La plainte en diffamation, nouvel instrument de censure ?

Après les poursuites judiciaires pour « diffamation » dont ont fait l’objet l’an passé Xavier Crettiez et Isabelle Sommier, directeurs de l’ouvrage La France rebelle, ou plus récemment celles qu’Alain Garrigou a essuyées de la part du conseiller de Nicolas Sarkozy et directeur d’un institut de sondages Patrick Buisson pour avoir publicisé le conflit d’intérêt que cette double « casquette » impliquait – affaire que d’aucuns ont baptisée l' »Opiniongate« – , voici une nouvelle affaire inquiétante pour la liberté de la recherche.

Où le dépôt d’une plainte apparemment abusive pour « diffamation »  semble instrumentalisé pour détourner l’attention du fond du problème soulevé. Cette affaire implique cette fois Karoline Postel-Vinay chercheuse du CERI, qui a « osé » mettre en cause le soutien apporté par le Quai d’Orsay à une fondation franco-japonaise, compte tenu de ses positions douteuses. Nous reproduisons ici l’appel de soutien des enseignants chercheurs de Sciences-po à leur collègue. Mais au-delà, c’est bien la routinisation d’un moyen pour intimider les chercheuses et chercheurs qui est ici en question, à côté d’autres instruments pour affermir encore  l’encadrement idéologique de la « production » en sciences sociales.

Notre collègue Karoline Postel-Vinay, directrice de recherche au CERI (laboratoire conjoint du CNRS et de Sciences Po) et spécialiste du Japon, est poursuivie en justice par la « Fondation Franco-Japonaise, dite Sasakawa » (FFJDS), pour « diffamation ». Certains d’entre nous ont été témoins de la façon brutale dont la FFJDS a lancé son action, le 5 mars 2009. Dans l’amphithéâtre Leroy-Beaulieu, au cours d’un colloque auquel participaient de nombreux collègues, un huissier de justice a remis à Karoline Postel-Vinay une demande d’assignation à comparaître devant le Tribunal de grande instance de Paris.


Le procès engagé par la FFJDS fait suite à une pétition relayée par Karoline Postel-Vinay en décembre 2008, et signée par une cinquantaine de chercheurs spécialistes du Japon et de l’Asie Orientale. La pétition demandait au ministre français des Affaires étrangères de retirer le soutien qu’il avait initialement apporté à une manifestation officielle célébrant le 150e anniversaire des relations diplomatiques franco-japonaises. Cette manifestation était financée principalement par la FFJDS. Les signataires regrettaient que pour un tel événement, la République Française s’associe à une institution se réclamant de Ryôichi Sasakawa, figure bien connue du fascisme japonais, arrêté par les Alliés en décembre 1945 comme criminel de guerre de classe A, et généralement considéré comme lié à la pègre. Le ministère des Affaires étrangères, ayant mené sa propre enquête, décida de se désolidariser de la manifestation.

La FFJDS a pris le parti de concentrer son action en justice sur une seule personne et non sur l’ensemble des signataires. Elle a aussi choisi de lui réclamer des frais de justice très élevés. Il s’agit d’une tentative d’intimidation caractérisée.


La FFJDS se considère aujourd’hui diffamée par le rappel de faits qui, pourtant, ont été maintes fois présentés dans des ouvrages scientifiques, des essais, et des articles de presse  de nombreux pays1. Aucune de ces publications n’a suscité de plainte pour diffamation. L’action de la FFJDS vise donc à obtenir du juge que l’évocation de certains sujets soit désormais interdite, non seulement en France mais à l’étranger, car l’effet symbolique d’une décision de la Justice française en sa faveur menacerait aussi la recherche à l’étranger, aux Etats-Unis et au Japon notamment, où se trouvent la plupart des spécialistes. La démarche de la FFJDS viole manifestement le principe de la liberté de la recherche. En outre, elle soulève à nouveau le problème de l’utilisation de la Justice pour le règlement de débats historiques.

Nous, chercheurs et enseignants-chercheurs titulaires et associés de Sciences Po, souhaitons exprimer notre entière solidarité à Karoline Postel-Vinay, comme l’ont déjà fait le directeur général de Sciences Po, le conseil de laboratoire du CERI à l’unanimité, l’Association française de science politique et le conseil de la Société française d’études japonaises à l’unanimité(2).

——————————————————————

(1) Cf. Au sein d’une abondante bibliographie, trois titres sont aisément consultables : David Kaplan and Alec Dubro, Yakuza. Japan’s Criminal Underground, Berkeley, University of California Press, 2003 (2e édition). Traduction française : Yakuza. La mafia japonaise, Editions Philippe Picquier, 1990 ; Philippe Pons, Misère et crime au Japon. Du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Gallimard, 1999 ; Richard Samuels, Machiavelli’s Children. Leaders and Their Legacies in Italy and Japan, Ithaca, Cornell University Press, 2003. Et la nécrologie de Ryochi Sasakawa.

(2) Communiqué de l’AFSP, 11 février 2010 ; communiqué de la SFEJ, février 2010


3 réflexions au sujet de « La plainte en diffamation, nouvel instrument de censure ? »

  1. comment est-il possible de porter plainte pour diffamation pour le rappel de faits avérés (voire historicisés) depuis des années ? comment un système judiciaire peut-il se sentir concerné par une telle plainte ? comment nous, qui de jour en jour n’en cessons plus d’halluciner de tant d’inepsies de cours de récré, réagissons à peine aux invectives de ces personnes qui nous insultent de menteurs quand leurs faits sont clairs ? pourquoi ne sommes nous pas instruits de ce phénomène (que je crois savoir scientifiquement décrit) dans nos rapports à l’autre puisque qu’ils se sentent légitimes pour en user ? ou, dit de manière plus affectée : pourquoi pov’con doit-il toujours se casser ?

  2. Le dépôt de plainte pour diffamation par la FFJDS n’est pas étonnant : c’est bien une tactique d’intimidation, à l’image des pratiques des yakusa ou de n’importe quelle association maffieuse. Mais j’ose croire que la justice française règlera dignement son compte à la FFJD.
    Comment se fait-il que cette association soit reconnue d’utilité publique en France par ailleurs?
    Cela fait des années que je suis plus que révoltée de voir le logo de la FFJDS dans divers catalogues culturels français, aux côtés de ceux de la Fondation de France, ou du ministère de la culture, par exemple…
    Mais le mécénat culturel, aussi généreux soit-il, n’a pas encore le pouvoir de cacher la forêt aux yeux de tous.
    L ‘Histoire avec un grand H doit être inlassablement transmise, coûte que coûte.
    À l’aube du XX ème siècle, dans notre pays de France, en serions-nous encore à devoir saluer le courage des historiens et autres chercheurs dont le crime est de rappeler des faits historiques avérés, comme si nous étions sous n’importe quel régime autoritaire crasse?
    L’ombre d’un funeste cortège voudrait gagner du terrain, partout, ici comme ailleurs : l’argent et la corruption sont ses atouts majeurs.
    Nous le savons bien.
    il nous faut le répéter. Il faut s’insurger contre tout déni d’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *