Professeurs de SES : quelles pratiques ?

Le 16 mai 2009, l’Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales (Apses) organisait les Assises de l’enseignement des SES à Paris. Pour préparer cette journée, l’association a mené une large consultation nationale selon plusieurs modalités dont une enquête en ligne. S’adressant à l’ensemble des professeurs de SES, cette enquête avait pour objectif de réaliser une photographie des perceptions de leurs pratiques par les enseignants de SES et leur vécu quant à la mise en œuvre des programmes.


572 professeurs ont renseigné l’enquête en ligne de mars à avril 2009 sur les quelques 4500 enseignants que compte la discipline. 65 % des répondants enseignent depuis moins de 15 ans, 36 % ne sont pas adhérents à l’Apses. Trois quarts d’entre eux ont une formation en économie-gestion, niveau bac +4 ou 5 pour 90% des répondants.

Un point sur les pratiques


En première et surtout en terminale, le cours magistral est la norme puisque pour plus de 75% des sondés, celui-ci représente au minimum plus de 50% du temps de cours (et 44% y ont recours pour 75% et plus du temps de cours). Ce n’est qu’en classe de seconde que la majorité du cours ne se fait pas en magistral : 53% des sondés déclarent qu’il n’occupe pas plus de 25% du temps.

Cependant, cela n’empêche pas le travail sur documents puisque, même si le temps réservé à ce dernier décroît de la seconde à la terminale, il reste relativement bien implanté. Pour une large majorité des enseignants interrogés, le travail sur documents occupe plus de la moitié du temps de cours en terminale. En seconde, il occupe les trois quarts de temps de cours pour 43% des sondés.

Les supports multimédia semblent peu utilisés. 78% n’utilisent jamais ou presque la vidéo, elle est réputée chronophage et l’on peut rapprocher ce résultat de ceux portant sur la lourdeur des programmes. 76% n’utilisent jamais ou presque la presse. Seuls 31% des sondés « vont en salle informatique » plus de 5 fois dans l’année (le sous-équipement est invoqué).


La mise en activité des élèves


Seuls 6% des sondés font réaliser une enquête chaque année ou presque et 73% jamais ou presque.

Le travail en groupe d’élèves est relativement implanté, seuls 16% n’y ont jamais recours et 47% y ont recours plus de 5 fois dans l’année. Si 53% des sondés n’organisent jamais de débats, 11% y ont recours plus de 3 fois par an.

Quant à la participation orale des élèves, 16% des sondés déclarent que lorsqu’un élève a la parole c’est le plus souvent « pour énoncer une réponse argumentée construite à l’écrit », et 39% disent programmer systématiquement ou presque le travail sur documents à la maison (ce qui laisse penser que la participation orale des élèves a été construite ou pensée au préalable).

Impossible ici de mesurer la qualité et la nature de la parole des élèves durant le cours. L’évaluation elle-même de cette parole paraît extrêmement délicate et semble être surévaluée par les enseignants.

En effet, 67% des sondés la situent au-delà de 20% du cours ce qui semble contradictoire avec le poids du cours magistral et du travail sur documents.


A propos des programmes


La densité (ressentie ou réelle ?) du programme s’intensifie avec la proximité du baccalauréat. Si 60% des sondés disent traiter 90 à 100% du programme de Première, cette proportion chute à 28% en ce qui concerne l’année de Seconde.
Quant à la Terminale, 85% des sondés déclarent avoir le sentiment que la taille du programme les empêche de mettre en oeuvre des pratiques diversifiées et 80% réclament son allègement en priorité.


Concernant les contenus des programmes


76% des sondés préfèrent des programmes structurés autour de questions de société plutôt que d’entrées par les concepts ou les champs disciplinaires (11%)

68% des sondés souhaitent des programmes qui permettent les croisements disciplinaires, 19% souhaitent des croisements systématiques et 8% voudraient au contraire renforcer le cloisonnement.


Les perspectives


Les résultats de l’enquête nous invitent donc à engager dès à présent une réflexion sur nos programmes: quels objectifs? quels contenus? quelles pratiques d’enseignement? Trois axes d’évolution paraissent intéressants à développer. Le premier axe concernerait l’allégement des programmes qui pourrait lui-même être relié à la question de la mise en activité des élèves. Le second axe permettrait d’aborder la question de la clarification des savoirs, savoir-faire et compétences que les élèves doivent maîtriser à l’issue d’un cursus en SES. Enfin, le troisième axe privilégierait la réflexion sur la place qui pourrait être accordée à l’initiation aux méthodes en sciences sociales dans l’enseignement des SES.

L’Apses prévoit dès aujourd’hui d’organiser des journées de réflexion au niveau académique au cours du premier trimestre de l’année 2009-2010. Une journée de synthèse nationale aura lieu au cours du mois de novembre 2009.

Pour une description détaillée des résultats :

http://www.apses.org/initiatives-actions/assises-de-l-enseignement-de-ses/article/diaporama-de-presentation-des


A noter que Philippe Cibois a également réalisé une analyse factorielle à partir des résultats de l’enquête. Celle-ci est disponible au lien suivant :

http://www.apses.org/debats-enjeux/analyses-reflexions/article/analyse-factorielle-de-l-enquete


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.