Programme de 1ère ES : le refus des politistes

La période estivale est peu propice aux mobilisations. Les politistes le savent bien, mais deux de leurs associations professionnelles – l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP) et l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP) n’en ont pas moins pris la plume pour dénoncer le projet de programme de 1ère ES validé par le Conseil Supérieur de l’Éducation au début du mois.  Nous reproduisons ci-dessous le communiqué en espérant qu’il suscitera réponses et débats.

Définitivement non !

A la suite de la consultation qui a été organisée par le ministère de l’Éducation Nationale auprès des enseignants de Science Économique et Sociales (SES), le groupe d’experts chargé de rédiger le programme de 1ère de SES, amputé de l’un de ses membres pour cause de démission, a rendu publique sa nouvelle version. Cette version a été présentée et approuvée de justesse par le Conseil Supérieur de l’Éducation le 1er juillet 2010. Une lecture attentive de cette seconde mouture conduit à constater que les principales critiques adressées aux experts et à travers eux au cabinet du ministre de l’Éducation Nationale, n’ont tout simplement pas été entendues. Cette obstination n’est pas surprenante. D’une part le temps trop court de la consultation n’a pas permis un débat constructif. D’autre part, donner raison à la majorité des enseignants contre le cabinet du ministre aurait constitué un acte bien trop héroïque pour un groupe d’experts. Ce programme, à peine revu et corrigé est, à l’instar de la première version, toujours aussi pléthorique, excessivement porté sur la science économique et partial. Aussi, reste-t-il sans réponse pour tous ceux qui souhaitent que les questions de l’enseignement général dispensé aux lycéens et de leur orientation vers l’enseignement supérieur reçoivent un traitement qui soit à la hauteur des enjeux actuels et futurs. Dans ces conditions, l’AECSP et l’ANCMSP attendent des experts qu’ils entendent enfin les critiques adressées par les principales associations professionnelles d’enseignants et de chercheurs.

Si la réforme entreprise pour mettre à mal l’enseignement des sciences sociales au lycée a gagné du terrain, les partisans des Sciences Économiques et Sociales n’ont, quant à eux, pas tout perdu. Une forte mobilisation des enseignants et des chercheurs de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur a montré que, par-delà cette entreprise de démolition, le parti de ceux qui entendent faire vivre l’esprit des SES est bien vivant. C’est une aventure commune qui continue !

Le bureau de l’AECSP
Le bureau de l’ANCMSP


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.