Statut des vacataires : un coup d’arrêt à Strasbourg ?

A la fin du mois, le Tribunal administratif de Strasbourg a rendu un arrêt important concernant la  conclusion à répétition de contrats à durée déterminée de certains enseignants vacataires employés par l’Université de la capitale alsacienne. Elle considère ainsi qu’une certaine ancienneté (6 ans) justifie la conclusion de contrats à durée indéterminée, conformément à l’esprit de tels contrats. Un jugement important qui remet en cause la jurisprudence du Conseil d’État en la matière et, évidemment, la précarité sur laquelle s’est aujourd’hui institutionnalisé le fonctionnement de l’enseignement supérieur, mais qui ne suffira sans doute ainsi pas à résoudre les contradictions en jeu. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de la section du Snesup-FSU de l’Université de Strasbourg qui a suivi ce jugement, ainsi que la réponse du président de cette dernière, suivi d’une nouvelle réponse de ce syndicat. N’hésitez pas à participer au débat par vos témoignages ou opinions sur le sujet !

Vers un pilotage clientéliste de la recherche ?

L’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP)  par la voix de son bureau a récemment publié un communiqué pour alerter ses collègues sur les mutations en cours concernant le gouvernement – pardon le « pilotage »- de la recherche. Un nouveau cran a en effet été franchi cet été avec la mise en place d’une application informatique (ironiquement ?) baptisée DIALOG  qui contraint les directeurs de laboratoire à collaborer à la généralisation du fléchage pour les candidats. Nous reproduisons ci-dessous le texte en question pour le soumettre à votre sagacité.

 

L’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP) attire l’attention de tous les membres des laboratoires et de leurs directeurs, sur les récentes orientations prises par la direction du CNRS. A l’heure actuelle, une opération visant à modifier le mode recrutement des chercheurs a été lancée : il s’agit de remplacer les postes mis au concours sur un support général par des fléchages thématiques et géographiques, imposant un laboratoire et un thème de recherche aux futurs candidats recrutés. Cet été, dans la plus grande discrétion, la direction du CNRS a demandé aux directeurs d’unité de formuler des vœux de recrutement sur trois ans, pour les forcer à s’impliquer, par le biais de l’application DIALOG, dans ce nouveau mode de pilotage. Une telle évolution s’inscrit dans le projet plus général de refonte de la recherche publique qui se met en place avec les Idex.

 L’AECSP s’associe pleinement aux décisions prises lors de l’Assemblée générale réunie par « Sauvons la Recherche » et les organisations syndicale du CNRS le 8 septembre 2011 : les directeurs d’unité et les membres du Comité national présents ont décidé à la quasi unanimité de recommander aux laboratoires de remplir l’application DIALOG en mentionnant uniquement l’intitulé de la ou des sections du Comité National auxquelles ils sont rattachés, sans tenir compte de la limitation à 10% des effectifs de chercheurs mentionnée dans la lettre adressée par le CNRS aux directeurs d’unité. Concernant les objectifs, les participants à l’Assemblée générale recommandent d’indiquer uniquement les besoins en postes d’ITA statutaires.

Il est à craindre que des directeurs de laboratoire soient tentés de répondre favorablement aux demandes de la direction. L’AECSP appelle donc l’ensemble de la communauté des chercheurs et des enseignements chercheurs, chacun dans son laboratoire, à œuvrer pour la mise en œuvre de ce mot d’ordre et la réussite de cette action collective.

Le bureau de l’AECSP

SESâme : contourner, c’est créer !

Malgré de vives oppositions, le nouveau programme de SES pour la classe de 1ère ES est entré en vigueur à cette rentrée. Confrontée au dilemme de protester tout en assumant la responsabilité de mener les élèves vers le baccalauréat, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES) propose une démarche originale : le contournement. Ses membres ont ainsi confectionné et voté lors de leur dernière Assemblée générale en juin dernier un programme de contournement, permettant d’assimiler les savoirs et savoir-faire exigibles en fin de terminale, mais selon une progressivité qu’ils jugent plus « digeste » pour les élèves. Et pour accompagner la mise en œuvre de ce programme, l’association propose depuis le 1er septembre dernier SESâme, un manuel en ligne et en libre accès. Fruit d’un travail bénévole et collaboratif, celui-ci s’enrichira au fur et à mesure des propositions et remarques de ses usagers, dont vous serez peut-être, car au-delà des enseignants et élèves de SES, il se veut aussi un outil pour tout-e citoyen-ne désireux-se de mieux comprendre les rapports socio-économiques dans lesquels il/elle évolue au quotidien. Une démarche à suivre…

L’adresse du manuel : http://sesame.apses.org

Et pour en savoir plus sur la genèse et le sens du projet, voir aussi l’entretien avec Marjorie Galy, présidente de l’APSES, publiée par l’Expresso.