La recherche universitaire contre l’éthique militaire ?

Le mardi 13 et le mercredi 14 octobre s’est réuni au Fort de Charenton le Conseil d’enquête statuant pour avis sur la nature de la faute disciplinaire qu’aurait commise le Chef d’Escadron Jean-Hugues Matelly, officier de gendarmerie et chercheur associé au CESDIP du CNRS. On pouvait craindre une sanction sévère et en effet le Conseil d’enquête s’est prononcé pour la radiation de l’officier : un gendarme (et par extension tout agent public) ne pourra donc plus penser différemment de sa hiérarchie et de l’autorité politique et surtout le faire savoir jusqu’à s’exposer au risque d’être exclu.

Il est reproché à cet officier supérieur, âgé de 44 ans, contrôleur de gestion pour la région Picardie, ancien rapporteur à la Commission des recours des militaires, commandant de la compagnie de Blois en 1998, excellemment bien noté par sa hiérarchie, sorti major de sa promotion, de formation universitaire, juriste, docteur et chercheur associé en Sciences Politiques et auteur de nombreux articles, romans et ouvrages (notamment un dernier livre intitulé « Police. Des chiffres et des doutes » qui aborde la question du traitement et de l’usage des statistiques en matière de délinquance), d’avoir publié le 30 décembre 2008 un article sur Rue89.com intitulé « La gendarmerie enterrée, à tort, dans l’indifférence générale » et de s’être exprimé le lendemain sur Europe 1 en critiquant le rapprochement Police/Gendarmerie et, comme le relève la DGGN, « se dispensant ainsi de l’exigence de loyauté et de neutralité liée à son statut militaire ». Rappelons aussi que Jean-Hugues Matelly, qui avait déjà fait l’objet de procédure disciplinaire, s’était exprimé le 23 octobre et le 12 novembre 2007 sur la conduite de la politique sociale au sein de la gendarmerie sur RTL et avait signé un éditorial de nature revendicative publié dans l’Essor, journal corporatif des personnels de la gendarmerie.

Si on peut parfaitement défendre le principe de la totale soumission d’un gendarme qui reste assujetti de manière permanente à son statut et qui ne peut avoir d’activités annexes (notamment celles de chercheur) qui l’exonéreraient de son obligation de réserve et de loyauté, il n’en demeure pas moins qu’aucune autorité hiérarchique ne doit s’autoriser à analyser les travaux de recherche de Jean-Hugues Matelly «au regard des sanctions disciplinaires encourues ».

Si Jean-Hugues Matelly reste bien gendarme, et donc à ce titre soumis à une obligation de réserve aussi drastique soit elle, ses travaux ont été reconnus par le monde universitaire à leur juste valeur et c’est une évidence et c’est une règle fondamentale dans toute société démocratique de rappeler que des travaux scientifiques ne peuvent être ni déloyaux ni contraires à une quelconque déontologie professionnelle si tant est qu’ils ne sont ni diffamatoires ni attentatoires à l’ordre public.

C’est donc maintenant au Président de la République et à lui seul (seul compétent en matière de radiation des cadres) que revient le droit d’entériner définitivement l’avis du Conseil d’enquête, avis qui ne pourra pas laisser indifférents les chercheurs en Sciences Humaines pour qui une telle décision représenterait une réelle atteinte à leur liberté.

Jean-Yves Fontaine,
Sociologue et juriste,
chercheur au CERReV
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/pagePerso/2077697


2 thoughts on “La recherche universitaire contre l’éthique militaire ?”

  1. La Lettre de cachet de Jean-Hugues Matelly :

    Ils prétendent « discipline militaire » , j’affirme « affaire éminemment politique ».

    Le devoir de réserve des militaires est à dimensions variables selon le contenu du discours tenu par le soldat qui outrepasse la règle du silence. L’affaire de notre camarade Matelly en est la démonstration.

    Les propos tenus sur l’antenne très « convenable » d’Europe 1 un soir de réveillon 2008 sont en soit très modérés, très mesurés et argumentés, et pourtant ils lui valent la sanction la plus lourde qu’un militaire puisse subir : « l’exclusion ».

    – Pire que des propos racistes pour lesquels la direction de la Gendarmerie juge qu’une sanction de 30 jours d’arrêt est trés sévère

    – Pire que d’être mélé à une histoire d’homicide volontaire qui vaut un blâme à son auteur

    – Pire que l’affaire des paillotes de Corse qui n’ont valu à leurs auteurs aucune sanction et qui ont retrouvé un découlement de carrière normal.

    Qu’est-ce qui justifie ce traitement ? Rien.

    Il s’agit uniquement de balayer un homme génant.

    Le désir de frapper d’indignité un homme qui ne fait que dire ce que les chefs militaires ne veulent pas entendre est un avertissement que le pouvoir politique doit traiter avec la plus grande vigilance.

    Nous parlons bien de rupture entre la société et l’armée, nous parlons bien de repli d’une profession sur elle-même, nous parlons bien de rupture du lien armée-nation.

    La chose militaire est-elle ou non réservée à quelques initiés, ou concerne-telle chacun des citoyens ? A ce titre, hors le domaine opérationnel, est-il inconcevable que chacun, militaire ou non, puisse s’exprimer sur l’organisation de SON armée ?

    L’affaire Matelly est bien plus importante qu’il n’y paraît.

    Prendre le parti de ce militaire, c’est protéger le lien intime entre le pays et ses militaires.

    En d’autres temps, où l’aura d’un grand vainqueur recouvrait toute la chose militaire, un de ses subordonnés, un petit Colonel, examinait publiquement la politique de défense et s’opposait ouvertement à la stratégie en place. Le chef de ce qui était considéré alors comme la plus grande et la plus prestigieuse armée du monde, même s’il a gardé quelques rancœurs contre son subordonné ne l’a pas pour autant traduit devant les conseils de discipline militaire.

    Oui, Pétain en personne n’a pas puni De Gaulle, même si leurs relations se sont distendues.

    Doit-on en conclure que les chefs militaires de l’époque étaient sûrs d’eux et pouvaient supporter la critique ?

    Il faut aller bien plus loin. En ces temps reculés de l’entre deux guerres, tout le monde était persuadé que le débat sur la chose militaire concernait le pays tout entier.

    Aujourd’hui force est de constater que la chose militaire n’est plus l’affaire du pays et qu’il est interdit d’en parler si l’on n’appartient pas au cercle restreint.

    J’ai la faiblesse de penser que ce qu’on reproche à Jean-Hugues Matelly, ce ne sont pas ses propos, mais bien qu’il se tienne à l’extérieur de ce milieu qui pense pour nous.

    Il exprime des réserves, avant son adoption par le parlement, sur la loi qui concerne la Gendarmerie.

    Et alors !

    Tous ceux qui se sont exprimés sur cette loi en public, doivent également faire l’objet de poursuites. Il est nécessaire de rester cohérent pour être compris. Vous voulez que la nation comprenne cette sanction ? Il est nécessaire de réserver le même sort à tous les gendarmes de tous grades qui se sont félicités de cette loi. Il est aisé d’en dresser une liste. Il suffit de consulter les archives de presse, les discours à tous les échelons des responsables régionaux qui se sont exprimés en espérant cette loi.

    En animant le débat, Jean-Hugues Matelly le fait prospérer, fait oeuvre utile pour le pays tout entier .

    Tous ceux qui se sont tus sont coupables si ce n’est d’indifférence, du moins de lâcheté.

    Son opinion était-elle exagérée ? Il faudrait alors taxer d’extrémisme les trois anciens directeurs de la Gendarmerie qui se sont exprimés exactement dans le même sens que le Commandant Matelly.

    Condamner Matelly, c’est bien condamner une opinion.

    Condamner Matelly, c’est condamner le Conseil Supérieur de la Fonction Militaire qui réclame avec impatience aujourd’hui, une rénovation complète des instances de concertation.

    J’ai pu voir, et j’en suis témoin direct, l’acharnement de quelques officiers supérieurs de la Gendarmerie à abattre cet homme qui n’a comme défaut que son savoir, sa culture, sa réflexion. L’un d’entre eux va même jusqu’à extraire d’un forum quelques mots de ce camarade pour lui en faire le reproche, alors que c’est moi, et moi seul qui pose la question des associations professionnelles dans la Gendarmerie. Ce militaire, le sait, je lui ai écrit qu’il détournait une conversation pour faire dire à Matelly ce qu’il n’a jamais dit. Voilà les conditions dans lesquelles cet homme va être lynché.

    Une lettre de cachet.

    La direction de la Gendarmerie utilise, ou reçoit l’ordre d’utiliser Matelly comme un outil politique à destination du parlement, à destination des autres Gendarmes.

    Cette affaire commence à la veille du débat sur la Gendarmerie à l’assemblée nationale, puis le débat est repoussé, les poursuites également.

    Elles sont relancées le jour même du débat au parlement sur cette loi.

    MATELLY est un instrument politique dans la main de ses chefs, un instrument de manipulation des députés de la commission de la défense et de la commission des lois.

    Le message à l’adresse des députés est clair, rassurant à destination d’une assemblée critique, pour le moins, dans cette affaire. « La Gendarmerie restera militaire malgré cette loi, donc nous appliquons la discipline militaire ».

    Le message à la communauté de la Gendarmerie est tout aussi clair. « tous ceux qui s’exprimeront contre la loi sur la Gendarmerie suivront Matelly »

    En cela, il convient de condamner et de poursuivre ceux qui mêlent chose militaire avec action politique partisane, et pourquoi pas ambition personnelle,

    Matelly est devenu malgré lui un outil politique, c’est bien une lettre de cachet qu’il a reçu le 1er juillet 2009.

    Tous les militaires qui se prononceront sur son sort feront un acte politique. Il seront regardés comme tels, pas comme des pairs qui examinent sereinement un cas difficile.

    Retirons la Gendarmerie Nationale de ces luttes politiques. Empêchons les castes de s’y exprimer et de s’y combattre, empêchons les loges d’y régner. Remettons la Gendarmerie à sa place dans la nation et acceptons que ce qui la concerne concerne également tout le pays.

    Mais au fait, si Matelly avait appartenu à tel ou tel milieu, avait suivi tel ou tel filière, cotisé à tel ou tel organisme semi-clandestin qui prône pourtant la lumière et la réflexion, l’aurait-on touché ?

    Et si tout le problème était là ?

    J.Mestries

  2. Pétition de soutien

    Après réflexion ces jours ci avec des partenaires dans le journalisme et la presse, nous lançons une pétition en ligne en faveur du Commandant de gendarmerie, docteur en sociologie, chercheur, Jean-Hugues Matelly, menacé de radiation entre autre pour avoir publié ses recherches sur un projet de loi de sécurité intérieure.
    Signez nombreux !
    Apportez votre contribution !

    * S’informer sur l’affaire Matelly, comprendre pourquoi nous sommes directement concernés

    Diffusez le lien le plus largement possible, dans les blogs, sites, en commentaire d’un article, en article, en forums, dans vos emails… Merci.

    http://osezdevenir.wordpress.com/2009/10/30/petition-de-soutien-a-jean-hugues-matelly/

    ou url direct à la pétition http://petitioncontreradiationcdtchercheurmatelly.wordpress.com/

    Pétition sans polémique, ni idéologie, ni politique, simplement motivée par un attachement au respect de l’intégrité de l’être humain, des principes de la République et de la démocratie, de l’exercice d’une citoyenneté éclairée, responsable et digne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *