Quelle liberté intellectuelle pour les universitaires ?

Vincent Geisser, chercheur au CNRS rattaché à l’Institut de recherche et d’études sur le mondes arabes et musulman (IREMAM) d’Aix-en-Provence, est convoqué le 29 juin devant un conseil de discipline pour “manquement au devoir de réserve” du fonctionnaire. Il lui est reproché d’avoir tenu des propos insultants à l’égard d’un “fonctionnaire sécurité défense” de l’institution dans une correspondance privée, mais repris sur un blog. Le chercheur se défend par ailleurs en décrivant le harcèlement expliquant que ledit fonctionnaire exercerait à son égard depuis 2004. Au-delà de ce conflit “de personnes”, qui n’en est pas seulement un, c’est la liberté d’expression des enseignants-chercheurs qui se verrait remise en question si une sanction était adoptée à l’égard de Vincent Geisser. Un “collectif  pour la sauvegarde de la liberté intellectuelle des chercheurs et enseignants-chercheurs de la fonction publique” a été mis en place, ainsi qu’une pétition sous forme de lettre ouverte à Valérie Pécresse dont nous reproduisons le texte ci-dessous. Vous pouvez la signer à l’adresse : http://petition.liberteintellectuelle.net/ où vous trouverez également de plus amples informations concernant cette “affaire”, ainsi que la réponse de la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche. A noter enfin que l’Association Française de Sociologie, l’Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur, l’Association Française de Science Politique et l’Association des Enseignants et Chercheurs en Science Politique ont publié un communiqué commun sur ce sujet, disponible à ce lien : http://www.afs-socio.fr/actu/actu09N06.html

Lettre ouverte à Mme Valérie Pécresse, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche

L’influence des savants et des intellectuels est certes quelque peu en déclin dans notre
nouveau modèle de société. Chercheurs, universitaires et intellectuels n’en continuent pas
moins de creuser leur sillon, faisant fi du bruit et de la fureur extérieurs. Ce qui ne signifie pas
qu’ils vivent dans des bulles hors du monde. Au contraire, ils sont plus investis que jamais
dans la mission qui est la leur : contribuer avec d’autres à apporter à leurs concitoyens cet
élément de pensée critique indispensable à la préservation de la démocratie. Grâce aux
réseaux qu’ils tissent par la circulation de leur pensée et de leur parole, au-delà des préjugés,
des mythes ou des frayeurs en vogue et de leur instrumentalisation, ils n’ont de cesse d’agir au
nom de la liberté et de l’impartialité, quelles que puissent être par ailleurs leurs éventuelles
appartenances religieuses ou affinités politiques. Nos sociétés, trop souvent soumises aux
diktats des médias et de l’internet, ont besoin de cette parole libre, au seul service des
principes de la démocratie, évoluant sans entraves et produisant du savoir, de la connaissance
et de la réflexion. Il se trouve que dans notre pays la majorité des intellectuels appartient à la
fonction publique, ce qui ne signifie pas qu’ils soient de quelque façon inféodés à des
institutions ou au pouvoir politique, même s’il existe certes parmi eux des intellectuels
organiques. Si la liberté est nécessaire pour penser et écrire, il va de soi que l’obligation de
réserve qui s’applique en général à certaines catégories de fonctionnaires ne peut aucunement
s’appliquer à leur cas, sauf à n’attendre d’eux que la reproduction d’une doctrine officielle et
stérile. Aujourd’hui, la convocation devant une commission disciplinaire, de notre collègue
Vincent Geisser, chercheur au CNRS, accusé de n’avoir pas respecté cette « obligation »,
constitue un signe supplémentaire et particulièrement alarmant de l’idée que les institutions de
notre pays semblent désormais se faire de notre rôle. Devrons-nous donc soumettre nos
articles, nos livres, nos prises de position publiques à l’approbation de leur censure, alors
qu’aucune consigne ne devrait émaner d’elles si ce n’est celle de la rigueur intellectuelle et de
la créativité qui accompagne toute recherche ? Quels compromis honteux devrons-nous
accepter pour échapper à l’humiliation d’un conseil de discipline ? La France, pays des droits
de l’homme et de la liberté d’expression, est-elle en train de perdre son âme ? Comment
continuer à faire notre travail, à assumer pleinement notre vocation, sous la menace constante
de la sanction ? Que sommes-nous ? De simples courroies de transmission des idées qui ont
l’agrément de nos dirigeants et des institutions qui nous emploient, ou des hommes et des
femmes autonomes exerçant leur métier librement, en toute responsabilité, en toute honnêteté,
et au service d’une recherche, d’une pensée et d’un savoir libres de tout carcan idéologique,
n’ayant d’autre limite que la considération du bien commun ? L’obligation de réserve ne peut
en aucun cas valoir pour les intellectuels, y compris lorsqu’ils sont fonctionnaires. Les y
soumettre revient purement et simplement à les faire disparaître comme intellectuels, c’est
ruiner la liberté dont ils ont besoin pour continuer leur oeuvre salutaire, indispensable à la vie
normale d’un pays politiquement sain, et qui a besoin d’eux pour son équilibre. Ce qui arrive
à notre collègue Vincent Geisser, qui a le malheur de travailler sur l’islam, sujet brûlant s’il en
est, est d’une extrême gravité et interpelle tous les citoyens de ce pays. Le traitement indigne
auquel il est soumis est une honte pour la profession et pour la France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.