L’enseignement

Quelles menaces sur l’enseignement de la sociologie et des sciences sociales ?

Une première façon de procéder consiste à tenter de formuler le problème fondamental qui semble se poser à travers les différentes « menaces » qui semblent continuer de peser, peut-être même de plus en plus fort aujourd’hui, sur l’enseignement des sciences sociales. Ce problème pourrait être : comment former des citoyens aujourd’hui ? Ou de façon plus polémique : qui veut la mort des enseignements critiques à la citoyenneté ?

Dans cette perspective, on peut trouver particulièrement précieux le rappel aux fondamentaux des instructions officielles relatives à la création des SES en 1967, fait par Stéphane Beaud et al. dans un texte récent intitulé « Les SES par temps de crise » : la nouvelle discipline de l’enseignement secondaire y recevait pour mission de « conduire à la connaissance et à l’intelligence des économies et des sociétés d’aujourd’hui et intégrer cette acquisition à la formation générale des élèves, à leur culture. »

Et on peut prendre comme point de départ de la discussion autour de la question posée (qui veut la mort des enseignements critiques à la citoyenneté économique et sociale ?) la réponse apportée par Beaud et al. dans le même texte, où ils désignent expressément « la frange la plus réactionnaire du patronat ». Il est vrai que l’implication de Pébereau dans la critique des enseignements et des manuels de sciences économiques et sociales, après une longue série d’attaques similaires dans la presse proche des intérêts patronaux, autorise pleinement à formuler ce type de réponses.

Cela dit, il est peu probable en réalité que ce genre d’attaques, et surtout les intentions et les finalités qui les motivent, soient imputables à une seule cause ou à un seul acteur, même si celui qui est ainsi désigné est le plus visible, et peut-être le moins adroit. « La frange la plus réactionnaire du patronat » est peut-être en l’occurrence l’arbre qui cache la forêt. Il serait donc sans doute fécond d’examiner dans quelle mesure elle n’est qu’un acteur parmi d’autre d’une remise en cause assez systématique. L’hypothèse qu’on peut alors formuler pourrait alors consister à se demander dans quelle mesure la place des sciences sociales au sein des outils légitimement mobilisables pour « conduire à la connaissance et à l’intelligence des économies et des sociétés d’aujourd’hui » n’est pas de plus en plus réduite à la portion congrue par une forme politico-administrative de production de la connaissance qui marche sur les mêmes plates-bandes et propose un savoir concurrent, plus appliqué, moins critique (et a priori épistémologiquement moins bien fondé), et dont l’ENA, les instituts d’études politiques et d’administration économiques seraient les lieux privilégiés de diffusion.

On peut, plus généralement, distinguer plusieurs mises en tension dans l’enseignement des sciences sociales. La première tension concerne la place réservée à la dimension critique du savoir produit par les sciences sociales : les sciences sociales ont-elles vocation (exclusive) à former des citoyens, ou doivent-elles au contraire se cantonner à la transmission de connaissances objectives sur le monde social ? A cette première tension critique/acritique s’ajoute la tension savoir savant/savant expert : l’enseignement des sciences sociales n’a-t-il d’autres fins que de permettre la récapitulation et l’accroissement des connaissances sur le monde historique, ou vise-t-il de plus en plus à proposer des diagnostics et des remèdes rapprochant l’enseignement des sciences sociales de la transmission d’un savoir expert construit et mobilisé à des fins d’ingénierie sociale, jusqu’à parler d’un « tournant praticien » de la sociologie depuis une dizaine d’année (Piriou, 2008) ?

Ces deux lignes de tension – d’autres, sans doute, pourraient s’y ajouter – définissent un ensemble d’options pour l’enseignement des sciences sociales – et il est clair, par ailleurs, que pour chacune de ces options la concurrence auxquelles elles doivent faire face n’est pas la même. On peut ainsi s’interroger sur le point de savoir si les mobilisations contre l’enseignement des sciences sociales auxquelles nous assistons aujourd’hui ne consistent pas à rabattre ces différentes options sur l’une d’entre elles – celle d’un savoir expert acritique, positionnement qui place les sciences sociales, qui plus est, face à la concurrence directe et frontale, de l’expertise des consultants, des hauts-fonctionnaires et des journalistes. Ramener ainsi l’enseignement des sciences sociales à cette seule option risque de faire perdre de vue ce qui distingue leurs propositions de l’ensemble des discours tenus sur le monde social : comme le rappelle Passeron, c’est parce qu’elles articulent des propositions analytiquement contrôlées sur des faits historiques qu’elles établissent à l’aide de méthodes contraignantes et fécondes que les sciences sociales sont en mesure d’articuler un savoir qui se distingue d’autres propositions sur le cours du monde historique.

On pourra partir de là pour poser le problème dans ses différentes dimensions particulières (quoi enseigner, comment, pourquoi faire, par qui) et à tous les niveaux de l’enseignement des sciences sociales (en particulier au lycée et dans le supérieur) ? Mais ce faisant, il pourra bien vite apparaître que l’une des difficultés majeures, alors, est de parvenir à identifier de quoi (et notamment de quel niveau) nous souhaitons précisément parler. Il y a des difficultés et des menaces à tous les niveaux, il y a des liens entre ces difficultés et ces menaces aux différents niveaux, mais il reste malgré tout que les enjeux de l’enseignement au lycée et ceux de la formation doctorale sont partiellement disjoints.

Ce constat oblige en réalité, du coup, à spécifier les questions posées, et peut-être à en sélectionner quelques unes qui peuvent sembler aujourd’hui plus cruciales ou plus urgentes. La question des menaces récurrentes sur l’enseignement des sciences sociales au lycée en est une, bien identifiée ; mais il convient certainement aussi de poser de façon spécifique un certain nombre de questions portant sur la construction des parcours de formation en sociologie et en sciences sociales à l’Université d’une part, et dans les IEP et les IAE d’autre part : quelles approches de la sociologie et des sciences sociales (construction des filières, nature des enseignements, enjeux de la mise en place des masters professionnalisants), quels effectifs (comment expliquer la baisse des effectifs en sociologie à l’université, comment y remédier), quels débouchés (offre de formation doctorale, effectifs, moyens, perspectives professionnelles), quelles finalités ?

Pierre François et Pierre Mercklé

Interventions lors de la journée du 9 mars 2009

« Quelqu’un veut-il la mort de l’enseignement des sciences sociales ? »
Pierre François
, sociologue, CSO, CNRS, Paris
Pierre Mercklé, sociologue, GRS, ENS-LSH, Lyon

 

« L’enseignement des sciences sociales par temps de crise : qui dérangeons-nous ? »
Stéphane Beaud
, sociologue, CMH, ENS Ulm, Paris

« Les sciences sociales au lycée : faut-il une réforme ? »
Rémi Jeannin
, professeur de SES, APSES, Paris

« La sociologie dans l’université de masse »

Sylvia Faure, sociologue, GRS, Lyon-2, Lyon

L’enseignement des sciences sociales à l’école primaire

Le débat

Pour un enseignement des sciences sociales et humaines dès l’école primaire
Un article de Bernard Lahire publié sur le site internet de L’Autre Campagne, que l’on peut compléter par la lecture de : B. Lahire « Vers une utopie réaliste : enseigner les sciences du monde social dès l’école primaire », L’Esprit sociologique, La Découverte, Laboratoire des sciences sociales, Paris, 2005.
http://www.lautrecampagne.org/article.php?id=103

L’enseignement des sciences économiques et sociales au lycée

Les textes

Rapport au Ministre de l’Éducation nationale de la mission d’audit des manuels et programmes de sciences économiques et sociales du lycée, présidée par Roger Guesnerie, professeur au collège de France, juin 2008, 28 p.
http://www.lesechos.fr/medias/2008/0703/300277711.pdf

La filière économique et sociale, « c’est une blague »
La vidéo de la déclaration de Nicolas Sarkozy (mardi 27 janvier 2009)
http://www.apses.org/IMG/avi/09-01-27-chateauroux-discours.avi

Le débat

La filière ES n’est pas une voie de garage
Dans un article publié sur lemonde.fr le 23 février 2009, la journaliste du quotidien Martine Laronche contredit,statistiques à l’appui, quelques idées reçues qui entretiennent une image dégradée de la filière ES.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/02/23/la-filiere-es-n-est-pas-une-voie-de-garage_1159200_3224.html#ens_id=1159267

Une discipline sans disciplines ?
Laurent Braquet, Denis Colombi et Estelle Hemdane, enseignants de SES et membres de l’APSES répondent au discours prononcé par leur collègue Pascal Combemale lors de la mobilisation des professeurs de la discipline du 3 décembre 2008 à Paris.
http://agora.hypotheses.org/une-discipline…scal-combemaleune-discipline-sans-disciplines-reponse-a-pascal-combemale

FREMEAUX Philippe, « Rapport Guesnerie : Les sciences économiques et sociales reconnues, mais menacées », Alternatives économiques, 3 juillet 2008
La Commission Guesnerie a rendu son rapport sur les manuels et programmes de SES, jeudi 3 juillet. Plus nuancé dans ses critiques que certains médias le laissent entendre, le rapport prône néanmoins un enseignement « recentré » sur l’étude d’outils et de concepts, laissant peu de place au débat et à la mise en perspective.
http://www.alternatives-economiques.fr/rapport-guesnerie—les-sciences-economiques-et-sociales-reconnues–mais-menacees_fr_art_633_37884.html

FREMEAUX Philippe, « Réforme de l’enseignement économique et social : Roger Guesnerie s’explique », Alternatives économiques, 16 septembre 2008
Réalisé au printemps dernier, l’audit sur les manuels et programmes de sciences économiques et sociales fait couler beaucoup d’encre à la veille d’une réforme d’ampleur du lycée. Son président, Roger Guesnerie, a bien voulu préciser ses conclusions pour Alternatives économiques.
http://www.alternatives-economiques.fr/reforme-de-l-enseignement-economique-et-social—roger-guesnerie-s-explique_fr_art_633_39011.html

« Le rapport Guesnerie lu par l’APSES », APSES, 3 juillet 2008
Le rapport qui a été remis à Xavier Darcos le jeudi 3 juillet est le résultat du travail effectué au cours de 9 demi-journées de février à juin par ses 14 membres, dont Sylvain David, président de l’APSES et seul enseignant du secondaire au sein de la Commission. Si les positions de l’APSES ont bien été relayées par son président, l’association n’est en rien engagée par le contenu du rapport. Quelques points d’accord ressortent, mais des divergences importantes demeurent et doivent être soulevées.
http://www.apses.org/spip.php?article1282

Pébereau part en croisade pour imposer la microéconomie au lycée
Court entretien du président de l’Institut de l’Entreprise, de BNP-Paribas, et membre de la commission Guesnerie avec l’hebdomadaire Challenges, jeudi 8 janvier 2009.
http://www.challenges.fr/magazine/journal4mains/0151.018359/

« Comment enseigner les sciences économiques et sociales ? Retour sur la réception du rapport Guesnerie », lavidesidees.fr, vendredi 16 janvier 2009.
Roger Guesnerie, Professeur au Collège de France, a remis en tant que président de la mission d’audit des manuels et programmes de sciences économiques et sociales du lycée, un rapport à Xavier Darcos, en juin 2008. Ce rapport a suscité de nombreuses réactions. La Vie des idées revient sur les résultats de ce rapport et sa réception, dans un entretien avec Roger Guesnerie mené par Maya Bacache-Beauvallet.
http://www.laviedesidees.fr/Comment-enseigner-les-sciences.html

Les sciences économiques et sociales par temps de crise
Article de Stéphane Beaud, Luc Boltanski, Pascal Combemale, Michel Lallement, El Mouhoub Mouhoud, Pascal Petit et Dominique Plihon, paru dans Mediapart le 17 octobre 2008
http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/171008/les-sciences-economiques-et-sociales-par-temps-

FREMEAUX Philippe, « Le bac ES : Nicolas Sarkozy est décidément mal informé », Alternatives économiques, 29 janvier 2009
Suite au discours prononcé par le président de la République à Chateauroux le 27 janvier 2009 assimilant la filière ES à « une blague » , le directeur du mensuel Alternatives Economiques vient corriger quelques idées reçues quant à la relégation à laquelle le bac ES serait censé vouer ses titulaires.
http://www.alternatives-economiques.fr/le-bac-es—nicolas-sarkozy-est-decidement-mal-informe-sur-le-bac-es-_fr_art_633_41913.html

Non, Monsieur le Président, la série Economique et Social n’est pas une « blague »
Communiqué de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES), mercredi 28 janvier 2009.
http://www.apses.org/spip.php?article1691

Prendre position

Manifeste pour enseigner la société
Pétition diffusée  par l’Association des professeurs de SES (APSES) au printemps 2008.
http://www.apses.org/petitions/index.php?petition=2

Appel pour les SES
Pétition diffusée à l’automne 2008 à l’initiative d’Alain Beitone.
http://www.eloge-des-ses.fr/pages/petition.html

Appel pour la défense des SES
Pétition diffusée  par l’Association des professeurs de SES (APSES) le 17 octobre 2008.
http://www.apses.org/petitions/index.php?petition=3

La mastérisation des concours de recrutement des enseignants

Les textes

Charte relative aux principes directeurs de la réforme du recrutement et de la formation des enseignants
Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, Ministère de l’éducation nationale, 11 septembre 2008 (format PDF, 236 ko)
http://smf.emath.fr/Enseignement/Masterisation/Charte.pdf

Campagne d’habilitation de diplômes de master pour les étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement – Rentrée universitaire 2009
Circulaire du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 17 octobre 2008 (format PDF).
http://smf.emath.fr/Enseignement/Masterisation/CirculaireMastersEducation.pdf

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs
13 octobre 2008 (format PDF, 18Ko).
http://smf.emath.fr/Enseignement/Masterisation/Nouveauxconcours.pdf

Le débat

Sur la masterisation des concours de recrutement des enseignants
Une analyse d’Alexis Grélois pour Sauvons l’université (SLU), 23 octobre 2008.
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article736

Formation et recrutement des enseignants : attention, danger !
Vidéo réalisée par Valérie Robert pour Sauvons l’université et mise en ligne sur YouTube en novembre 2008. Avec des interventions de Nicolas Lyon-Caen, Bertrand Guillaume, Valérie Robert, Laurence Giavarini, Christophe Mileschi, Patricia Tutoy, Marie-Pierre Gaviano, Mathilde Larrère, AnnLiese Nef, Alexis Grélois, Marie Perret, Romain Descendre et Jean-Louis fournel.
https://www.youtube.com/watch?v=cnwdEqFbgms&eurl=http://www.liberation.fr/societe/0101316892-enseignants-chercheurs-ou-en-est-la-greve

Prendre position

Appel du 8 novembre : l’éducation nationale en danger ! pour une vraie formation des enseignants
Pétition diffusée en novembre 2008
http://appeldu8novembre.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *