La précarité à la vitesse « supérieur »

C’est une « offre » d’emploi qui risque de constituer un précédent : l’Institut d’études politiques de Lille vient de publier une annonce pour le recrutement à compter de septembre prochain de deux enseignants chercheurs à mi-temps sur un contrat d’établissement d’un an renouvelable, justifiant cette double précarité ainsi :

« Confronté à un sous encadrement chronique en enseignants chercheurs statutaires, l’établissement fait ce choix, contraint et raisonné, dans le but de proposer un statut et une reconnaissance minimales à des docteurs sans postes qui contribuent, par les responsabilités pédagogiques et administratives qu’ils endossent, à son développement. La rémunération équivaudra à celle d’un MCF en début de carrière sur la base d’un temps de travail de 50%. Il sera demandé aux personnes recrutées d’assurer une charge d’enseignement de 96h équivalent TD et de participer directement à la gestion et à l’animation de deux majeures du cycle Master« .
Une nouvelle étape semble ainsi franchie dans l’institutionnalisation de la précarité pour les docteurs sans poste en sus des post-doctorats. Cela tombe bien, leur nombre est appelé à gonfler davantage, de même que les besoins en enseignement… Profitons-en pour signaler dans le numéro de cette semaine de l’hebdomadaire Courrier International un dossier édifiant sur la question des stages, où l’on verra que cette forme spécifique d’exploitation ne constitue pas une spécificité hexagonale…