1èreES : un projet de programme contesté

Alors que l’APSES, représentée par son président, avait décidé de démissionner de la commission d’élaboration du nouveau programme de 1ère ES lundi 24 mai, celle-ci rendait public le résultat de ses « travaux » trois jours plus tard. Un projet de programme dont les orientations sont remises en cause par de nombreux enseignants de la discipline, comme Erwan Le Nader qui nous a fait parvenir le texte suivant.

Le projet de programme de Sciences Economiques et Sociales (SES) pour la classe de première est désormais en ligne sur le site du ministère, soumis à consultation. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce projet, mais finalement, on comprend déjà l’ampleur de la catastrophe en prenant connaissance du préambule.

L’ordre des objectifs assignés aux SES est bien sûr loin d’être neutre. L’objectif prioritaire devient l’acquisition des fondements de la science économique, de la sociologie et de la science politique, tandis que l’objectif de formation citoyenne, expédié en deux lignes, est relégué en fin de liste. Il n’est pas même fait mention du caractère de culture générale de cet enseignement. Une régression à rebours de la voie prise par toutes les autres disciplines scolaires du lycée, et en rupture brutale avec le projet fondateur des SES à la fin des années soixante.

Le préambule exprime rapidement un complexe d’infériorité, tentant de justifier pourquoi les sciences sociales sont presque aussi « scientifiques » que les autres sciences. Vient ensuite un couplet des plus hypocrites à un triple niveau:

– la science est présentée comme un espace de « pluralisme théorique », mais apparemment pas pour les élèves puisqu’il faudra leur présenter « la » démarche de l’économiste, « la » démarche du sociologue, et « la » démarche du politiste. L’usage du singulier parle ici de lui-même. Mais une analyse plus poussée des programmes confirme les biais théoriques du programme. La partie économie singe les cours de microéconomie de premier cycle de fac, et la macroéconomie est réduite à la portion congrue, au moment même où nos sociétés (et les élèves) s’interrogent sur le chômage, la crise économique, l’avenir de la protection sociale ou les politiques d’austérité. Dans le même temps, l’individualisme méthodologique devient quasiment la seule méthode d’ananlyse présentée aux élèves en sociologie,, au point qu’après avoir tenté d’évacuer le chômage des programmes de seconde, le ministère fait maintenant s’évanouir les classes sociales.

– la science est présentée comme devant confronter théories et faits, mais toujours pas pour les élèves puisque le projet de programme ne prescrit que d’illustrer les modèles (la palme revenant à Robinson devant maximiser son utilité pour choisir son forfait de téléphone portable alors qu’il est seul sur son île)

– la science est présentée comme un rempart contre le dogmatisme, sauf pour les élèves une nouvelle fois: on a beau chercher des débats théoriques dans la partie économique du programme, on n’en trouve aucun. Faut-il mettre en œuvre des politiques de relance ou de rigueur ? La banque centrale doit-elle avoir comme seul objectif la lutte contre l’inflation ? Les élèves n’en sauront jamais rien.

Le paragraphe sur « les disciplines et leur croisement » est des plus indigents. La structure du cloisonnement disciplinaire adoptée pour le projet de programme est justifiée par un seul argument : « L’approche disciplinaire a aussi le mérite de former les élèves à une posture parcimonieuse : il n’est pas possible d’embrasser d’emblée la réalité sociale dans sa totalité« . Or, l’approche de cloisonnement disciplinaire a justement l’effet inverse. N’étudier les choix de consommation que sous l’angle d’une maximisation de préférence sous contrainte, c’est empêcher de voir qu’il existe d’autres éclairages possibles (notamment sociologique), et c’est donc faire croire qu’on embrasse la réalité sociale dans sa totalité. Surtout, en cloisonnant les disciplines, on s’empêche de les faire dialoguer, de les ébranler, et de répondre à la curiosité des élèves, toujours demandeurs d’une pluralité d’explications.

La partie consacrée aux apprentissages des élèves est du même acabit. Passons déjà sur le fait que le préambule prétende avoir trouvé la démarche pédagogique universelle, source de réussite en toutes circonstances, quels que soient les élèves. Passons aussi sur le fait que l’encyclopédisme des programmes (un programme de 16 pages, un empilement de près de 170 notions – contre déjà 106 actuellement- et pas moins de 38 chapitres) et son caractère normatif empêcheront de toute façon toute véritable mise en activité intellectuelle des élèves. Voyons donc la recette miracle: partir de « paradoxes« , « d’énigmes » pour « interpréter des situations concrètes« . Naïfs professeurs qui pensaient qu’en SES il s’agissait de partir de l’étude de la réalité économique et sociale entourant les élèves et des questions contemporaines qui traversent la société dans laquelle ils vivent…

Au final, c’est à une véritable parcellisation des savoirs, à l’impossibilité pour les élèves d’adopter une attitude critique, caractéristique de la démarche scientifique, et à une véritable perte de sens des apprentissages que ce projet de programme conduit. La communauté éducative ne restera probablement pas sans voix face à cette perspective fort peu réjouissante

Erwan Le Nader
Enseignant de Sciences Economiques et Sociales dans le Val de Marne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *