La section sociologie du CNU en pleine crise

Par Joseph Confavreux

Agora reproduit ici, avec la très aimable autorisation de son auteur, cet article de Joseph Confavreux, initialement paru le jeudi 23 juin 2011 dans Mediapart, à l’adresse suivante : http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/230611/querelles-de-chapelles-et-de-personnes-dans-la-section-sociologie-du-cn

L’abcès se loge, depuis des années, au cœur du fonctionnement complexe de l’Université française. La section de sociologie du Conseil national des Universités vient de promouvoir, de nouveau, à des postes prestigieux, certains de ses propres membres. Une pratique qui incarne les petits arrangements et les conflits d’intérêts qui traversent une partie de la recherche française. Sur fond de dispute violente et récurrente entre les principaux représentants de la sociologie française et une de ses tendances, emmenée par Michel Maffesoli, par ailleurs candidat au fauteuil de Claude Lévi-Strauss à l’Académie française, dont l’élection se déroule jeudi 23 juin.

Continuer la lecture de La section sociologie du CNU en pleine crise

Zadig et la destinée de l’économie

Comme l’a bien décrit Frédéric Lebaron, la crise économique actuelle est aussi celle de la pensée économique. Aussi, après la création de l’AFEP (Association française d’économie politique) et du collectif des “Économistes atterrés”, voici une nouvelle initiative pour souligner la nécessité de réenchâsser l’économie dans les sciences humaines et sociales.

Initié par Ai-Thu Dang (MCF, Université Paris 1), Christine Erhel (MCF, Université Paris 1), Jérôme Gautié (Professeur, Université Paris 1), Sophie Harnay (MCF, Université Paris Ouest Nanterre), Hélène Raymond (Professeure, Université Paris Ouest Nanterre) qui l’ont baptisé d’après un conte voltairien cher à l’actuel secrétaire d’État au commerce et à l’artisanat, celui-ci vient ainsi de publier une lettre ouverte à sa collègue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, que nous reproduisons ci-dessous avec leur autorisation.

Continuer la lecture de Zadig et la destinée de l’économie

Mauvais “genre” au lycée ?

En réponse à une lettre ouverte de Christine Boutin et des associations familiales catholiques au Ministre de l’Éducation nationale qui “s’indigne” (le verbe est à la mode…) et “s’inquiète” de l’introduction des “théories du genre” dans les nouveaux programmes de Sciences et Vie de la Terre, l’Institut Emilie du Châtelet , abrité par le Muséum National d’Histoire Naturelle, a pris l’initiative d’une réponse également sous forme de lettre ouverte, intitulée “Enseigner le genre : contre une censure archaïque”. Celle-ci a été publiée il y a quelques jours sur le site du “Monde.fr” et s’accompagne d’une pétition accessible à ce lien.

Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Nous vous relayions il y a quelques jours la déclaration de professeurs siégeant au sein de la 19e section du CNU et dénonçant les  nouvelles auto-promotions dont elle a été le théâtre. Pour compléter cette dernière, nous reproduisons, avec sa permission, la lettre ouverte qu’Alain Quemin a adressé à ses collègues. Voilà qui devrait alimenter les discussions au prochain Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), début juillet à Grenoble, où les principaux intéressés ne seront malheureusement sans doute pas présents…

Continuer la lecture de Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Le prix du plagiat

Décidément, le plagiat ne concerne pas que les étudiants, les anciens présentateurs de journaux télévisés ou certains membres de la section 19 au CNU… Les chercheurs ne sont donc plus exempts de ce type de pratiques, comme l’illustre aujourd’hui la demande de Didier Eribon de voir son nom retiré de la liste des lauréats du “Brudner Prize” comme le relate le site du Nouvel Observateur. Celui-ci, décerné chaque année par l’Université étasunienne de Yale, récompense des travaux apportant un apport décisif à l’étude des questions gays et lesbiennes. Didier Eribon n’est cependant pas le plagiaire, mais s’estime au contraire plagié par le lauréat de cette année. D’où sa demande de voir son nom dissocié d’une telle récompense. Voilà de quoi contribuer à la réflexion sur le sens des prix et autres distinctions, dans le monde scientifique comme ailleurs. A ce titre, on pourra conseiller la (re)lecture du Mérite de la République d’Olivier Ihl (Gallimard, 2007), non sans rappeler à ceux qui s’en inspireraient de ne pas oublier de le citer…

Censure à “Hommes et Migrations” ?

Le “durcissement” politique actuel sur la question migratoire ne cesse décidément de distiller ses effets. Dernier épisode en date : l’annulation d’un débat intitulé “Postcolonialisme ou situation postcoloniale ?” qui devait se tenir à la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI) à Paris, institution qui malgré sa création récente, n’en est pas à sa première controverse. En cause : le refus de la contribution de Nicolas Bancel dans le dossier issu de ces journées et coordonné par Esther Benbassa, qui devait paraître dans le prochain numéro d’Hommes et Migration. Joseph Confavreux a ainsi enquêté sur cette “affaire” pour le site Médiapart et en conclut à un cas de censure pour le moins inquiétant. Les non-abonnés pourront le lire sur le site d’Esther Benbassa, qui propose également d’autres articles réalisés autour de cette histoire. Epilogue : le dossier sur la France postcoloniale en question paraîtra finalement en septembre, mais dans la revue… Mouvements !

Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

On pensait qu’après le scandale déclenché l’année dernière par les auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie), puis l’affaire de plagiat impliquant Ali Aït Abdelmalek, son premier vice-président, Claude Dubar s’était demandé dans un long billet : “Comment en est-on arrivé là ?” La formulation de la question laissait penser qu’il n’était guère possible de tomber plus bas. Et on pouvait croire que les membres de la 19ème section rescapés de ce naufrage feraient profil bas…

Erreur ! Il était en fait possible de faire pire. La rumeur courait depuis quelques jours d’une nouvelle vague d’auto-promotions parmi les professeurs siégeant dans la 19ème section. Cette déclaration, publiée ce soir par cinq de leurs collègues, le confirme…

Continuer la lecture de Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

Charte déontologique de l’AFS : le débat n’est pas (complètement) clos…

A l’occasion du dernier congrès de l’Association française de sociologie (AFS) en 2009, un projet de charte déontologique avait été proposé par certain-e-s, provoquant de vives discussions et un vote qui avait conduit à son rejet, ainsi que nous l’avions relaté à l’époque.

Un groupe de travail s’était alors mis en place, élaborant un second projet présenté en avril 2010, suscitant alors malheureusement bien peu de réactions. Dans l’optique de la prochaine Assemblée générale, qui se tiendra lors du prochain congrès de l’association, à Grenoble le 7 juillet prochain, le Comité Exécutif de l’AFS a décidé de lancer une consultation indicative – mais seulement auprès de ses membres à jour de cotisation, hélas – afin d’évaluer le degré d’adhésion au texte actuel et repérer des modifications qui pourraient être apportées à ce dernier.

Vous pouvez donc prendre connaissance de ce projet… Et si vous êtes membre de l’AFS, vous pouvez vous exprimer à son sujet en cliquant sur les liens contenus dans le courrier que vous avez probablement reçu. La date limite pour répondre est fixée au lundi 23 mai.

Refonder l’enseignement de l’histoire et de la géographie ?

Une fois n’est pas coutume (mais peut le devenir…), Agora est heureux de vous faire part de la naissance d’un proche cousin, le blog “Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie”, lui aussi hébergé par Hypotheses.org et accessible à l’adresse http://aggiornamento.hypotheses.org/

Continuer la lecture de Refonder l’enseignement de l’histoire et de la géographie ?

Une nouvelle nomenclature des disciplines en SHS ?

La Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), instance de réflexion et de proposition qui dépend du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), a remis en décembre dernier un rapport définissant une “nouvelle nomenclature des Sciences de l’Homme et de la Société”. L’opération consiste à remplacer les actuelles nomenclatures disciplinaires du CNRS, du CNU et de l’AERES, par une nouvelle nomenclature unique, “définie par thématiques de recherche plutôt que par disciplines”, dans une logique de convergence européenne, structurée autour des “productions” de la recherche, et privilégiant donc les SHS “finalisées” plutôt que la “vieille organisation facultaire”. Il ne s’agit pas ici de “proposition” ou de “préconisation”, comme le rapport l’indique clairement : “la nomenclature des productions de la recherche SHS est la suivante. Elle sert désormais de référence à l’AERES et au MESR”…

Cette fameuse nomenclature, la voici:

Or, cette nouvelle nomenclature commence à susciter des remous. Ainsi, la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) vient de voter une motion dénonçant l’élaboration de cette nomenclature “sans une aucune concertation avec les communautés scientifiques”. C’est le texte de cette motion que nous reproduisons ci-dessous :

MOTION RELATIVE AUX NOUVELLES NOMENCLATURES IMPOSÉES EN SHS SANS CONCERTATION AVEC LES COMMUNAUTÉS SCIENTIFIQUES

Disponible en ligne au format PDF à l’adresse suivante :
http://www.cpcnu.fr/downloadFichierActualite?name=Motion_Nomenclatures_SHS_17e_et_20e.pdf&path=/actualites/actualite20110324122231460&typeDocument=generique

La Stratégie Nationale de Recherche et Innovation (SNRI), insistant à juste titre sur l’importance des Sciences de l’Homme et de la Société (SHS), a voulu en décembre 2010 proposer une « cartographie claire et lisible » du domaine SHS en cherchant à harmoniser les « panels » de l’European Research Council et la nomenclature par Groupes de la DGRI, DGESIP et de l’AERES.Cette nouvelle nomenclature a été établie sans aucune concertation avec les principaux acteurs intéressés, que ce soient les représentants des communautés scientifiques qui siègent dans les différentes sections du Conseil National des Universités, à la CPCNU ou au comité national des organismes de recherche.Sous couvert de simplification, et en prétendant rompre avec des nomenclatures « trop raffinées », cette nomenclature, si elle devait entrer dans les faits, aurait des conséquences absolument catastrophiques pour l’expertise et l’évaluation des disciplines. Elle rend en effet illisible la singularité et l’unité des champs disciplinaires. La subdivision de la 17e section du CNU (en 17 a et 17 b), l’éclatement et la liquidation de la 20e section CNU (suppression de l’Ethnologie et de l’anthropologie biologique), pour ne citer que ces exemples, assorties d’une estimation, arbitraire plus qu’approximative, des communautés concernées sont absurdes et dangereuses. Elle constituerait une régression déplorable, arc-boutée sur des clivages heureusement dépassés au plan national et international du type querelle des « modernes » contre les « anciens » que nous serions.

La richesse des disciplines est faite de leur diversité et de la complémentarité d’approches qui se fécondent mutuellement, comme elle s’enrichit des recherches frontalières. Sous couvert d’actualisation et de mise au goût du jour, cette « nouvelle » nomenclature, cette architecture des disciplines, enfermerait la recherche et l’université française dans des combats d’arrière-garde.Nous exigeons le retrait immédiat de ces nouvelles nomenclatures et l’ouverture de consultations avec les représentants des disciplines, sections du CNU, CP-CNU, sections du Comité national des organismes de recherche.

Le 5 Mars 2011

Jean-Yves BOURSIER, Président de la 20e section du CNU (Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie biologique) et le bureau de la 20e section

Jean-François COURTINE, Président de la 17e section du CNU (Philosophie) et le bureau de la 17e section

Motion adoptée par l’assemblée de la CP-CNU réunie le 11 mars 2011