Appel pour une généralisation de l’enseignement de SES au lycée

Dans le projet de réforme du lycée prévu pour entrer en vigueur dès la rentrée 2010-2011 récemment présenté par le ministre de l’Education nationale, les Sciences économiques et sociales voient leur place encore réduite, avec un statut toujours optionnel en classe de seconde et un horaire hebdomadaire encore amputé d’une heure. Une mesure en décalage avec la place des objets de cet enseignement dans le débat public. En conséquence, l’Association des Professeurs de sciences économiques et sociales (APSES) lance un appel pour inverser la “tendance. Appel dont nous reproduisons le texte ci-dessous.

Au moment où le lycée du XXIe siècle est en cours d’élaboration, le ministre Luc Chatel présente un projet de réforme qui marginalise à nouveau l’enseignement de Sciences Économiques et Sociales au lycée : celui-ci demeure optionnel en seconde et l’horaire hebdomadaire est abaissé à 1 heure et demi pour les élèves.

Continuer la lecture de Appel pour une généralisation de l’enseignement de SES au lycée

La formation économique et sociale des lycéens reléguée au rang d’accessoire

La nouvelle architecture du lycée devrait entrer en vigueur dès la rentrée 2010. La place accordée aux sciences économiques et sociales en classe de seconde y serait encore réduite, ce qui va à l’encontre des préoccupations affichées concernant l’orientation et l’ouverture civique des élèves. L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES) a dénoncé cette contradiction dans un communiqué rendu public hier, 26 octobre, et que nous reproduisons ci-dessous.

[N.B. : les parties soulignées en gras l’ont été par les auteurs originaux]

Lors de sa présentation des enjeux et objectifs de la réforme du lycée du 13 octobre dernier, Luc Chatel a plaidé pour une orientation qui soit « plus ouverte », « plus progressive » et « plus juste ». Comment expliquer alors que le projet actuel de réforme cantonne les Sciences Economiques et Sociales à un statut optionnel « d’enseignement d’exploration » restreint à un enseignement d’1h30 par semaine en classe de seconde, c’est-à-dire un horaire en recul de près de 50% de l’offre actuelle qui est déjà insuffisante puisque les SES ne sont qu’optionnelles en seconde ?

Continuer la lecture de La formation économique et sociale des lycéens reléguée au rang d’accessoire

Mettre en lumière les précaires du supérieur

Pour que les précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche publique sortent de l’invisibilité, un questionnaire (anonyme) destiné à recueillir leurs conditions de travail est à remplir en ligne à l’adresse suivante :

http://www.precarite-esr.org

Ce questionnaire vise toutes les personnes qui, dans un statut précaire, travaillent pour l’enseignement supérieur et la recherche publique (ESRP) que ce soit dans des fonctions de chercheur-e-s ou de personnels administratifs ou techniques, et ce dans toutes les disciplines et tous les secteurs de l’ESRP. Le remplissage du questionnaire prend moins de 10 minutes et couvre à la fois la question des rémunérations (y compris bien sûr le travail gratuit), les conditions de travail et les relations avec les autres acteurs de l’ESRP.

Continuer la lecture de Mettre en lumière les précaires du supérieur

Auto-promotions à la 19ème section du CNU : une lettre de Jérôme Deauvieau

Au début de l’été, Agora s’était fait l’écho des curieuses pratiques d’auto-promotion dont ont bénéficié certains membres de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie), et des protestations qu’elles ont suscité aussi bien à l’intérieur de la section, que dans l’ensemble de la communauté des sociologues (http://agora.hypotheses.org/2009/06/22/promotion/). Nous publions aujourd’hui cette lettre de Jérôme Deauvieau, deuxième vice-président de la 19ème section…

Continuer la lecture de Auto-promotions à la 19ème section du CNU : une lettre de Jérôme Deauvieau

Quand l’Apses écrit à Luc Châtel

Le 1er septembre dernier, par la voix de son président Sylvain David, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses) a adressé  une lettre ouverte au nouveau Ministre de l’Education Nationale, Luc Chatel. S’appuyant notamment sur les conclusions du rapport Descoings, elle l’invite notamment à rendre les sciences économiques à nouveau obligatoires pour tous les élèves de seconde, ainsi qu’à conserver une filière ES dans la maquette du “nouveau lycée” qui s’élabore actuellement. Une proposition qui reste cependant silencieuse quant au contenu même des programmes de SES, l’autre enjeu essentiel du débat.

Voir le texte complet de la lettre sur le site de l’APSES

Réserve et obéissance

Après l’affaire Vincent Geisser, deux nouveaux cas révèlent certaines limites des libertés pédagogique et d’expression des enseignants. Ce sont tout d’abord les deux professeurs des écoles Erwan Redon et Alain Refalo, qui devaient comparaître ces jours-ci devant une commission mixte paritaire pour avoir refusé d’appliquer certaines réformes des programmes décidées sous l’ex-ministre de l’Education nationale Xavier Darcos (voir l’article de Libémarseille et le billet de la journaliste Véronique Soulé sur son blog  “C’est classe !”). Un refus dont il convient de souligner l’assumation publique par ses auteurs – ils auraient pu se contenter de ne pas appliquer les programmes nouvellement prescrits. Outre qu’il a initié le mouvement des  enseignants désobéisseurs, celui-ci a pour but de raviver le débat public sur le contenu des programmes du primaire.

A l’IUFM de Haute-Garonne cette fois, ce sont pas moins de trente enseignants-stagiaires qui ont vu leur titularisation “ajournée” pour avoir osé contester publiquement certaines réformes du même Xavier Darcos. Le jury leur a reproché un “manquement au devoir de réserve” (voir l’article de Libétoulouse).

Si dans un cas comme dans l’autre, le seul contenu d’articles de presse ne peut suffire à se prononcer sur le fond, il n’en reste pas moins qu’ils soulèvent la question de l’obéissance et de la réserve que sont censés observer les fonctionnaires. Des devoirs dont le contenu est suffisamment vague pour les intéressés pour leur conférer une efficacité disciplinaire certaine, et qui entrent parfois en contradiction avec le sens civique.

Concernant la désobéissance, le droit semble en tous les cas assez catégorique, comme l’indique le juriste Antony Taillefait, interrogé par le quotidien Libération le mercredi 8 juillet dernier. Mais de la théorie à la pratique, inutile de rappeler aux amateurs de sciences sociales que le fossé peut être large…

Professeurs de SES : quelles pratiques ?

Le 16 mai 2009, l’Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales (Apses) organisait les Assises de l’enseignement des SES à Paris. Pour préparer cette journée, l’association a mené une large consultation nationale selon plusieurs modalités dont une enquête en ligne. S’adressant à l’ensemble des professeurs de SES, cette enquête avait pour objectif de réaliser une photographie des perceptions de leurs pratiques par les enseignants de SES et leur vécu quant à la mise en œuvre des programmes.

Continuer la lecture de Professeurs de SES : quelles pratiques ?

Assises de l’enseignement des SES

L’Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales (APSES) a décidé d’organiser des “Assises de l’enseignement de SES” le samedi 16 mai prochain à la Bourse du Travail de Paris. Après une mise en perspective historique par Claude Lelièvre, historien de l’éducation, il s’agira dans un premier temps (le matin) de réaliser une synthèse des réponses au questionnaire mis en ligne sur le site de l’APSES ainsi que des contributions issues des réunions qui se sont tenues dans les régionales. Jérôme Deauvieau clôturera les débats de la matinée en apportant son regard de sociologue de l’éducation, à partir notamment de l’étude qu’il a conduite sur les pratiques des enseignants de SES.

Continuer la lecture de Assises de l’enseignement des SES

40 ans de SES au lycée

Les Cahiers Pédagogiques sont édités par le Cercle de Recherche et d’Action Pédagogique, une association composée notamment d’enseignants désireux de s’interroger sur leurs pratiques. Le numéro 472 de la revue, daté d’avril 2009, est consacré aux sciences économiques et sociales. On y retrouve divers articles, des propositions d’activités pédagogiques originales, mais aussi un retour sur l’histoire de la discipline, indissociable de la “démocratisation” de l’enseignement secondaire, ainsi qu’une réflexion sur la place de la filière ES dans l’école et la société actuelles. Les SES font en effet l’objet depuis quelques temps d’attaques récurrentes de la part de certains dirigeants, alors même que la demande sociale à leur égard n’a jamais semblé aussi importante.
On peut retrouver sur le site de la revue une présentation du dossier, l’éditorial de Patricia Morini   mais aussi plusieurs articles disponibles gratuitement en ligne, parmi lesquels plusieurs témoignages d’anciens élèves, ainsi qu’une bibliographie assez complète.
De quoi préparer studieusement les “Assises de l’enseignement des SES” qu’organise l’APSES à Paris le 16 mai prochain…

“Quel avenir pour les sciences sociales ?”, si vous avez manqué le début…

Le 9 mars dernier, le Réseau Thématique Pluridisciplinaire “Société en évolution, science sociale en mouvement” organisait une journée de débats intitulée : “Quel avenir pour les sciences sociales ?”. Pour ceux qui n’auraient pas pu assister à l’ensemble des débats, Giovanni Prete en propose ici un compte-rendu appliqué.

Par Giovanni Preste[1]

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP a organisé une journée de débats le 9 mars dernier autour de l’avenir des sciences sociales. Alors que d’importantes mobilisations sont en cours, il semblait important de s’interroger sur deux questions centrales : le financement de la recherche en SHS et l’enseignement des SES du lycée au supérieur. Le programme constitué de présentations de travaux de recherche, de témoignages et d’échanges avec la salle, se voulait à la fois ancrée dans l’actualité des réformes et un moment de partage de connaissances capables de mettre en perspective ces réformes et de les aborder de manière plus critique.

Continuer la lecture de “Quel avenir pour les sciences sociales ?”, si vous avez manqué le début…