Une « formation » bien martiale

Non contents d’être soumis à une charge d’enseignement à plein temps, pour des motifs budgétaires, les nouveaux enseignants stagiaires du second degré (les « PLC2 » comme on di(sai)t dans le jargon) bénéficient également de journées banalisées de formation particulièrement roboratives. Plutôt que de s’essayer à colmater les failles d’une formation pédagogique absente, les autorités rectorales préfèrent organiser une opération promotion pour… l’armée. C’est du moins ce qui s’est passé à Bordeaux comme le raconte une jeune stagiaire aujourd’hui sur le site Rue 89. Si vous souhaitez également partager votre expérience en la matière, n’hésitez pas !


Une réflexion sur « Une « formation » bien martiale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.