Première rencontre de « Chercheurs sans frontière »

Ce vendredi 25 février de 16h à 19h, l’association « Chercheurs sans frontière – Free Science » récemment créée en vue de défendre la liberté de la recherche et les chercheurs menacés en raison de leurs activités de recherche organise sa première rencontre dans les locaux de l’Assemblée nationale à Paris (75).

Avec la présence notamment de  Pinar Selek, György Geréby, Karoline Postel-Vinay, Alain Garrigou, Lionel Larqué, Bertrand Monthubert, Daniel Gaxie, Bernard Lacroix, André Brahic, Gérard Noiriel


Lieu : Assemblée nationale – salle 6217
126, rue de l’Université
75007 Paris
Métro Assemblée nationale – RER Invalides

Inscription préalable par courriel obligatoire : conference-join@csf-free-science.org

En raison des contrôles d’identité, prévoyez d’arriver vers 15h45 si vous souhaitez assister au début de la rencontre.


2 réflexions au sujet de « Première rencontre de « Chercheurs sans frontière » »

  1. Bonjour, votre louable initiative se passe de tout commentaire, car beaucoup de chercheurs dans les pays du sud souffrent de la censure et de toutes sortes de pressions afin d’abandonner leurs sujets de recherche. Cordialement, Ahmed Taleb, chercheur en dramaturgie (théâtre),journaliste.

  2. Tout en partageant vos craintes face à l’asservissement de la recherche par les pouvoirs économiques et politiques, je trouve que le nom français de votre association est mal choisi: les « xxx » sans frontières (médecins, avocats, ingénieurs, etc.) mettent leurs connaissances au service des pays ou des groupes les plus pauvres. Ils ne cherchent pas à protéger leur profession contre des pressions particulières. Par ailleurs, les pires ennemis de la liberté des chercheurs sont les chercheurs eux-mêmes qui acceptent d’y renoncer pour obtenir des subventions, des fonds de recherche ou des promotions. L’argent et le pouvoir corrompent la science de l’intérieur. La seule façon d’y résister est d’ouvrir davantage la science à la société civile, au débat public. Il ne s’agit pas d’une perte de liberté, mais d’un gain de démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *