Affaires bien étrangères

L’ancien ambassadeur de France à Tunis, Pierre Ménat, s’est fait remarquer – et débarquer- pour sa clairvoyance sur la situation de ce pays. Sauf que bien plus qu’une erreur personnelle, cette anecdote tragi-comique semble refléter une évolution plus générale de la diplomatie hexagonale qui se coupe de la recherche après un bref ralentissement. Tel est du moins le constat que dresse Jean-François Bayart dans un billet publié hier sur son blog du site Mediapart et explicitement intitulé « Suicide intellectuel« . Un témoignage édifiant qui illustre une fois de plus les rapports cordiaux qu’entretient le gouvernement actuel avec les sciences humaines et sociales…Mais pour quelles conséquences ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.