Programmes de 2nde : une vraie consultation ?

Ce n’est pas un scoop : la réforme du lycée est loin de faire l’unanimité au sein de la communauté éducative. Dernier volet en date, les projets de  nouveaux programmes pour la classe de 2nde que la direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco) du ministère de l’Education nationale vient de rendre public. Le traitement des SES est particulièrement préoccupant : reléguées au rang d' »enseignenment exploratoire »  doté d’un horaire réduit à une heure et demi hebdomadaire, les contenus font la part belle à la micro-économie la plus « orthodoxe » au détriment des autres sciences sociales, ainsi que le souligne l’Association des Professeurs de SES (Apses).

Quoiqu’il en soit, la Dgesco a lancé une consultation en direction des enseignants au sujet desdits projets de programmes. Reste à savoir si les avis recueillis en ligne ou directement par les inspecteurs pédagogiques régionaux (IPR) seront réellement pris en compte – et alors de quelle manière ?-, ou si la méthode n’est pas essentiellement destinée à légitimer des décisions d’ores et déjà entérinées. Une chose est en tous cas déjà sûre : on touche bien là aux contradictions de la  « démocratie participative ».


4 réflexions au sujet de « Programmes de 2nde : une vraie consultation ? »

  1. Il semble maintenant plus que clair qu’il y a un vrai projet de « sauver la France » à tout prix par sa littérature (en revalorisant une série L avec peu de débouchés et désertée), au détriment de l’histoire-géographie en S, mais surtout d’une série ES qui reste une série intéressante au yeux des familles; et ceci quant à ses débouchés tout autant que par la formation multidimensionnelle de citoyen éclairé qu’elle permet, et qui dérange tant.
    On voit que l’on veut nous faire ingurgiter une série dite ‘économique’, regroupant à terme assez court les séries STG et ES, où ne resteront alors que les élèves qui ne ‘pourront pas faire autrement’. Nous serons d’ailleurs invités (nous le sommes déjà au nom du droit prévu à l’expérimentation) à bien vouloir procéder à une refonte des deux programmes de SES et PFEG, préparés par la Cour, pour n’en faire qu’un seul (qui sera tellement plus clair cette fois pour les familles qui ne connaissaient pas les rouages…). Le programme actuel de SES en seconde a-t-il réellement besoin de changement ?

    Il est évident que la gestion des personnels en sera moins coûteuse puisqu’ils seront devenus polyvalents et interchangeables en SES & gestion… (sans compter l’année suivante les classes à moins de 35 élèves qu’il faudra revoir) mais que des portes vont se fermer pour beaucoup de familles.

    Mesdames et Messieurs les professeurs de Sciences Economiques et Sociales préparons-nous aux changements lourds si nous laissons passer la bête sans réagir.
    Sans réagir sur le contenu multidimensionnel de notre discipline, le temps qu’il faut pour le voir, et l’avenir de la série ES.

  2. ette polémique sur les nouveaux programmes est en partie injuste. Comme l’a fait souligné François Dubet, les réactions de l’Apses sont « très exagérées ». Si le sociologue a démissionné, après la diffusion officielle des programmes, c’est pour échapper à la polémique lancée par l’Apses. L’Apses politise le débat sur le programme. D’où le soutient récent du PCF à son « contre programme ». Mais c’est injuste. D’une part, parce que on ne va pas enseigner la microéconomie mais des notions de bases comme l’offre, la demande et l’équilibre. Ensuite, si on veut parler du chômage, il faut bien d’abord comprendre comment fonctionne théoriquement et schématiquement un marché. Sinon on n’aide pas les élèves à comprendre le débat sur le coût du travail.
    L’Apses présente un « contre programme » à la carte : 2 enseignants pourraient ne traiter que 3 questions communes sur 8 qu’ils feraient. Le ministère n’a-t-il pas raison de refuser ce qui ne s’est jamais vu à savoir un programme flexible et modulaire ?

    1. Les remarques que l’on peut faire sur les programmes et les modalités de leur élaboration sont forcément justifiées aux yeux de ceux qui les élaborent : profs-pensants, sommités intellectuelles, ministre, parents…
      Entre les arguments rationnels et l’affirmation péremptoire (cela dépend) que me reste-t-il à moi, prof-exécutant en bout de processus décisionel ?
      La fabrication artisanale d’un cours, au coin d’un bureau ou à la table du salon, de ce qui me semble être (!) le plus adapté à mes propres élèves ; ceux-là même que j’ai sous les yeux, et face auxquels je me demande ce qui, dans mes mots et mon attitude, changera ou non une partie de leur parcours.
      C’est le modeste mais riche métier de prof tel qu’il est encore, malgré tout… Malgré internet, par exemple.
      Pensez, donc, nous exécutons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.