“Quel avenir pour les sciences sociales ?”, si vous avez manqué le début…

Le 9 mars dernier, le Réseau Thématique Pluridisciplinaire “Société en évolution, science sociale en mouvement” organisait une journée de débats intitulée : “Quel avenir pour les sciences sociales ?”. Pour ceux qui n’auraient pas pu assister à l’ensemble des débats, Giovanni Prete en propose ici un compte-rendu appliqué.

Par Giovanni Preste[1]

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP a organisé une journée de débats le 9 mars dernier autour de l’avenir des sciences sociales. Alors que d’importantes mobilisations sont en cours, il semblait important de s’interroger sur deux questions centrales : le financement de la recherche en SHS et l’enseignement des SES du lycée au supérieur. Le programme constitué de présentations de travaux de recherche, de témoignages et d’échanges avec la salle, se voulait à la fois ancrée dans l’actualité des réformes et un moment de partage de connaissances capables de mettre en perspective ces réformes et de les aborder de manière plus critique.

Continuer la lecture de “Quel avenir pour les sciences sociales ?”, si vous avez manqué le début…

Quel rapport entretenir aux médias ?

Si la diffusion des savoirs fait indiscutablement partie des missions des enseignants-chercheurs, reste à déterminer les contours de sa mise en oeuvre. Dans un ouvrage récent, Caroline Lensing-Hebben a bien montré les ambivalences de l’exposition médiatique, le mouvement en cours dans l’Université française a ravivé à sa manièe le débat. Ulcéré par la partialité avec laquelle Le Monde rendait compte de la mobilisation, Jérôme Valluy a ouvert le bal le 3 avril dernier en publiant une lettre ouverte aux dirigeants du quotidien du soir et enjoignant ses collègues à respecter une “Charte de bonne conduite” à l’égard de cette publication. Outre les réactions laconiques desdits responsables, cette initiative a suscité également la réponse de l’association Acrimed le 6 avril, invitant à élargir la position critique à l’ensemble des médias et à en approfondir les implications. Deux jours plus tard, Jérôme Valluy commentait cette “lettre ouverte” sur le site d'”Universités libres“, refusant notamment d’amalgamer le travail superficiel de la journaliste du Monde avec celui, bien plus fouillé, de son confrère de Libération Sylvestre Huet, dont le blog mérite effectivement d’être signalé. Au-delà du mouvement actuel, la réflexion mérite d’être poursuivie.

Une charte déontologique est-elle souhaitable ?

Le sujet a déjà été abordé dans un précédent billet : lors du prochain Congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS) qui se tiendra du 14 au 17 avril prochains, ses membres devront notamment se prononcer sur l’adoption d’une charte déontologique, dont une version provisoire peut d’ores et déjà être consultée. La proposition n’est cependant pas sans susciter un certain débat : dans l’introduction d’un ouvrage collectif à paraître, reproduite sur La Vie des Idées, Daniel Cefaï propose quelques réflexions sur la dimension normative de l’engagement ethnographique, accompagnées d’une traduction du Code éthique de l’American Association of Sociology par Paul Costey. Affirmant que “la politique de l’autruche ne sert plus à rien”, il souligne que de telles codifications ont le mérite de stimuler la réflexion déontologique, “quasi-absente en France”. Ce à quoi, dans un article également publié par La Vie des Idées trois semaines plus tard, Mustapha El Miri et Philippe Masson lui répondent qu’une telle codification risquerait surtout, dans le contexte français, d’intensifier les contraintes déjà non négligeables qui s’exercent sur l’activité des chercheurs. Quels seraient effectivement les apports d’une telle charte par rapport à la législation ? Une chose est sûre, le débat est lancé, et mériterait indéniablement d’être prolongé.

Les sciences sociales au lycée : faut-il une réforme ?

Par Rémi Jeannin[1]

Le lundi 9 mars 2009, le RTP “Société en évolution, science sociale en mouvement” a organisé une journée de débats intitulée : “Quel avenir pour les sciences sociales ?”. Avec l’aimable autorisation de leurs auteurs, AGORA publie les textes des interventions de cette journée.

Les Sciences Economiques et Sociales (SES) sont une discipline scolaire qui vise, depuis 1967, à « conduire à la connaissance et à l’intelligence des économies et des sociétés d’aujourd’hui et intégrer cette acquisition à la formation générale des élèves, à leur culture », en mobilisant les apports de plusieurs disciplines scientifiques.

De cette ambition initiale découlent plusieurs caractéristiques auxquelles sont fortement attachés les enseignants de SES, mais qui sont remises en question par un ensemble disparate d’acteurs :

Continuer la lecture de Les sciences sociales au lycée : faut-il une réforme ?

La sociologie dans l’université de masse

Par Sylvia Faure[1]

Le lundi 9 mars 2009, le RTP “Société en évolution, science sociale en mouvement” a organisé une journée de débats intitulée : “Quel avenir pour les sciences sociales ?”. Avec l’aimable autorisation de leurs auteurs, AGORA publie les textes des interventions de cette journée.

Cette intervention décrit un contexte pédagogique dans le département de sociologie d’une université de masse (Lyon2), mais n’est pas le produit d’une recherche sur l’enseignement de la sociologie à l’université. Il s’agit donc de discuter ensemble d’expériences professionnelles et, ce faisant, de mettre en évidence des injonctions fortes qui s’adressent aux enseignants de sociologie depuis la mise en place de la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat) : professionnaliser et rendre « utiles » les études de sociologie. Ne sommes-nous pas en présence d’un schème de pensée à mettre à distance ?

Continuer la lecture de La sociologie dans l’université de masse

Bruno Latour ou la nouvelle bureaucratie de marché

Le 2 mars dernier, Philippe Corcuff, Maître de conférences en science politique à l’IEP de Lyon, publiait sur son blog un billet en réponse à l’article de Bruno Latour paru peu auparavant dans un “grand” quotidien du soir. Nous le reproduisons ici avec l’aimable autorisation de l’auteur. A lire également l’article de Jean-Louis Fabiani, “Et si Bruno Latour avait raison ?”

Quand un grand sociologue se fait l’idéologue de la contre-réforme néomanagériale de l’université…

Le sociologue Bruno Latour s’est transformé en héraut de la contre-réforme de l’université promue par Valérie Pécresse (« Autonomie, que de crimes on commet en ton nom ! », Le Monde, 26-02-2009)… Incarnera-t-il un des derniers intellectuels de gauche perdus rhétoriquement dans le bougisme sarkozyste?

Continuer la lecture de Bruno Latour ou la nouvelle bureaucratie de marché

Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Par Jean-François Bayart, directeur de recherches au CNRS

En annonçant la rupture, Nicolas Sarkozy n’avait pas trompé sur la marchandise. Malgré ses incohérences discursives de chauve-souris (voyez mes ailes, je suis libéral et atlantiste, voyez mon corps, je suis national et protecteur), ses objectifs sont clairs : d’une part, soumettre la société française à la dictature d’une rationalité strictement comptable, quantitative et financière, celle du New Public Management, en cassant l’autonomie des corps intermédiaires, des institutions, des métiers ; de l’autre, la corseter à grand renfort de lois liberticides, de fichiers, de vidéosurveillance, de descentes policières aux abords des écoles et dans les établissements eux-mêmes sous prétexte de lutte contre l’immigration clandestine et la drogue, d’ingérences dans les médias, la magistrature ou le monde des affaires, d’invocations étatiques de l’ « identité nationale » (incitations à la délation à l’appui), de traques contre une « ultragauche » censée être virulente mais dont les juges ont quelque peine à établir la culpabilité. D’un côté, le néo-libéralisme ; de l’autre, le dirigisme, et de plus en plus l’autoritarisme. En bref, le national-libéralisme.

Continuer la lecture de Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Quel avenir pour les sciences sociales ?

Depuis sa création en janvier 2006, le RTP-CNRS « Société en évolution, Science Sociale en Mouvement » a engagé une réflexion collective sur l’avenir de la sociologie en France. Les travaux du RTP s’articulent autour de cinq thèmes : la place de la sociologie française dans le contexte international ; la place de la sociologie par rapport aux autres disciplines ; la place de la théorie en sociologie ; les relations de la sociologie au monde social ; l’enseignement de la sociologie.

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP organise le lundi 9 mars 2009, à l’ENS (Campus Paris Jourdan), une journée de débats autour de ces questions, intitulée ” Quel avenir pour les sciences sociales ?” : dans le contexte actuel de réformes et de mobilisations, l’avenir des sciences sociales suscite en effet des inquiétudes grandissantes, et engendre de nombreuses prises de positions, dont nous proposons de débattre en deux temps : la matinée sera consacrée aux débats sur l’avenir de la recherche en SHS et les transformations de ses formes de financement ; l’après-midi sera consacrée à l’enseignement de la sociologie et des sciences sociales, du lycée au supérieur.

Continuer la lecture de Quel avenir pour les sciences sociales ?

Le Savoir en colère

Directeur de recherches au CNRS dans un “laboratoire en lutte”, spécialiste de sociologie politique de l’Etat et de la “politique par le bas”, Jean-François Bayart propose dans une courte mais percutante tribune une analyse des raisons du mouvement actuel des enseignants-chercheurs. Où le mépris affiché jusqu’au plus haut sommet de l’Etat associé à la propagation de nombreuses contre-vérités sur l’état de la recherche universitaire française ne joue pas un rôle négligeable.

Continuer la lecture de Le Savoir en colère

Statut des enseignants-chercheurs : les Présidents qui s’opposent

L’unanimité n’est pas de mise dans les rangs des présidents d’université. Alors que certains semblent plutôt en accord avec la réforme du décret régissant le statut des enseignants-chercheurs, d’autres s’opposent avec véhémence à “tous les projets de réforme controversés de l’enseignement et de la recherche”. Ces derniers étaient ainsi réunis dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne lundi 9 février entourés de 400 étudiants et personnels de l’enseignement supérieur, et outre une critique en règle du projet de “mastérisation” des concours de recrutement des enseignants du secondaire, ont lancé un appel commun.

Voir le compte-rendu qu’en fait “Le mensuel de l’Université” :

http://www.lemensuel.net/2009/02/10/statut-des-enseignants-chercheurs-les-presidents-qui-sopposent/