Une nouvelle nomenclature des disciplines en SHS ?

La Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), instance de réflexion et de proposition qui dépend du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), a remis en décembre dernier un rapport définissant une « nouvelle nomenclature des Sciences de l’Homme et de la Société ». L’opération consiste à remplacer les actuelles nomenclatures disciplinaires du CNRS, du CNU et de l’AERES, par une nouvelle nomenclature unique, « définie par thématiques de recherche plutôt que par disciplines », dans une logique de convergence européenne, structurée autour des « productions » de la recherche, et privilégiant donc les SHS « finalisées » plutôt que la « vieille organisation facultaire ». Il ne s’agit pas ici de « proposition » ou de « préconisation », comme le rapport l’indique clairement : « la nomenclature des productions de la recherche SHS est la suivante. Elle sert désormais de référence à l’AERES et au MESR »…

Cette fameuse nomenclature, la voici:

Or, cette nouvelle nomenclature commence à susciter des remous. Ainsi, la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) vient de voter une motion dénonçant l’élaboration de cette nomenclature « sans une aucune concertation avec les communautés scientifiques ». C’est le texte de cette motion que nous reproduisons ci-dessous :

MOTION RELATIVE AUX NOUVELLES NOMENCLATURES IMPOSÉES EN SHS SANS CONCERTATION AVEC LES COMMUNAUTÉS SCIENTIFIQUES

Disponible en ligne au format PDF à l’adresse suivante :
http://www.cpcnu.fr/downloadFichierActualite?name=Motion_Nomenclatures_SHS_17e_et_20e.pdf&path=/actualites/actualite20110324122231460&typeDocument=generique

La Stratégie Nationale de Recherche et Innovation (SNRI), insistant à juste titre sur l’importance des Sciences de l’Homme et de la Société (SHS), a voulu en décembre 2010 proposer une « cartographie claire et lisible » du domaine SHS en cherchant à harmoniser les « panels » de l’European Research Council et la nomenclature par Groupes de la DGRI, DGESIP et de l’AERES.Cette nouvelle nomenclature a été établie sans aucune concertation avec les principaux acteurs intéressés, que ce soient les représentants des communautés scientifiques qui siègent dans les différentes sections du Conseil National des Universités, à la CPCNU ou au comité national des organismes de recherche.Sous couvert de simplification, et en prétendant rompre avec des nomenclatures « trop raffinées », cette nomenclature, si elle devait entrer dans les faits, aurait des conséquences absolument catastrophiques pour l’expertise et l’évaluation des disciplines. Elle rend en effet illisible la singularité et l’unité des champs disciplinaires. La subdivision de la 17e section du CNU (en 17 a et 17 b), l’éclatement et la liquidation de la 20e section CNU (suppression de l’Ethnologie et de l’anthropologie biologique), pour ne citer que ces exemples, assorties d’une estimation, arbitraire plus qu’approximative, des communautés concernées sont absurdes et dangereuses. Elle constituerait une régression déplorable, arc-boutée sur des clivages heureusement dépassés au plan national et international du type querelle des « modernes » contre les « anciens » que nous serions.

La richesse des disciplines est faite de leur diversité et de la complémentarité d’approches qui se fécondent mutuellement, comme elle s’enrichit des recherches frontalières. Sous couvert d’actualisation et de mise au goût du jour, cette « nouvelle » nomenclature, cette architecture des disciplines, enfermerait la recherche et l’université française dans des combats d’arrière-garde.Nous exigeons le retrait immédiat de ces nouvelles nomenclatures et l’ouverture de consultations avec les représentants des disciplines, sections du CNU, CP-CNU, sections du Comité national des organismes de recherche.

Le 5 Mars 2011

Jean-Yves BOURSIER, Président de la 20e section du CNU (Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie biologique) et le bureau de la 20e section

Jean-François COURTINE, Président de la 17e section du CNU (Philosophie) et le bureau de la 17e section

Motion adoptée par l’assemblée de la CP-CNU réunie le 11 mars 2011

Les revues de sciences humaines et sociales doivent-elles être classées ?

Une vingtaine de revues de sciences humaines et sociales ont décidé de prendre l’initiative d’un appel à refuser l’établissement d’un « classement » des revues par l’AERES qui servirait de point d’appui à l’évaluation de la recherche. Agora publie ci-dessous le texte de cette prise de position.

Un débat très important agite, depuis 2008 au moins, la communauté internationale des chercheurs. Il concerne les revues et les modalités de leur classement, de leur notation et de leur évaluation. L’évaluation des revues n’est pas neuve (pensons par exemple au classement proposé par le CNRS en 2004), et les chercheurs sont familiers de la logique de hiérarchisation, plus ou moins formelle, qui sous-tend les pratiques scientifiques. Il nous semble même normal, sensé et essentiel que soient mises en valeur et distinguées les revues dont la qualité scientifique est reconnue par les professionnels de la recherche. Mais selon quels critères et selon quelles modalités ? Aujourd’hui, il nous paraît urgent de faire connaître notre position sur cette question, d’autant que la signification de la liste française de revues établie par l’AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) s’est vue confortée par la réforme du statut de l’enseignant-chercheur promue par l’actuel gouvernement.

Continuer la lecture de Les revues de sciences humaines et sociales doivent-elles être classées ?