Les sciences sociales au lycée : faut-il une réforme ?

Par Rémi Jeannin[1]

Le lundi 9 mars 2009, le RTP “Société en évolution, science sociale en mouvement” a organisé une journée de débats intitulée : “Quel avenir pour les sciences sociales ?”. Avec l’aimable autorisation de leurs auteurs, AGORA publie les textes des interventions de cette journée.

Les Sciences Economiques et Sociales (SES) sont une discipline scolaire qui vise, depuis 1967, à « conduire à la connaissance et à l’intelligence des économies et des sociétés d’aujourd’hui et intégrer cette acquisition à la formation générale des élèves, à leur culture », en mobilisant les apports de plusieurs disciplines scientifiques.

De cette ambition initiale découlent plusieurs caractéristiques auxquelles sont fortement attachés les enseignants de SES, mais qui sont remises en question par un ensemble disparate d’acteurs :

Continuer la lecture de Les sciences sociales au lycée : faut-il une réforme ?

La sociologie dans l’université de masse

Par Sylvia Faure[1]

Le lundi 9 mars 2009, le RTP “Société en évolution, science sociale en mouvement” a organisé une journée de débats intitulée : “Quel avenir pour les sciences sociales ?”. Avec l’aimable autorisation de leurs auteurs, AGORA publie les textes des interventions de cette journée.

Cette intervention décrit un contexte pédagogique dans le département de sociologie d’une université de masse (Lyon2), mais n’est pas le produit d’une recherche sur l’enseignement de la sociologie à l’université. Il s’agit donc de discuter ensemble d’expériences professionnelles et, ce faisant, de mettre en évidence des injonctions fortes qui s’adressent aux enseignants de sociologie depuis la mise en place de la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat) : professionnaliser et rendre « utiles » les études de sociologie. Ne sommes-nous pas en présence d’un schème de pensée à mettre à distance ?

Continuer la lecture de La sociologie dans l’université de masse

Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Par Jean-François Bayart, directeur de recherches au CNRS

En annonçant la rupture, Nicolas Sarkozy n’avait pas trompé sur la marchandise. Malgré ses incohérences discursives de chauve-souris (voyez mes ailes, je suis libéral et atlantiste, voyez mon corps, je suis national et protecteur), ses objectifs sont clairs : d’une part, soumettre la société française à la dictature d’une rationalité strictement comptable, quantitative et financière, celle du New Public Management, en cassant l’autonomie des corps intermédiaires, des institutions, des métiers ; de l’autre, la corseter à grand renfort de lois liberticides, de fichiers, de vidéosurveillance, de descentes policières aux abords des écoles et dans les établissements eux-mêmes sous prétexte de lutte contre l’immigration clandestine et la drogue, d’ingérences dans les médias, la magistrature ou le monde des affaires, d’invocations étatiques de l’ « identité nationale » (incitations à la délation à l’appui), de traques contre une « ultragauche » censée être virulente mais dont les juges ont quelque peine à établir la culpabilité. D’un côté, le néo-libéralisme ; de l’autre, le dirigisme, et de plus en plus l’autoritarisme. En bref, le national-libéralisme.

Continuer la lecture de Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Quel avenir pour les sciences sociales ?

Depuis sa création en janvier 2006, le RTP-CNRS « Société en évolution, Science Sociale en Mouvement » a engagé une réflexion collective sur l’avenir de la sociologie en France. Les travaux du RTP s’articulent autour de cinq thèmes : la place de la sociologie française dans le contexte international ; la place de la sociologie par rapport aux autres disciplines ; la place de la théorie en sociologie ; les relations de la sociologie au monde social ; l’enseignement de la sociologie.

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP organise le lundi 9 mars 2009, à l’ENS (Campus Paris Jourdan), une journée de débats autour de ces questions, intitulée ” Quel avenir pour les sciences sociales ?” : dans le contexte actuel de réformes et de mobilisations, l’avenir des sciences sociales suscite en effet des inquiétudes grandissantes, et engendre de nombreuses prises de positions, dont nous proposons de débattre en deux temps : la matinée sera consacrée aux débats sur l’avenir de la recherche en SHS et les transformations de ses formes de financement ; l’après-midi sera consacrée à l’enseignement de la sociologie et des sciences sociales, du lycée au supérieur.

Continuer la lecture de Quel avenir pour les sciences sociales ?

Une discipline sans disciplines ? Réponse à Pascal Combemale

Par Laurent Braquet, Denis Colombi, Estelle Hemdane, enseignants de SES, membres de l’Apses

Note des Editeurs : les analyses et les opinions exprimées dans ce texte sont celles de ses auteurs, et non celles d’AGORA ou de ses rédacteurs. Elles sont reproduites ici, conformément à la vocation d’AGORA, pour alimenter les débats sur l’enseignement et la recherche en sciences sociales.

Le 3 décembre 2008, une grande manifestation, organisée par l’Apses, a rassemblé de nombreux enseignants de sciences économiques et sociales autour de la défense de leur enseignement, alors menacé par la réforme du lycée proposée par Xavier Darcos. Sommet d’une mobilisation sans failles, elle a montré, s’il en était encore besoin, l’attachement de tout un corps d’enseignants à une discipline injustement attaquée par des lobbies et des politiques sur la base d’arguments idéologiques et fallacieux.

La marche au travers de Paris s’est terminée par un meeting à la Bourse du Travail, où des personnalités – représentants syndicaux, sociologues, économistes, etc. – ont pris la parole pour redire l’enjeu qu’il y a à défendre les sciences économiques et sociales. Parmi ces interventions, celle de Pascal Combemale, figure de la discipline (auteur de manuel et de textes didactiques) et enseignant en classe préparatoire au lycée Henri IV, semble avoir fait forte impression. Si l’on ne peut, bien sûr, juger de la portée d’un discours sur le seul applaudimètre, certaines réactions sur les listes de diffusions consacrées aux SES, ainsi que la reprise rapide de ce texte sur le site du magazine Alternatives Économiques, laissent à penser qu’il a rencontré un certain écho dans la profession.
Continuer la lecture de Une discipline sans disciplines ? Réponse à Pascal Combemale

Les SES existent pour des raisons politiques et sont attaquées pour des raisons politiques

L’intervention de Pascal Combemale, professeur en Khâgne B/L au lycée Henri IV, lors de la journée de mobilisation et de grève des enseignants de sciences économiques et sociales (SES) le 3 décembre 2008, est reproduite sur le site du magazine Alternatives économiques depuis le 4 décembre 2008.

Vous pouvez la lire à cette adresse :

http://www.alternatives-economiques.fr/les-ses-existent-pour-des-raisons-politiques-et-sont-attaquees-pour-des-raisons-politiques_fr_art_633_41330.html

Pour Nicolas Sarkozy, la filière économique et sociale, « c’est une blague »

Le mardi 27 janvier 2009, en déplacement à Châteauroux, Nicolas Sarkozy a réaffirmé sa volonté de poursuivre la réforme du lycée, et pour ceux qui en doutait encore, il en a bien précisé un des objectifs cruciaux, le démantèlement de la filière économique et sociale (ES). Extrait :

« Il y a une filière économique pour vos enfants. C’est une blague. Parce que la filière économique ES, mettez vos enfants dedans, et ils ne peuvent pas se permettre de se présenter dans les meilleures écoles économiques. Alors qu’est-ce que cela veut dire ? On dit à son gosse, fais la filière économique, tu pourras faire de l’économie et à l’arrivée ils ne peuvent pas se présenter. Ce n’est pas admissible » [voir la vidéo]

Continuer la lecture de Pour Nicolas Sarkozy, la filière économique et sociale, « c’est une blague »