Licenciement abusif d’une chercheuse belge ?

Alors que vient de paraître un ouvrage collectif passionnant sur l’articulation entre engagement et recherche issu d’un séminaire (Des sociologues sans qualité, dirigé par Delphine Naudier et Maud Simonet, La Découverte, 2011), rappelant notamment après Isabelle Kalinowski, que la fameuse « neutralité axiologique » prêtée à Max Weber a alors été mise en avant par Raymond Aron pour discréditer ses collègues marxistes alors dominants lorsqu’il a traduit – et réunit- les deux fameuses conférences composant Le Savant et le Politique, voici que l’Université catholique de Leuwen fournit un cas d’école si l’on ose dire. Il s’agit de la chercheuse Barbara Van Dyck, limogée pour avoir soutenu publiquement des faucheurs d’OGM le 29 mai dernier. Nous reproduisons ci-dessous le texte d’une pétition appelant à son tour à soutenir cette dernière, que vous avez naturellement le droit de signer et faire suivre, sans craindre pour votre emploi. Pour l’instant ?


Vendredi 3 juin, nous avons appris que Barbara Van Dyck a été licenciée en raison de ses déclarations de solidarité avec les militants du Mouvement de Libération des Champs (Field Liberation Movement) dans le cadre d’une action contre un essai de pommes de terre OGM [mené dans le cadre d’un partenariat privé/public entre la UGent et BASF] à Wetteren, le dimanche 29 mai. Nous sommes choqués par cette mesure, que nous considérons comme disproportionnée et faisant fi du droit du travail, des principes de la liberté académique et de la liberté d’expression.

Barbara Van Dyck a pris part à l’action de Wetteren durant son temps libre (un dimanche) et non pas pendant ses heures de travail. En outre, elle n’est pas renvoyée en raison d’infractions qu’elle aurait commises ce jour-là, mais en raison de la solidarité qu’elle exprime à l’égard des manifestants et le soutien public qu’elle apporte à cette action de désobéissance civile. On peut donc se demander sur quelle base les autorités académiques ont décidé ce licenciement.

Avec cette mesure disproportionnée – une interdiction d’exercer sa profession –, les autorités universitaires violent une des valeurs fondamentales de leur propre charte, en particulier celle de la liberté académique. Nous aimerions rappeler que la liberté académique signifie non seulement avoir la possibilité de mener des recherches de façon indépendante, mais comporte également la liberté individuelle des universitaires d’adopter une « attitude critique à l’égard de certaines tendances ou articulations sociales. La liberté intellectuelle individuelle est toujours une pierre angulaire de notre identité universitaire. ». Un argument similaire peut également être trouvé dans les chartes internationales telles que la Recommandation de l’UNESCO concernant le statut du personnel enseignant de l’enseignement supérieur, Para. 26: « Tout enseignant de l’enseignement supérieur à droit à la liberté de pensée, de conscience (…). Les enseignants devraient pouvoir exercer sans obstacle ni entrave les droits civils qui sont les leurs en tant que citoyens, y compris celui de contribuer au changement social par la libre expression de leur opinion sur les politiques de l’État et les orientations concernant l’enseignement supérieur. Ils ne devraient subir aucune sanction du seul fait de l’exercice de ces droits. » .

En outre, les autorités universitaires violent un principe démocratique fondamental qui sert de base de notre société, le principe de la liberté d’expression. En renvoyant une employée en raison de sa sympathie à l’égard de l’action menée le 29 mai dernier, la KULeuven s’inscrit elle-même dans le nouveau climat de criminalisation de l’activisme et même de la simple sympathie envers le militantisme. En effet, c’est sa sympathie manifeste et sa solidarité avec les activistes du Field Libération qui lui sont reprochées, et non pas ses actes.

Pas besoin d’approuver la cible et les tactiques de l’action pour comprendre son enjeu social: Qu’est-ce qu’une agriculture socialement juste et écologiquement durable? Quel est le rôle des OGM et comment distribuons-nous les ressources de recherche d’une manière équitable entre les différentes options? Réduire cette action à un acte de violence (contre des pommes de terre?) détourne l’attention du débat nécessaire. La présence de scientifiques des deux côtés du débat démontre que même au sein de la communauté scientifique il y a un désaccord sur la nécessité sociale et la valeur ajoutée des OGM.

Nous appellons les autorités de l’université à maintenir leur confiance dans la réflexion critique et l’engagement social de leurs chercheurs. Nous leur demandons donc de retirer ce licenciement. Nous demandons au personnel de la KULeuven et l’ensemble de la communauté universitaire de protester contre le licenciement.

Cette affaire dépasse en effet le cas individuel de Barbara Van Dyck, et touche à l’avenir de la science (et ses liens avec l’industrie), aux principes de la liberté académique et à la liberté d’expression.

[i] Openingstoespraak Rector Oosterlinck Academiejaar 2003-2004, KUL.
[ii] Recommandation concernant la condition du personnel enseignant de l’enseignement supérieur, UNESCO, 11/11/97.

Pour plus d’information et signer la pétition, visitez http://threerottenpotatoes.wordpress.com/


3 réflexions au sujet de « Licenciement abusif d’une chercheuse belge ? »

  1. « En outre, les autorités universitaires violent un principe démocratique fondamental qui sert de base de notre société, le principe de la liberté d’expression. »
    => L’université ne remet nullement en cause la liberté d’expression. Cette chercheuse a participé à une action visant à saccager une expérimentation scientifique à laquelle participait son employeur. Nous ne sommes plus dans le cadre de la liberté d’expression et fort heureusement, dans une démocratie qui se respecte il n’y a pas de liberté de saccager ce qui ne plait pas. Ce genre de dérive ouvre la voie à tous les extrêmes ! Ce texte est surréaliste ! Pas une seule fois il ne condamne l’acte de destruction ! Ce texte prétend défendre les libertés mais en fait soutient des actes terroristes visant à imposer aux autres une idéologie par la force, soit tout le contraire de la liberté.

    1. @GFP: « Acte de destruction(…) de terrorisme »…. contre quoi? des patates? Les profits futurs de BASF et de l’ UGent?

      Je vous invite cordialement à rendre visite à quelques exploitations agricoles industrielles et paysannes, biologiques ou non pour y prendre le pouls des agriculteurs concernant les OGM.

      La mise en terre de semences génétiquement modifiées par des entreprises comme BASF n’a pas comme objectif l’intérêt publique ou le service à la communauté mais bien leur commercialisation et le profit! Et l’on ne parle même pas des conséquences écologiques sur la faune et la flore, ou encore des répercutions financières pour les producteurs et consommateurs… ou de notions de propriété intellectuelle suite aux disséminations de ces nouveaux gènes au gré des vents…

      Ha, et dernière chose… UGent et KUL, c’est pas la même unif, non? D’après ce billet, il semble n’y avoir aucun lien entre son employeur et cette « expérimentation scientifique »… Et quand bien même, pourquoi un chercheur ne pourrait-il pas critiquer vivement les expérimentations mise en oeuvre au sein de son Alma Mater?

      1. @ patap,
        « @GFP: « Acte de destruction(…) de terrorisme »…. contre quoi? des patates? Les profits futurs de BASF et de l’ UGent?  »
        => Contre une expérimentation scientifique. Le terrorisme n’est rien d’autre qu’un moyen de faire passer son idéologie en pratiquant la destruction. Quelque soit la cible, dans une société démocratique, rien ne justifie le saccage.

        « Je vous invite cordialement à rendre visite à quelques exploitations agricoles industrielles et paysannes, biologiques ou non pour y prendre le pouls des agriculteurs concernant les OGM. »
        => Je ne vois pas ce que cela changerait. Chaque agriculteur devrait être libre de choisir ce qu’il veut cultiver. Je devrais en fait leur demander ce qu’ils penseraient si des activistes venaient détruire leurs champs pour des raisons idéologiques. Je ne suis pas sûr que beaucoup soutiennent ce genre d’actions.

        « La mise en terre de semences génétiquement modifiées par des entreprises comme BASF n’a pas comme objectif l’intérêt publique ou le service à la communauté mais bien leur commercialisation et le profit! »
        => Les essais de BASF ne représentaient qu’une seule rangée de patates sur l’ensemble de l’expérimentation. Et quand bien même cela aurait été un essai exclusivement composé de patates de BASF, votre idéologie ne l’autorise pas à le détruire. Votre remarque a surtout un fort relent anti-capitaliste mais n’est en rien une spécificité des OGM. L’ordinateur que vous avez utilisé pour poster votre message a aussi été mis au point et commercialisé « pour faire du profit ». Cela m’autoriserait-il à venir chez vous pour le détruire ?

        « Et l’on ne parle même pas des conséquences écologiques sur la faune et la flore, ou encore des répercutions financières pour les producteurs et consommateurs… ou de notions de propriété intellectuelle suite aux disséminations de ces nouveaux gènes au gré des vents…  »
        => Mais je vous en prie, faites ! Ces pommes de terre permettraient de réduire à zéro les pulvérisations de fongicides contre le mildiou. Leur impact positif sur l’environnement ne fait aucun doute. Pour les répercussions financières, les pertes liés au mildiou de la pomme de terre représentent un milliard d’euros par an en Europe. Quant à la propriété intellectuelle liées à la dissémination du gène par le vent elle ne pose aucun problème, surtout que la patate se reproduit par multiplication végétative. Au fait, jamais un seul agriculteur n’a été condamné à la suite d’une dissémination accidentelle.

        « Ha, et dernière chose… UGent et KUL, c’est pas la même unif, non? D’après ce billet, il semble n’y avoir aucun lien entre son employeur et cette « expérimentation scientifique »… »
        => La KUL a de nombreux travaux en commun avec le VIB. C’est une université publique.

        « Et quand bien même, pourquoi un chercheur ne pourrait-il pas critiquer vivement les expérimentations mise en oeuvre au sein de son Alma Mater? »
        => Un chercheur a tout à fait le droit d’émettre des critiques. Ici, cette militante soutient la destruction de travaux de la recherche publique, il y a une grosse différence. Elle n’a que ce qu’elle mérite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *