L’Apses lance “l’appel de Vitruve”

Alors que le projet de nouveau programme pour la Terminale ES devrait être rendu public par le “groupe d’experts” présidé par Jacques Le Cacheux dans les prochains jours, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses) réunissait ce samedi 5 février les “États généraux des SES” à Paris et continue d’appeler à un moratoire sur la mise en œuvre du nouveau programme de 1ère à la rentrée prochaine.

A l’occasion de cette journée de débats, elle a également lancé un “appel de Vitruve” – en référence à la rue où se tenait la manifestation, mais aussi symboliquement à l’homme de Vitruve de Léonard De Vinci – pour la sauvegarde des SES et de leur esprit.

Continuer la lecture de L’Apses lance “l’appel de Vitruve”

L’Apses répond à Alain Beitone

Le directeur de l’Humanité, Patrick Le Hyaric, ne s’attendait sans doute pas à arbitrer le débat sur les nouveaux programmes de SES. Voici en tous cas qu’après la lettre qu’Alain Beitone, l’un des membres de la commission chargée de concevoir ces programmes, il vient de recevoir un nouveau courrier de la part de Marjorie Galy, présidente de l’Apses, que nous reproduisons à sa demande ci-dessous.

Continuer la lecture de L’Apses répond à Alain Beitone

Les SES dans la presse

Sous la plume de sa présidente, Marjorie Galy, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses) a récemment publié deux tribunes dans deux quotidiens nationaux L’Humanité et Le Monde, dans leurs éditions datées respectivement du 14 et du 18 janvier 2011. Elle y déplore notamment l’occultation des débats de société dans les nouveaux programmes de la discipline, notamment celui de la classe de première, qui doit entrer en vigueur à la rentrée prochaine. Et ce alors que le groupe d’experts qui les a rédigés planche actuellement sur celui de terminale. Alain Beitone, enseignant de SES et membre dudit groupe, réfute toutefois cette accusation dans une lettre qu’il a adressée au directeur de L’Humanité et rendue publique sur son blog. Une nouvelle phase dans la publicisation du débat autour de l’avenir de la discipline, dont il est toutefois encore trop tôt pour évaluer les effets.

Une “formation” bien martiale

Non contents d’être soumis à une charge d’enseignement à plein temps, pour des motifs budgétaires, les nouveaux enseignants stagiaires du second degré (les “PLC2” comme on di(sai)t dans le jargon) bénéficient également de journées banalisées de formation particulièrement roboratives. Plutôt que de s’essayer à colmater les failles d’une formation pédagogique absente, les autorités rectorales préfèrent organiser une opération promotion pour… l’armée. C’est du moins ce qui s’est passé à Bordeaux comme le raconte une jeune stagiaire aujourd’hui sur le site Rue 89. Si vous souhaitez également partager votre expérience en la matière, n’hésitez pas !