

Le 5 Mars 2011

Jean-Yves BOURSIER, Président de la 20e section du CNU (Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie biologique) et le bureau de la 20e section

Jean-François COURTINE, Président de la 17e section du CNU (Philosophie) et le bureau de la 17e section

Motion adoptée par l’assemblée de la CP-CNU réunie le 11 mars 2011