L’essor du « tourisme de diffamation » ?

Alors que les tribunaux semblent de plus en plus souvent s’imposer comme mode de règlement des litiges entre chercheurs et leurs enquêté-e-s – que ceux-ci portent sur la « véracité » des faits ou analyses établis ou sur le « respect de la vie privée »-, la « mondialisation » judiciaire pourrait bien favoriser cette « judiciarisation » de la recherche : le « libel tourism », ou « tourisme de la diffamation », dont David Chekroun rend compte dans un article de La Vie des Idées paru le 15 juillet dernier. Un nouvel avatar du « forum shopping » qui permet à certains de profiter des législations les plus favorables à leurs activités tout en accroissant la concurrence entre les différents systèmes nationaux, dont ils révèlent au passage les spécificités culturelles sous-jacentes.


Une réflexion sur « L’essor du « tourisme de diffamation » ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.