De bon conseil ?

Les consultants s’immiscent décidément partout, sitôt qu’une source de profit paraît. Nouveau terrain de chasse (au profit) pour les cabinets de conseil : l’Université. Après plusieurs ballons d’essai, voici que la manne – 22 milliards d’euros- des « Investissements d’avenir » a résolument institué l’entrée de ces derniers et de leurs méthodes aux procédures standardisées dans l’enseignement supérieur et la recherche. Cela non sans générer un certain nombre de tensions entre cultures professionnelles difficilement moins compatibles. Et à l’heure où on ne cesse de prôner une utilisation raisonnée des deniers publics, apportent une nouvel élément au dossier problématique des « partenariats public-privé ».

A lire le dossier que consacre à ce phénomène en expansion le blog « Educpros« .

Démocratie, « experts » et intérêts personnels

Dans une tribune publiée il y a quelques jours sur « Mediapart » et intitulée « La démocratie n’est pas une affaire de compétences ni d’intérêts économiques« , un collectif de jeunes « intellectuels » soulevait un écart problématique de la part d’un « grand » quotidien vespéral qui encensait Hakim El Karui, un jeune « expert » franco-tunisien, censé incarner la pointe du renouvellement démocratique de la Tunisie, indépendamment de ses intérêts économiques et de ses relations douteuses. Une affaire qui, au-delà du cas considéré, soulève la question de nos représentations et attentes vis-à-vis du profil de nos représentants.