Elections : l’ESR en rase campagne ?

En ces temps de campagnes présidentielle et législative, les candidats sont traditionnellement interpelés par les agents qui composent les différents champs qui composent le monde social. Si l’éducation apparaît à raison comme l’un des thèmes en haut de l’agenda politique, l’enseignement supérieur et la recherche en particulier semblent rester dans l’angle mort. Pour tenter de remédier à cette situation, différentes organisations du secteur ont lancé un appel commun envers les candidats à la magistrature suprême le jeudi 23 février qui revient et conteste les (profondes) transformations en cours comme autant de régressions dissimulées sous des mots d’ordre modernistes (« autonomie », « excellence », etc.) et avance 10 propositions de réformes. Vous pouvez lire cet appel et éventuellement le signer à l’adresse suivante :  http://appel-enseignement-sup-et-recherche.fr

Etudiants étrangers : circulaire, il n’y a rien à voir ?

Au cœur de « l’actualité » pour sa récente sortie sur la hiérarchie des « civilisations », le ministre de l’Intérieur a également émis une circulaire controversée le 31 mai 2011 durcissant les conditions d’accueil et d’emploi d’étudiants étrangers en France. Nombre de ces derniers se sont ainsi fédérés au sein d’un collectif dit du « 31 mai » pour contester ce texte et ont acquis à leur cause nombre de soutiens, tant parmi les universitaires de renoms que  les élus de différents bords. Face à cette mobilisation, le gouvernement a ainsi revu sa copie et publié une nouvelle circulaire le 12 janvier dernier, supposée « rétablir la situation des jeunes étrangers titulaires d’une promesse d’embauche ». Un revirement en trompe-l’oeil selon les membres du collectif, qui dénoncent un nouveau « danger » plutôt qu’une « solution », le nouveau texte se contentant de définir un certain nombre de cas particuliers, ajoutant de nouvelles pièces aux dossiers à constituer et ne précisant pas le mode de règlement des dossiers en attente.

Le « collectif du 31 mai » appelle ce faisant à poursuivre et intensifier la contestation. Une manifestation nationale est ainsi organisée ce dimanche 12 février :

Le rendez-vous est fixé à 15 heures sur la place de l’Hôtel de ville à Paris, place du Capitole à Toulouse et place des Terreaux à Lyon.

Contacté par les animateurs de ce collectif, Agora se fait donc ici l’écho de leur appel en considérant que l’accueil d’étudiants étrangers dans des conditions réellement hospitalières est non seulement un devoir mais une richesse, qui ne se réduit pas à ses fondements « économiques »…