Concours CNRS : quand « sélectionner » devient un réflexe

Par Karim Hammou, Milena Jakšić et Claire Lemercier1

Il est devenu coutume, depuis quelques années, qu’un nombre croissant d’UMR publient la procédure selon laquelle elles choisiront quels candidat·e·s aux concours CNRS ils « soutiendront »2. Ces procédures engagent en règle générale les candidat·e·s à solliciter en amont les unités, à leur envoyer CV, rapport de thèse, publications significatives, projet de recherche dans un état plus ou moins abouti, et parfois « priorité du vœu d’affectation » dans ce laboratoire.
Les laboratoires, de leur côté, peuvent arbitrer entre soutien plein et entier via une longue lettre argumentée, soutien de pure forme via une lettre plus courte, et refus de soutien – un refus qui peut être signalé dans certains cas quelques semaines, voire quelques jours avant la date limite de candidature aux concours. Cette procédure s’apparente souvent de ce point de vue à une forme de pré-sélection.

Dans des univers professionnels où l’interconnaissance, la socialisation précoce aux métiers offerte dans certaines institutions au détriment d’autres, et les réseaux professionnels et personnels jouent déjà un rôle crucial, nous proposons que l’ensemble des collègues réfléchissent aux conditions par lesquelles une préparation aussi juste que possible des candidat·e·s à ce qui se veut être un concours national de la fonction publique serait possible.

Mobilisation, information, formation aux concours

La publicisation croissante ces dernières années des procédures de présentation auprès des laboratoires a eu plusieurs mérites.

  • elle rend visible dès l’automne de chaque année l’enjeu et les conditions de candidature aux concours du CNRS, notamment pour les candidat·e·s les moins au fait des logiques de recrutement de nos disciplines ou les moins bien secondés par des statutaires situés dans les espaces centraux des univers académiques ;
  • elle a aussi contribué, avec d’autres initiatives, à rendre moins opaques les procédures de recrutement aux concours du CNRS, les critères, le fonctionnement et les attendus implicites de la sélection effectuée par les sections ;
  • cette publicisation offre également une occasion pour entrer en contact avec des équipes établies sur des bases scientifique et quelles que soient les ressources préalable en matière d’insertion dans le réseau de l’ESR. Elles peuvent ainsi faciliter les retours argumentés constructifs sur les projets avant qu’ils soient soumis au concours, et permettre l’organisation d’auditions blanches préparant à l’oral du concours de façon moins inéquitable selon les candidat·e·s.

Sélection ou accompagnement des laboratoires ? Réflexions pour les sections 36 et 40

Ces procédures ont néanmoins plusieurs effets pervers, en particulier parce qu’elles sont le plus souvent conçues comme des (pré-)sélections par les candidat·e·s et, plus encore, par les collègues au sein des laboratoires concernés. Elles créent ainsi un obstacle3 pour des candidat·e·s à un emploi stable dans l’ESR déjà sur-sélectionnés, dans des conditions de transparence et de considération souvent problématiques (délais de réponse des UMR, modes de circulation de projets qui devraient garder une certaine confidentialité, traitement des candidat·e·s lors des auditions blanches ou des retours sur projet, etc.).

Rappelons en premier lieu que ni les sections, ni les laboratoires ne sont en position de décider si oui ou non un-e candidat-e sera affecté dans telle ou telle unité. « En cas de recrutement, la direction scientifique du CNRS décide de l’unité d’affectation, en accord avec la/le candidat·e retenu·e. »4

Concevoir la prise de contact et les échanges entre laboratoires et candidat·e·s aux concours du CNRS sur le mode de la sélection n’est ni utile, ni souhaitable. Il paraît plus cohérent et plus juste, pour nos disciplines, de les penser comme un accompagnement ou une collaboration scientifique. Voici quelques arguments en ce sens, et quelques propositions pour en tirer les conséquences.

Plusieurs arguments sont avancés en faveur de ces procédures de sélection, que nous estimons caducs ou insuffisants à la lumière des effets pervers constatés. Chaque section ayant sa propre politique, ce billet se concentrera sur les sections 36 et 40 qui ont connu des évolutions importantes ces deux dernières années.

L’argument de la charge de travail

Un premier argument consiste à dire qu’en l’absence de sélection, les laboratoires crouleraient sous les demandes de soutien, et se retrouveraient à produire un travail démesuré pour des bénéfices incertains. Ce serait en particulier le cas pour les laboratoires qui font l’effort de soutenir réellement les candidat·e·s qui entrent en contact avec eux. Cela pourrait conduire à démobiliser les titulaires qui donnent aujourd’hui de leur temps pour relire des projets, les commenter, organiser des auditions blanches, et les directeurs et directrices d’unité qui prennent le temps de faire une « réelle » lettre de soutien.

En réalité, le soutien des laboratoires est dores et déjà à géométrie variable. Certains se contentent de promettre une lettre de soutien « réelle », d’autres organisent de surcroît des auditions blanches pour préparer les candidat·e·s soutenu·e·s aux épreuves orales, d’autres encore font des retours précis pour aider les candidat·e·s à améliorer leur projet de recherche, la présentation de leur cv, etc. Certains laboratoires organisent ce type de soutien également aux docteur·e·s qu’ils ont formé·e·s en thèse – mais pas tous.

Soulignons d’abord que les procédures de sélection par les laboratoires, si elles sont faites de façon consciencieuse, impliquent un examen attentif des dossiers des candidat·e·s, incluant les principales publications, le rapport de thèse, et une ébauche souvent assez avancée du projet. Elles donnent lieu, a minima, à un retour auprès du reste du laboratoire pour décider si oui ou non le ou la candidat·e sera soutenu·e, et de façon à faciliter le travail de la direction d’unité lors de l’écriture de la lettre de soutien. Tout ce travail, souvent passionnant car il permet de découvrir des travaux novateurs et des projets de recherche stimulants, rend un retour constructif aux candidat·e·s sur leur projet et leur dossier relativement peu coûteux en terme de temps de travail supplémentaire.

Ce que la procédure de sélection par les laboratoires réduit donc en termes de temps de travail, ce sont l’organisation des auditions blanches et la rédaction de lettres de soutien personnalisées par la direction d’unité.

Sur le premier point, notons que désormais, les sections 36 et 40 opèrent une sélection entre l’étape du dossier et l’audition. Au concours 2013, sur 230 candidat·e·s environ, seule la moitié a été auditionnée, réduisant d’autant l’éventuel travail d’audition blanche mené au sein des laboratoires (ou des réseaux personnels des candidat·e·s).

Sur le second point, la proposition émise cette année par la section 40 pourrait se révéler salutaire : « Le président de la section a d’ailleurs adressé il y a quelques semaines un e-mail aux Directeurs d’Unité CNRS les invitant à, non pas écrire des lettres de recommandation, mais de simples attestations indiquant qu’ils étaient d’accord pour accueillir le ou la candidate mentionnant leur unité dans leur dossier. La même lettre invitait les DU à observer un principe d’égalité dans le traitement des candidats bénéficiant d’un tel parrainage. »

En outre, la charge de travail des auditions pèse notamment sur les directions de laboratoire qui doivent les organiser et relancer les collègues pour qu’ils y participent – une simple attestation générique ferait ici gagner un temps précieux qui pourrait être réinvesti dans cette organisation d’auditions blanches si elles se révélaient réellement plus compliquées.

Épargnons-nous donc les débats interminables sur qui soutenir et qui recaler, sur la formulation détaillée d’arguments convenus sur « l’adéquation du projet aux axes d’un laboratoire » dans les lettres destinées aux sections (arguments que le ou la candidat·e a souvent déjà explicité dans son projet, par ailleurs), et les savants dosages dans la longueur de ces lettres. Utilisons plutôt cette énergie à un échange scientifique réel avec les candidat·e·s, à la fois plus utile dans le cadre du concours, et plus fécond scientifiquement pour chacun·e.

L’argument de « la candidature au casse-pipe »

Il est parfois suggéré qu’il serait du devoir des laboratoires de ne pas entretenir de faux espoirs auprès de candidat·e·s. Certains dossiers n’auraient non seulement aucune chance, mais pourraient même porter préjudice à de futures candidatures en discréditant le ou la candidat·e aux yeux des membres actuels de la section.

Cette sollicitude est en contradiction avec l’effet délétère et inutilement violent que peut avoir le refus d’aide (sous couvert de refus de soutien) apporté par un laboratoire à quelques semaines du dépôt des candidatures. La précarité qui suit la soutenance de thèse, et s’étend souvent sur plusieurs années, surexpose les candidat·e·s à de multiples refus, rejets, qui sont autant de refus de coopération ou même de simple explicitation des motifs du rejet.

Au contraire, il est possible de prendre le temps d’expliquer les faiblesses actuelles d’un dossier, de proposer son aide pour y remédier, et de faire preuve de franchise si l’on pense, au terme du processus, que le dossier risque toujours en l’état de nuire à l’image du ou de la candidat·e. Rien dans cette logique n’impose de mettre en balance le soutien du laboratoire.

Casse-pipe ou pas, la moindre des choses est de ne pas choisir à la place des candidat·e·s, mais de leur donner les moyens de faire leurs choix en connaissance de cause.

L’argument de « l’effet de signal »

Selon un certain nombre de laboratoires, la « qualité » de la lettre de soutien permettrait de distinguer des soutiens réels de soutiens superficiels, et serait de nature à peser dans le choix de la section. Plus largement, certains laboratoires se flattent en arguant que leur soutien aurait en tant que tel un « effet de signal » pour le ou la candidat·e·soutenu·e.

Cette rhétorique est en contradiction flagrante avec les préconisations des sections 36 et 40, qui rappellent cette année pour les postes fléchés sur des laboratoires précis que « l’absence de lettre de parrainage des unités en question ne saurait constituer un obstacle au dépôt d’une candidature pour les concours correspondants, et n’obère nullement les chances de succès des candidat·e·s. ». Les sections 36 et 40 soulignent également que : « les sections examinent souverainement les candidatures qui leur sont proposés, quels que soient les concours, et encouragent les candidat·e·s à se présenter largement à tous les concours, fléchés ou non ».

Cet argument entretient de surcroît les logiques délétères contre lesquelles la profession est mobilisée depuis plusieurs années, tendant à la mise en concurrence systématique des chercheur·e·s, des unités et des universités. Quand bien même un tel « effet de signal » existerait au concours CNRS, il est possible d’inventer des modes de fonctionnement dans notre profession qui limitent leurs logiques préjudiciables.

A propos de l’ordre des vœux

Un autre point problématique réside dans la façon dont les UMR, dans une situation de rapport de force particulièrement défavorable aux candidat·e·s, sont tentées de conditionner leur soutien effectif à la déclaration d’un laboratoire en « premier choix », alors que les sections recommandent explicitement « aux candidat·e·s, dans la mesure du possible, de formuler deux choix de centres de recherche. Ces indications n’ont pas à être hiérarchisées ». Sous couvert de confiance, cette insistance sur la mention de « premier choix » s’apparente à une pression exercée sur les candidat·e·s dans une relation particulièrement asymétrique. Elle exacerbe la concurrence entre unités, et noue les conditions propices à d’éventuelles représailles tacites contre des collègues nouvellement recruté·e·s et optant pour une unité différente de celle auprès de laquelle ils ou elles s’étaient « engagé·e·s ».

Quelques propositions :

  • Les laboratoires pourraient produire systématiquement une simple attestation standardisée indiquant qu’ils sont d’accord pour accueillir le ou la candidat·e mentionnant leur unité dans leur dossier.
  • Les relations entre laboratoires et candidat·e·s méritent de ne plus être conçue comme une « (pré-)sélection », mais comme une prise de contacts, un temps de conseils, et un échange scientifique entre pairs.
  • L’ensemble des laboratoires devraient assurer un traitement égal aux différent·e·s candidat·e·s les sollicitant formellement pour une discussion autour de leur candidature au CNRS.

D’une façon plus générale, les (pré-)sélections aux concours du CNRS par les laboratoires soulèvent la question de la contribution des membres de l’ESR, et particulièrement des titulaires, à la systématisation d’une logique de concurrence et d’accentuation des inégalités entre pôles universitaires, entre unités de recherche, entre chercheur·e·s, qui nous est vendue sous couvert d’une rhétorique de « l’excellence » superficielle et élitiste.

En cohérence avec la généralisation de la précarité de l’emploi dans notre société, la tendance actuelle est à l’allongement et à l’intensification de l’exposition des docteur·e·s à toutes sortes d’évaluations et de classements, de compétitions. Est-il nécessaire de rappeler la quantité démesurée d’énergie, de temps, et de motivation collectivement gaspillée dans ces dispositifs ? Doit-on encore souligner leur contribution à l’exploitation des plus précaires par les mieux intégrés, pour des gratifications qui apparaîtraient simplement dérisoires si elles n’étaient de surcroît révoltantes (arguments du travail payé par « la ligne sur le CV », « la construction du réseau », etc.) ?

Il paraît pourtant absurde de dénoncer ces logiques sans s’interroger sur notre propre propension à multiplier les occasions d’examiner nos collègues ou leurs travaux non pas pour contribuer à l’amélioration de la recherche ou au déploiement de débats scientifiques, mais pour simplement classer, hiérarchiser, sélectionner, et élire un petit nombre au rang de référence quand la masse des autres sont relégués à l’invisibilité lorsque ce n’est pas au mépris.

Défendons donc la recherche scientifique comme une activité collective dont la collaboration est l’une des modalités majeures. Charge à nos professions d’imaginer les dispositifs collectifs qui peuvent soutenir ces logiques collaboratives, sans cesse menacées par la généralisation de la mise en concurrence et de la précarité.

  1. Ce texte initialement paru sur le carnet « Academia » : http://academia.hypotheses.org/1894. Il est reproduit ici avec l’aimable autorisation des auteur-e-s []
  2. Voir les quelques exemples indiqués sur le site de L’AFSP. []
  3. Cet obstacle est essentiellement symbolique : rien n’empêche de candidater aux concours CNRS sans soutien d’un laboratoire, y compris en cas de refus de soutien explicite. Les sections 36 et 40, ces dernières années, ont insisté en outre sur l’absence de prise en compte dans l’évaluation des dossiers des candidat·e·s des vœux d’affectation – voir plus bas sur la discussion de l’argument de « l’effet signal ». []
  4. cf. les Guides pratiques à destination des candidat·e·s aux concours chercheurs du CNRS établi par les sections 36 et 40. []

Une pétition en faveur de Julien Duval

Le jury d’admission du CNRS du 12 juin 2014 a éliminé Julien Duval de la liste pour le recrutement des directeurs de recherche où la section 36  du comité national du CNRS l’avait classé en rang utile. Une telle élimination est très exceptionnelle et symboliquement plus violente qu’un simple déclassement. Outre qu’elle témoigne d’un profond mépris pour le travail d’évaluation des membres du comité national, elle est en l’occurrence totalement injustifiée. Julien Duval est en effet un chercheur accompli, reconnu dans ses domaines de spécialisation, la sociologie de la culture et des médias, la sociologie économique, les méthodes quantitatives, et fortement investi dans les différentes activités attendues d’un directeur de recherche au CNRS. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages ayant eu un écho par-delà la communauté scientifique et publie régulièrement dans les meilleures revues, a organisé d’importantes manifestations scientifiques, participe très activement à l’animation des Actes de la recherche en sciences sociales, dirige des publications collectives (dont un ouvrage en anglais sous presse chez Routledge). Actuellement directeur adjoint du Centre européen de sociologie et de science politique(UMR8209), il a été directeur adjoint du Master Sociologie de l’EHESS, où il dispense, depuis 2005, un enseignement très prisé de sociologie quantitative et encadre des étudiants de master et de doctorat (il donne aussi des cours de sociologie à l’ENSAE, à l’IEP de Toulouse et à l’Université Paris-Descartes). Julien Duval a également été membre de la section 36 du Comité national du CNRS de 2008 à 2012. Son élimination est donc particulièrement inique, et témoigne d’un arbitraire institutionnel inacceptable qui manifeste une dérive inquiétante quant à l’autonomie et au respect accordés au jugement des pairs.

Une pétition a été lancée en ligne pour la réintégration de Julien Duval en rang utile dans le classement pour le recrutement des directeurs de recherche. Vous pouvez la signer à cette adresse :

https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/m-alain-fuchs-r%C3%A9int%C3%A9gration-de-julien-duval

Informations sur la nouvelle section 19 du CNU, par son bureau

Pendant la précédente mandature, la section 19 (sociologie, démographie) du Conseil national des universités (CNU) s’était distinguée des autres sections par des pratiques d’auto-promotion qui avaient scandale et entraîné la démission de plusieurs membres de la section. Avec le succès massif (plus de 80% chez les professeurs, plus de 90% chez les maîtres de conférences) de la liste de reconstruction aux dernières élections, on pensait cette période noire terminée. Il n’en est rien : la désignation des membres de la section nommés par le Ministère sème à nouveau le trouble… Pour y voir un peu plus clair, AGORA publie ce communiqué du bureau tout juste élu de la section 19…

La crise de la section 19 du Conseil National des Universités (CNU) a fait couler beaucoup d’encre ces deux dernières années. Des pétitions avaient circulé et avaient été signées par des centaines de collègues sociologues et démographes condamnant les pratiques d’autopromotion et réclamant la dissolution de la section. Le ministère refusa. Face à cet état de fait, les associations professionnelles (ASES et AFS) et les syndicats Sgen-CFDT et Snesup ont porté l’idée d’une liste « ouverte et de reconstruction » où seraient représentées les différentes sensibilités et les différentes traditions de recherche sociologiques. Celle-ci fut construite au cours de longues réunions où syndiqués et non syndiqués réaffirmaient, ensemble, la nécessité de plusieurs critères déontologiques (refus des auto-promotions, transparence des critères d’évaluation, refus de la hiérarchisation des dossiers d’évaluation des enseignants-chercheurs en A, B, C…). Etaient également rappelés un certain nombre de principes de base : parité, respect des équilibres géographiques, respect des différentes conditions d’exercice de la sociologie… La plupart des syndicats acceptaient de mettre en suspens leurs divergences ponctuelles, actant de la situation particulière en section 19.

Les résultats des élections furent les suivants :

Pour les rang A

– Liste ouverte et de reconstruction : 80,35% des voix (139 sur 173 scrutins exprimés) = 10 sièges sur 12

– Unsa : 19,65% des voix (34 voix sur 173 scrutins exprimés) = 2 sièges sur 12

Pour les rang B

– Liste ouverte et de reconstruction : 90,11 % des voix (310 sur 344 scrutins exprimés) = 11 sièges sur 12

– Unsa : 9,89% des voix (34 voix sur 344 scrutins exprimés) = 1 siège sur 12

La représentativité au regard de l’ensemble de la communauté des collègues de la liste ouverte et de reconstruction est indéniable. Il nous semblait clair qu’à travers ces élections le ministère aurait la preuve de l’affirmation par la communauté des sociologues d’une volonté de tourner la page.

Les nominations.

Pour rappel, le CNU est composé pour un tiers de nommés. Selon les textes officiels ces nominations doivent permettre notamment de corriger les déséquilibres géographiques ou d’orientations disciplinaires.

Première déconvenue. En arrivant jeudi 24 novembre, le matin de la première réunion de la section 19, personne n’avait eu connaissance de la liste définitive des nommés. C’est illégal. La liste était supposée être publiée au Bulletin Officiel, accompagnée d’une publication des CV sur GALAXIE. Le matin de la réunion, une feuille transmise par l’administration précisait une liste de nommés mais certains des noms étaient mal orthographiés ou le prénom manquait, certains binômes étaient incomplets et ne comportaient aucun suppléant. Pour information, voici la liste des nommé-e-s telle que nous pouvons la reconstituer aujourd’hui, sous toute réserve (puisque rien n’est publié au JO) :

Rang A titulaires : Philippe Combessie (Nanterre), Joëlle Deniot (Nantes, liste UNSA – a démissionné), Michèle Dion (Université de Bourgogne), Philippe Joron (Montpellier 3, liste UNSA), Sebastien Schehr (Université de Savoie), Patrick Tacussel (Montpellier 3).

Rang A suppléant-e-s : Charles Cuin (Bordeaux 2), Anne-Marie Mamontoff (Perpignan), Olivier Sirost (Rouen), manquent 3 suppléant-e-s.

Rang B titulaires : Jean-Yves Dartiguenave (Rennes 2- Liste UNSA), Alejandra Gaviria (IUT Le Havre, liste UNSA), Aurélie Jeantet (Paris 3), Myriam Klinger (Strasbourg), Zaihia Zeroulou (Lille 1) (+ une case incomplète et sans prénom sur la liste).

Rang B suppléant-e-s : Maryse Gaimard (Bordeaux 2), Eric Letonturier (Paris 5), Vincenzo Susca (Montpellier 3), manquent 3 suppléant-e-s.

Aujourd’hui, nous ne connaissons toujours pas la liste définitive des nommé-e-s et nous ne savons pas quand auront lieu les publications au journal officiel. La situation ne concerne pas que la sociologie. La section philosophie (17) n’ayant pas non plus une liste de nommé-e-s régulière, n’a pas pu installer son bureau. Lors de la réunion du groupe de sections SHS le 24 octobre après-midi, un constat édifiant était fait : aucune section n’était épargnée par cette situation.

En section 16 (psychologie), manquait 1 PR suppléant, en section 18 (Architecture) 1PR suppléant et 2 MC suppléants manquaient à l’appel. En section 20 (anthropologie / ethnologie) manquaient 3 suppléants MCF, et un suppléant PR. En section 21 (histoire ancienne et médiévale), manquaient 1 suppléant MCF et 5 suppléants PR. En section 22 (histoire moderne et contemporaine) manquaient 3 suppléants MCF et 6 suppléants PR. En section 23 (géographie) manquaient 2 suppléants MCF et 2 suppléants PR. En section 24 (aménagement) manquait 1 MCF suppléant…

Réuni le 24 novembre après-midi, le groupe de sections SHS refusait alors d’élire son président et rédigeait cette motion commune, transmise au ministère :

« Les membres du groupe IV du CNU, réunissant les sections 16 à 24, en l’absence de la 17eme protestent de la manière dont les sections ont été réunies : des binômes de membres nommés incomplets selon des critères géographiques et disciplinaires contestables accentuant parfois les déséquilibres qu’ils étaient censés corriger. Ils exigent que les listes définitives des sections soient complétées et publiées au BO et sur GALAXIE assortie des CV, pour permettre l’attribution des dossiers de qualification dans des délais décents pour les candidats. Ils souhaitent obtenir rapidement des précisions écrites sur les droits et missions des suppléants, leur capacité à siéger et être défrayés. Ils réclament enfin le plus rapidement possibles des éclaircissements sur le nouveau travail d’évaluation des dossiers individuels demandé aux sections. »

Dans la situation actuelle, en l’absence d’une liste stabilisée des membres nommés, nous ne sommes pas en mesure de distribuer les 81 dossiers de candidature à la qualification de PU et les 524 dossiers de candidature à la qualification de MCF que la section 19 a reçus, en tenant compte des incompatibilités institutionnelles légales. Nous ne pouvons qu’inviter l’ensemble des collègues sociologues à exprimer directement ou à travers leurs associations professionnelles leur désaccord sur cette situation. Nous invitons également les associations représentant les doctorants à contester auprès du ministère l’absence de transparence élémentaire dans laquelle débute cette session : les candidates et candidats ne savent toujours pas à l’heure où nous écrivons ces lignes les noms de l’ensemble de leurs pairs qui siègeront au CNU.

Le bureau de la section 19

Isabelle Astier

Céline Bessière

Sylvain Laurens

Olivier Martin

La section sociologie du CNU en pleine crise

Par Joseph Confavreux

Agora reproduit ici, avec la très aimable autorisation de son auteur, cet article de Joseph Confavreux, initialement paru le jeudi 23 juin 2011 dans Mediapart, à l’adresse suivante : http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/230611/querelles-de-chapelles-et-de-personnes-dans-la-section-sociologie-du-cn

L’abcès se loge, depuis des années, au cœur du fonctionnement complexe de l’Université française. La section de sociologie du Conseil national des Universités vient de promouvoir, de nouveau, à des postes prestigieux, certains de ses propres membres. Une pratique qui incarne les petits arrangements et les conflits d’intérêts qui traversent une partie de la recherche française. Sur fond de dispute violente et récurrente entre les principaux représentants de la sociologie française et une de ses tendances, emmenée par Michel Maffesoli, par ailleurs candidat au fauteuil de Claude Lévi-Strauss à l’Académie française, dont l’élection se déroule jeudi 23 juin.

Continuer la lecture de La section sociologie du CNU en pleine crise

Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

On pensait qu’après le scandale déclenché l’année dernière par les auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie), puis l’affaire de plagiat impliquant Ali Aït Abdelmalek, son premier vice-président, Claude Dubar s’était demandé dans un long billet : « Comment en est-on arrivé là ? » La formulation de la question laissait penser qu’il n’était guère possible de tomber plus bas. Et on pouvait croire que les membres de la 19ème section rescapés de ce naufrage feraient profil bas…

Erreur ! Il était en fait possible de faire pire. La rumeur courait depuis quelques jours d’une nouvelle vague d’auto-promotions parmi les professeurs siégeant dans la 19ème section. Cette déclaration, publiée ce soir par cinq de leurs collègues, le confirme…

Continuer la lecture de Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

Une nouvelle nomenclature des disciplines en SHS ?

La Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), instance de réflexion et de proposition qui dépend du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), a remis en décembre dernier un rapport définissant une « nouvelle nomenclature des Sciences de l’Homme et de la Société ». L’opération consiste à remplacer les actuelles nomenclatures disciplinaires du CNRS, du CNU et de l’AERES, par une nouvelle nomenclature unique, « définie par thématiques de recherche plutôt que par disciplines », dans une logique de convergence européenne, structurée autour des « productions » de la recherche, et privilégiant donc les SHS « finalisées » plutôt que la « vieille organisation facultaire ». Il ne s’agit pas ici de « proposition » ou de « préconisation », comme le rapport l’indique clairement : « la nomenclature des productions de la recherche SHS est la suivante. Elle sert désormais de référence à l’AERES et au MESR »…

Cette fameuse nomenclature, la voici:

Or, cette nouvelle nomenclature commence à susciter des remous. Ainsi, la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) vient de voter une motion dénonçant l’élaboration de cette nomenclature « sans une aucune concertation avec les communautés scientifiques ». C’est le texte de cette motion que nous reproduisons ci-dessous :

MOTION RELATIVE AUX NOUVELLES NOMENCLATURES IMPOSÉES EN SHS SANS CONCERTATION AVEC LES COMMUNAUTÉS SCIENTIFIQUES

Disponible en ligne au format PDF à l’adresse suivante :
http://www.cpcnu.fr/downloadFichierActualite?name=Motion_Nomenclatures_SHS_17e_et_20e.pdf&path=/actualites/actualite20110324122231460&typeDocument=generique

La Stratégie Nationale de Recherche et Innovation (SNRI), insistant à juste titre sur l’importance des Sciences de l’Homme et de la Société (SHS), a voulu en décembre 2010 proposer une « cartographie claire et lisible » du domaine SHS en cherchant à harmoniser les « panels » de l’European Research Council et la nomenclature par Groupes de la DGRI, DGESIP et de l’AERES.Cette nouvelle nomenclature a été établie sans aucune concertation avec les principaux acteurs intéressés, que ce soient les représentants des communautés scientifiques qui siègent dans les différentes sections du Conseil National des Universités, à la CPCNU ou au comité national des organismes de recherche.Sous couvert de simplification, et en prétendant rompre avec des nomenclatures « trop raffinées », cette nomenclature, si elle devait entrer dans les faits, aurait des conséquences absolument catastrophiques pour l’expertise et l’évaluation des disciplines. Elle rend en effet illisible la singularité et l’unité des champs disciplinaires. La subdivision de la 17e section du CNU (en 17 a et 17 b), l’éclatement et la liquidation de la 20e section CNU (suppression de l’Ethnologie et de l’anthropologie biologique), pour ne citer que ces exemples, assorties d’une estimation, arbitraire plus qu’approximative, des communautés concernées sont absurdes et dangereuses. Elle constituerait une régression déplorable, arc-boutée sur des clivages heureusement dépassés au plan national et international du type querelle des « modernes » contre les « anciens » que nous serions.

La richesse des disciplines est faite de leur diversité et de la complémentarité d’approches qui se fécondent mutuellement, comme elle s’enrichit des recherches frontalières. Sous couvert d’actualisation et de mise au goût du jour, cette « nouvelle » nomenclature, cette architecture des disciplines, enfermerait la recherche et l’université française dans des combats d’arrière-garde.Nous exigeons le retrait immédiat de ces nouvelles nomenclatures et l’ouverture de consultations avec les représentants des disciplines, sections du CNU, CP-CNU, sections du Comité national des organismes de recherche.

Le 5 Mars 2011

Jean-Yves BOURSIER, Président de la 20e section du CNU (Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie biologique) et le bureau de la 20e section

Jean-François COURTINE, Président de la 17e section du CNU (Philosophie) et le bureau de la 17e section

Motion adoptée par l’assemblée de la CP-CNU réunie le 11 mars 2011

Les sciences économiques et sociales sont elles menacées de « liquidation » ? Une réponse d’Alain Beitone

Agora a publié il y a quelques jours l’appel intitulé « Nous refusons la liquidation des sciences économiques et sociales« . Cet appel a été lancé par 11 associations d’enseignants-chercheurs opposés à une réforme des programmes de l’enseignement des sciences sociales au lycée qu’elles considèrent comme une attaque contre le projet fondateur des SES. Alors que cet appel a déjà été signé par près de 500 personnes, nous publions aujourd’hui la réaction d’Alain Beitone, professeur de sciences économiques et sociales, et membre du groupe d’experts à l’origine de cette réforme des programmes si controversée…

Continuer la lecture de Les sciences économiques et sociales sont elles menacées de « liquidation » ? Une réponse d’Alain Beitone

Les nouveaux programmes de sciences économiques et sociales : une remise en cause historique, mais de quoi au juste ?

L’actuelle refonte des programmes de sciences économiques et sociales du lycée suscite de nombreuses réactions, dont AGORA / Sciences sociales a jusqu’ici régulièrement rendu compte. Pour continuer de contribuer à ce débat, nous reproduisons aujourd’hui la transcription d’une intervention d’Emmanuel Buisson-Fenet lors d’une journée d’études organisée par la revue Tracés à l’ENS de Lyon, le 11 février 2011, consacrée aux « sciences humaines dans les politiques éducatives ».

La discussion n’est pas close : n’hésitez pas la prolonger en faisant part à l’auteur de vos réactions dans les commentaires de cet article !
Continuer la lecture de Les nouveaux programmes de sciences économiques et sociales : une remise en cause historique, mais de quoi au juste ?

Crise à la 19ème section du CNU : l’appel du 16 octobre 2009

Au terme de la journée de débats du vendredi 16 octobre 2009, un appel a été signé par les deux associations professionnelles, AFS et ASES, ainsi que par trois organisations syndicales, le SNESUP, le Sgen-CFDT, QSF. Il est urgent de sortir de cette crise afin que le CNU 19 puisse de nouveau correctement fonctionner. Il est donc important que cet appel, que nous reproduisons ci-dessous, soit signé le plus largement et le rapidement possible.

Voici le lien vers la pétition que vous pouvez signer en ligne : http://5261.lapetition.be

La rencontre organisée le 16 octobre 2009 à l’initiative de l’AFS et de l’ASES a permis de prendre toute la mesure de la crise que traverse actuellement la 19 ème section du CNU. De fait cette section ne peut plus fonctionner aujourd’hui alors même que va s’ouvrir la campagne de qualification des MCF et Pr. Il s’agit d’urgence de redonner à la section les moyens d’assurer ses missions. Les organisations soussignées soutiennent les démissionnaires et appellent les membres restants à démissionner immédiatement. Elles demandent au ministère d’examiner avec leur concours les conditions du renouvellement complet de la section.

AFS
ASES
Snesup
Sgen-CFDT
QSF

La recherche universitaire contre l’éthique militaire ?

Le mardi 13 et le mercredi 14 octobre s’est réuni au Fort de Charenton le Conseil d’enquête statuant pour avis sur la nature de la faute disciplinaire qu’aurait commise le Chef d’Escadron Jean-Hugues Matelly, officier de gendarmerie et chercheur associé au CESDIP du CNRS. On pouvait craindre une sanction sévère et en effet le Conseil d’enquête s’est prononcé pour la radiation de l’officier : un gendarme (et par extension tout agent public) ne pourra donc plus penser différemment de sa hiérarchie et de l’autorité politique et surtout le faire savoir jusqu’à s’exposer au risque d’être exclu.

Continuer la lecture de La recherche universitaire contre l’éthique militaire ?