Le Savoir en colère

Directeur de recherches au CNRS dans un « laboratoire en lutte », spécialiste de sociologie politique de l’Etat et de la « politique par le bas », Jean-François Bayart propose dans une courte mais percutante tribune une analyse des raisons du mouvement actuel des enseignants-chercheurs. Où le mépris affiché jusqu’au plus haut sommet de l’Etat associé à la propagation de nombreuses contre-vérités sur l’état de la recherche universitaire française ne joue pas un rôle négligeable.

Continuer la lecture de Le Savoir en colère

Statut des enseignants-chercheurs : les Présidents qui s’opposent

L’unanimité n’est pas de mise dans les rangs des présidents d’université. Alors que certains semblent plutôt en accord avec la réforme du décret régissant le statut des enseignants-chercheurs, d’autres s’opposent avec véhémence à « tous les projets de réforme controversés de l’enseignement et de la recherche ». Ces derniers étaient ainsi réunis dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne lundi 9 février entourés de 400 étudiants et personnels de l’enseignement supérieur, et outre une critique en règle du projet de « mastérisation » des concours de recrutement des enseignants du secondaire, ont lancé un appel commun.

Voir le compte-rendu qu’en fait « Le mensuel de l’Université » :

http://www.lemensuel.net/2009/02/10/statut-des-enseignants-chercheurs-les-presidents-qui-sopposent/

Université : les raisons de la colère

Le site La vie des idées publie aujourd’hui un dossier très fourni sur le mouvement en cours dans les universités françaises. Y sont indiquées un certain nombre de ressources bibliographiques, mais aussi Internet, proposant notamment un regard vers les systèmes étrangers d’enseignement supérieur et de recherche.

Sont également rassemblés plusieurs articles publiés antérieurement par La vie des idées : le débat sur le « localisme » dans le recrutement universitaire,  une analyse roborative du « malentendu » entre universités et entreprises aux Etats-Unis signée Pierre Gervais, une critique par Marie Duru-Bellat du paradigme de « l’économie de la connaissance » aujourd’hui au coeur des réformes, et enfin une proposition d’Eric Maurin, inspirée des exemples néo-zélandais et australien, pour financer l’université différemment.

A noter enfin un article inédit de Vincent Duclert proposant une analyse du mouvement, et ses implications sociales plus larges, ainsi qu’en fin d’article un appel aux enseignants-chercheurs à « se saisir [du débat soulevé par les réformes engagées] en savants » qui ne devrait pas manquer de soulever quelques polémiques.

Le dossier est accessible à ce lien :
http://www.laviedesidees.fr/+-Universite-les-raisons-de-la-+.html

Compte-rendu du conseil scientifique du département SHS du CNRS du 22 janvier 2009

Le conseil scientifique du département SHS du CNRS s’est réuni à Paris le 22 janvier 2009, avec à son ordre du jour, notamment, une intervention de C. Bréchignac sur la procédure de nomination du futur directeur scientifique de l’INSHS, et un point sur l’avenir de la recherche en SHS dans le cadre des réformes actuelles.

 

Continuer la lecture de Compte-rendu du conseil scientifique du département SHS du CNRS du 22 janvier 2009

Faut-il avoir peur des présidents d’université ?

Le 3 février 2009, la Conférence des Présidents d’Université (CPU) a publié sur son site un texte intitulé « Faut-il avoir peur des présidents d’université ?« . Ce texte, co-signé par Lionel Collet (Président de la CPU), Simon Bonnafoux et Jacques Fontanille (Vice-présidents), vise à rassurer les enseignants chercheurs quant à la réforme de leur statut

Continuer la lecture de Faut-il avoir peur des présidents d’université ?

Une discipline sans disciplines ? Réponse à Pascal Combemale

Par Laurent Braquet, Denis Colombi, Estelle Hemdane, enseignants de SES, membres de l’Apses

Note des Editeurs : les analyses et les opinions exprimées dans ce texte sont celles de ses auteurs, et non celles d’AGORA ou de ses rédacteurs. Elles sont reproduites ici, conformément à la vocation d’AGORA, pour alimenter les débats sur l’enseignement et la recherche en sciences sociales.

Le 3 décembre 2008, une grande manifestation, organisée par l’Apses, a rassemblé de nombreux enseignants de sciences économiques et sociales autour de la défense de leur enseignement, alors menacé par la réforme du lycée proposée par Xavier Darcos. Sommet d’une mobilisation sans failles, elle a montré, s’il en était encore besoin, l’attachement de tout un corps d’enseignants à une discipline injustement attaquée par des lobbies et des politiques sur la base d’arguments idéologiques et fallacieux.

La marche au travers de Paris s’est terminée par un meeting à la Bourse du Travail, où des personnalités – représentants syndicaux, sociologues, économistes, etc. – ont pris la parole pour redire l’enjeu qu’il y a à défendre les sciences économiques et sociales. Parmi ces interventions, celle de Pascal Combemale, figure de la discipline (auteur de manuel et de textes didactiques) et enseignant en classe préparatoire au lycée Henri IV, semble avoir fait forte impression. Si l’on ne peut, bien sûr, juger de la portée d’un discours sur le seul applaudimètre, certaines réactions sur les listes de diffusions consacrées aux SES, ainsi que la reprise rapide de ce texte sur le site du magazine Alternatives Économiques, laissent à penser qu’il a rencontré un certain écho dans la profession.
Continuer la lecture de Une discipline sans disciplines ? Réponse à Pascal Combemale

Les SES existent pour des raisons politiques et sont attaquées pour des raisons politiques

L’intervention de Pascal Combemale, professeur en Khâgne B/L au lycée Henri IV, lors de la journée de mobilisation et de grève des enseignants de sciences économiques et sociales (SES) le 3 décembre 2008, est reproduite sur le site du magazine Alternatives économiques depuis le 4 décembre 2008.

Vous pouvez la lire à cette adresse :

http://www.alternatives-economiques.fr/les-ses-existent-pour-des-raisons-politiques-et-sont-attaquees-pour-des-raisons-politiques_fr_art_633_41330.html

Appel à la création d’emplois statutaires pour l’enseignement et la recherche

Depuis le 20 janvier 2009, une pétition peut être signée en ligne pour soutenir « l’Appel de chercheurs/ses…précaires (doctorant-e-s, post-doctorant-e-s, contractuel-le-s) » à la création d’emplois statutaires pour l’enseignement et la recherche. Cet appel, que nous reproduisons ci-dessous, peut-être signé à l’adresse suivante : http://www.emploi-erp.net.

Continuer la lecture de Appel à la création d’emplois statutaires pour l’enseignement et la recherche

Pour Nicolas Sarkozy, la filière économique et sociale, « c’est une blague »

Le mardi 27 janvier 2009, en déplacement à Châteauroux, Nicolas Sarkozy a réaffirmé sa volonté de poursuivre la réforme du lycée, et pour ceux qui en doutait encore, il en a bien précisé un des objectifs cruciaux, le démantèlement de la filière économique et sociale (ES). Extrait :

« Il y a une filière économique pour vos enfants. C’est une blague. Parce que la filière économique ES, mettez vos enfants dedans, et ils ne peuvent pas se permettre de se présenter dans les meilleures écoles économiques. Alors qu’est-ce que cela veut dire ? On dit à son gosse, fais la filière économique, tu pourras faire de l’économie et à l’arrivée ils ne peuvent pas se présenter. Ce n’est pas admissible » [voir la vidéo]

Continuer la lecture de Pour Nicolas Sarkozy, la filière économique et sociale, « c’est une blague »

Bienvenue dans AGORA !

L’avenir des sciences sociales suscite aujourd’hui des inquiétudes grandissantes, et engendre de nombreuses prises de positions. AGORA se donne comme objectif de contribuer à la visibilité de ces débats autour des sciences sociales, d’une part en effectuant un travail aussi complet que possible de signalement des contributions existantes, et d’autre part en offrant à celles et ceux qui le souhaitent un espace original et libre d’expression sur les grandes questions qui agitent la communauté scientifique : financement de la recherche en science sociales, recrutement et statut des enseignants et des chercheurs, évaluation de la recherche, enseignement des sciences sociales dans le secondaire et le supérieur… AGORA a ainsi pour vocation de permettre à toutes et à tous à la fois de suivre l’actualité des débats sur l’avenir des sciences sociales et d’accéder à l’ensemble de la documentation disponible en la matière.

Dans un premier temps, AGORA servira d’espace de rassemblement des documents pouvant alimenter les débats sur l’avenir des sciences sociales au cours de la journée d’études organisée à Paris le lundi 9 mars 2009 par le Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) « Société en évolution, science sociale en mouvement » du CNRS.

Au-delà de la journée du 9 mars 2009, AGORA vise à devenir un acteur-clé dans l’animation des débats autour des sciences sociales en France.

Dès maintenant, pour alimenter ce site et étayer les réflexions lors de la journée du 9 mars, nous recherchons tous les documents (opinion mailée, communiqué syndical, article scientifique, article de presse, etc.) que vous aurez jugés intéressants, et qui concernent les transformations de la recherche et de l’enseignement en général, et en sciences sociales en particulier.

Les documents portant sur les questions suivantes nous intéressent particulièrement, pour alimenter à la fois la réflexion lors de la journée du 9 mars 2009, et les grandes rubriques d’AGORA :

1. L’enseignement de la sociologie et des sciences sociales, aussi bien au lycée que dans le supérieur ;

2. La recherche, son financement et son évaluation (projets de court terme, agences, effets sur l’organisation du travail individuel et collectif, pilotage politique…) ;

3. Les métiers, les institutions, et la redéfinition des hiérarchies au sein de l’espace de l’enseignement supérieur et de la recherche. Notre question porte sur la préservation d’anciennes hiérarchies par les réformes (dualité grandes écoles universités, agrégations du supérieur) et sur la création simultanée de nouvelles hiérarchies (effets des indicateurs quantifiés, modifications des équilibres entre les disciplines, renforcement des présidences dans les universités, renforcement des exécutifs dans la gouvernance du système de recherche – dont le recrutement, individualisation des carrières).

Nous vous invitons donc dès maintenant à nous envoyer puis à nous signaler au fur et à mesure, tous les documents pouvant alimenter le débat, à l’adresse suivante :

rtpsociologie@me.com

Ces documents seront signalés dans les rubriques correspondantes d’AGORA et feront, dans la mesure du possible, l’objet de synthèses lors de la journée du 9 mars 2009, qui serviront de bases aux discussions.