A l’Université, rien de nouveau ?

Dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde dans son édition datée du 8 juillet et intitulée “Université : rien de nouveau”, Stéphane Tassel interpelle directement Valérie Pécresse. Le secrétaire général du SNESUP-FSU rappelle à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche l’ampleur et les revendications du mouvement qui a agité l’Université française depuis cinq mois et l’invite à dialoguer avec les organisations représentatives. En attendant la réplique de la ministre (et future tête de liste de la majorité présidentielle aux élections régionales en Ile-de-France faut-il le rappeler), cette intervention rappelle que la mobilisation n’est bel et bien pas terminée…

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/07/07/universite-rien-de-nouveau-par-stephane-tassel_1216254_3232.html

Promotion des enseignants-chercheurs en sociologie : on n’est jamais si bien servi que par soi-même…

La rumeur courait depuis quelques jours : dans la liste des enseignants-chercheurs venant d’obtenir une promotion (au rang de professeur ou à la classe exceptionnelle de ce rang) à la suite des décisions de la 19ème section du Conseil national des universités (CNU) figureraient… plusieurs membres de cette section même ! Ce n’est plus une rumeur… Il suffit pour le prouver de comparer la liste des membres du Bureau de la 19ème section et la liste des promus par cette même section, toutes deux publiées sur le blog de l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES), fort opportunément intitulé “Transparence CNU 19”. Nous avons fait le travail pour vous : les trois professeurs promus à la classe exceptionnelle cette année – Gilles Ferréol, Michel Maffesoli et Patrick Tacussel -, sont tous les trois membres de rang A de la 19ème section du CNU.

Continuer la lecture de Promotion des enseignants-chercheurs en sociologie : on n’est jamais si bien servi que par soi-même…

Sauvons Obstinément la Sociologie (SOS)

Réunis en Assemblée générale à l’occasion de son colloque le 16 avril dernier, l’Association Française de Sociologie a adopté une mention au titre explicite. Ses membres y affirment plus largement leur soutien au mouvement engagé dans les Universités françaises depuis le 2 février dernier et reprennent ce faisant un certain nombre de revendications, parmi lesquelles l’abrogation de la LRU, du Pacte pour la Recherche, de la réforme de la formation des enseignants des premier et seconds degrés, du décret sur le statut des enseignants-chercheurs et du contrat doctoral, mais aussi le renforcement et la pérennisation des moyens humains et financiers alloués à la recherche en sciences humaines et sociales.

Le texte complet de la motion est consultable au lien suivant : http://www.afs-socio.fr/FI110/27SauvonsObstinementLaSociologie.pdf

Menaces sur la liberté de la recherche

Responsables de l’ouvrage collectif La France rebelle (Michalon, 2006 (2e éd.)), Xavier Crettiez, Isabelle Sommier et Juan Torreiro viennent d’être condamnés avec leur éditeur pour diffamation envers un groupe indépendantiste “savoisien” dont ils ont affirmé qu’il était “partisan du recours à la violence”. A leur charge dès lors le remboursement des frais de justice des deux parties, des dommages et intérêts, ainsi qu’une amende pénale individuelle de 5 000 euros. L’affaire est très grave pour la liberté de la recherche dans la mesure où, pour la première fois sous la Ve République, le juge n’a retenu aucune des pièces versées au dossier pour justifier le constat de l’auteur.

Les prévenus ont logiquement fait appel, mais si ce jugement était confirmé par la Cour d’Appel de Chambéry le 20 mai prochain, les recherches sur des sujets dits sensibles ne pourraient plus avoir lieu sauf à braver cette épée de Damoclès assez conséquente financièrement. Devant l’importance de la situation, Agora vous invite à signer un appel de soutien que vous trouverez au lien suivant :  http://crps.univ-paris1.fr/article.php3?id_article=314

L’ANR et les sciences humaines et sociales

Le 1er avril dernier, les enseignants-chercheurs de l’EHESS organisaient un débat sur l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et ses effets sur la recherche dans les SHS.

Créée en 2007, cette agence a pour  fonction d’allouer les financements à des projets de recherche qu’elle sélectionne, mais aussi de favoriser les partenariats entre secteurs public et privé. Ces deux missions ne sont pas sans susciter de vifs débats parmi les chercheurs. Un certain nombre pointe ainsi que cette  logique de fincancement favorise l’essor d’une “culture manageriale” parmi les chercheurs, au détriment de la qualité et de l’impartialité des travaux. En témoigne le compte-rendu du débat à l’EHESS proposé par Michel Barthélémy. Suite à ce débat auquel il prit part, Jean-Michel Roddaz, responsable du département SHS à l’ANR, a rédigé une réponse le 8 avril dernier que nous reproduisons ci-dessous.
Vous êtes toutes et tous invités à proposer votre propre témoignage et/ou vos réflexions pour alimenter un débat qui est certainement loin de s’éteindre.

Continuer la lecture de L’ANR et les sciences humaines et sociales

“Quel avenir pour les sciences sociales ?”, si vous avez manqué le début…

Le 9 mars dernier, le Réseau Thématique Pluridisciplinaire “Société en évolution, science sociale en mouvement” organisait une journée de débats intitulée : “Quel avenir pour les sciences sociales ?”. Pour ceux qui n’auraient pas pu assister à l’ensemble des débats, Giovanni Prete en propose ici un compte-rendu appliqué.

Par Giovanni Preste[1]

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP a organisé une journée de débats le 9 mars dernier autour de l’avenir des sciences sociales. Alors que d’importantes mobilisations sont en cours, il semblait important de s’interroger sur deux questions centrales : le financement de la recherche en SHS et l’enseignement des SES du lycée au supérieur. Le programme constitué de présentations de travaux de recherche, de témoignages et d’échanges avec la salle, se voulait à la fois ancrée dans l’actualité des réformes et un moment de partage de connaissances capables de mettre en perspective ces réformes et de les aborder de manière plus critique.

Continuer la lecture de “Quel avenir pour les sciences sociales ?”, si vous avez manqué le début…

Une charte déontologique est-elle souhaitable ?

Le sujet a déjà été abordé dans un précédent billet : lors du prochain Congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS) qui se tiendra du 14 au 17 avril prochains, ses membres devront notamment se prononcer sur l’adoption d’une charte déontologique, dont une version provisoire peut d’ores et déjà être consultée. La proposition n’est cependant pas sans susciter un certain débat : dans l’introduction d’un ouvrage collectif à paraître, reproduite sur La Vie des Idées, Daniel Cefaï propose quelques réflexions sur la dimension normative de l’engagement ethnographique, accompagnées d’une traduction du Code éthique de l’American Association of Sociology par Paul Costey. Affirmant que “la politique de l’autruche ne sert plus à rien”, il souligne que de telles codifications ont le mérite de stimuler la réflexion déontologique, “quasi-absente en France”. Ce à quoi, dans un article également publié par La Vie des Idées trois semaines plus tard, Mustapha El Miri et Philippe Masson lui répondent qu’une telle codification risquerait surtout, dans le contexte français, d’intensifier les contraintes déjà non négligeables qui s’exercent sur l’activité des chercheurs. Quels seraient effectivement les apports d’une telle charte par rapport à la législation ? Une chose est sûre, le débat est lancé, et mériterait indéniablement d’être prolongé.

Le développement de la sociologie française contemporaine : les contrats au service de la recherche académique dans les années 1960

Par Philippe Masson[1]

Le lundi 9 mars 2009, le RTP “Société en évolution, science sociale en mouvement” a organisé une journée de débats intitulée : “Quel avenir pour les sciences sociales ?”. Avec l’aimable permission de leurs auteurs, AGORA publie les textes des interventions de cette journée.

Je voudrais remercier d’abord les membres du bureau du RTP Société en évolution, science sociale en mouvement pour leur invitation, et plus particulièrement, Sandrine Lefranc et Sophie Pochic, chargées de l’organisation de la matinée.

Laissez-moi, pour commencer, vous raconter une brève anecdote qui situera bien, je crois, mon propos et, plus largement, le thème de cette matinée. Il y a une quinzaine de jours, je siégeais au Conseil scientifique de l’UFR de sociologie de l’Université de Nantes dont l’ordre du jour portait uniquement sur l’examen des demandes de promotion des enseignants-chercheurs du département. Pendant l’examen des candidatures des maîtres de conférences à la hors-classe, la directrice du laboratoire de sociologie souligna comme élément positif du dossier d’un collègue qu’il avait réalisé plusieurs rapports de recherche. Plusieurs des personnes présentes approuvèrent. Je demandai alors de manière faussement naïve pour quelles raisons ce genre d’activités pouvait être un critère.

Continuer la lecture de Le développement de la sociologie française contemporaine : les contrats au service de la recherche académique dans les années 1960

Une charte déontologique pour les sociologues ? Ouvrons le débat !

En complément de l’espace de discussion réservé aux membres de l’Association française de sociologie, AGORA ouvre ses colonnes à vos commentaires sur la future charte de déontologie de la profession.

Lors de l’assemblée générale de l’Association française de sociologie (AFS) qui avait eu lieu à Bordeaux en 2006, sa présidente nouvellement élue, Dan Ferrand Bechmann, s’était engagée à ce qu’un groupe de travail soit constitué pour élaborer une charte déontologique. Ce groupe, composé de C. Dechamp-Le Roux, A. Ndiaye, O. Vasseur et C. Vassy, a rédigé une première version de cette charte, qui est le fruit de leur travail, tout en prenant appui sur de nombreuses chartes déontologiques d’associations internationales de sociologie, mais aussi sur les chartes d’autres disciplines, et sur la charte européenne du chercheur. Ce texte, qui a été validée par le Comité exécutif de l’AFS, mérite d’être salué à la fois pour son équilibre général et l’effort dont il témoigne pour penser la diversité des questions éthiques que soulève la pratique de la sociologie.

Le texte de cette charte, que nous reproduisons ci-dessous, est désormais soumis à la discussion : les sociologues membres de l’AFS sont invités à faire part de leur remarques sur le forum du site de l’AFS jusqu’au 31  mars 2009, pour parvenir à une version de cette charte qui puisse être soumise à l’approbation de la l’assemblée générale qui se tiendra lors du prochain congrès de l’AFS (Paris, 14-17 avril 2009).

Malheureusement, le forum ouvert sur le site de l’AFS pour accueillir cette discussion n’est accessible qu’aux seuls membres de l’AFS, ce qu’on ne peut manquer de regretter. La volonté de réserver le droit d’élaborer cette charte à ses membres peut bien sûr se comprendre dans le cadre du travail que fait l’AFS depuis sa création en décembre 2001 pour s’imposer comme l’incarnation institutionnelle légitime de la profession. Il n’empêche : il se pourrait bien quand même que cette fois au moins, l’affaire soit suffisamment importante pour qu’on évite de l’instrumentaliser ainsi.

Continuer la lecture de Une charte déontologique pour les sociologues ? Ouvrons le débat !

Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Par Jean-François Bayart, directeur de recherches au CNRS

En annonçant la rupture, Nicolas Sarkozy n’avait pas trompé sur la marchandise. Malgré ses incohérences discursives de chauve-souris (voyez mes ailes, je suis libéral et atlantiste, voyez mon corps, je suis national et protecteur), ses objectifs sont clairs : d’une part, soumettre la société française à la dictature d’une rationalité strictement comptable, quantitative et financière, celle du New Public Management, en cassant l’autonomie des corps intermédiaires, des institutions, des métiers ; de l’autre, la corseter à grand renfort de lois liberticides, de fichiers, de vidéosurveillance, de descentes policières aux abords des écoles et dans les établissements eux-mêmes sous prétexte de lutte contre l’immigration clandestine et la drogue, d’ingérences dans les médias, la magistrature ou le monde des affaires, d’invocations étatiques de l’ « identité nationale » (incitations à la délation à l’appui), de traques contre une « ultragauche » censée être virulente mais dont les juges ont quelque peine à établir la culpabilité. D’un côté, le néo-libéralisme ; de l’autre, le dirigisme, et de plus en plus l’autoritarisme. En bref, le national-libéralisme.

Continuer la lecture de Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »