La section sociologie du CNU en pleine crise

Par Joseph Confavreux

Agora reproduit ici, avec la très aimable autorisation de son auteur, cet article de Joseph Confavreux, initialement paru le jeudi 23 juin 2011 dans Mediapart, à l’adresse suivante : http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/230611/querelles-de-chapelles-et-de-personnes-dans-la-section-sociologie-du-cn

L’abcès se loge, depuis des années, au cœur du fonctionnement complexe de l’Université française. La section de sociologie du Conseil national des Universités vient de promouvoir, de nouveau, à des postes prestigieux, certains de ses propres membres. Une pratique qui incarne les petits arrangements et les conflits d’intérêts qui traversent une partie de la recherche française. Sur fond de dispute violente et récurrente entre les principaux représentants de la sociologie française et une de ses tendances, emmenée par Michel Maffesoli, par ailleurs candidat au fauteuil de Claude Lévi-Strauss à l’Académie française, dont l’élection se déroule jeudi 23 juin.

Continuer la lecture de La section sociologie du CNU en pleine crise

Zadig et la destinée de l’économie

Comme l’a bien décrit Frédéric Lebaron, la crise économique actuelle est aussi celle de la pensée économique. Aussi, après la création de l’AFEP (Association française d’économie politique) et du collectif des « Économistes atterrés », voici une nouvelle initiative pour souligner la nécessité de réenchâsser l’économie dans les sciences humaines et sociales.

Initié par Ai-Thu Dang (MCF, Université Paris 1), Christine Erhel (MCF, Université Paris 1), Jérôme Gautié (Professeur, Université Paris 1), Sophie Harnay (MCF, Université Paris Ouest Nanterre), Hélène Raymond (Professeure, Université Paris Ouest Nanterre) qui l’ont baptisé d’après un conte voltairien cher à l’actuel secrétaire d’État au commerce et à l’artisanat, celui-ci vient ainsi de publier une lettre ouverte à sa collègue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, que nous reproduisons ci-dessous avec leur autorisation.

Continuer la lecture de Zadig et la destinée de l’économie

Mauvais « genre » au lycée ?

En réponse à une lettre ouverte de Christine Boutin et des associations familiales catholiques au Ministre de l’Éducation nationale qui « s’indigne » (le verbe est à la mode…) et « s’inquiète » de l’introduction des « théories du genre » dans les nouveaux programmes de Sciences et Vie de la Terre, l’Institut Emilie du Châtelet , abrité par le Muséum National d’Histoire Naturelle, a pris l’initiative d’une réponse également sous forme de lettre ouverte, intitulée « Enseigner le genre : contre une censure archaïque ». Celle-ci a été publiée il y a quelques jours sur le site du « Monde.fr » et s’accompagne d’une pétition accessible à ce lien.

Précarité à la vitesse « supérieur » : le temps « presse »

Une fois n’est pas coutume, nous relayons une annonce d' »événement » : lundi prochain, 20 juin, l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche organise une conférence de presse sur la précarité dans ce secteur. Celle-ci se tiendra à partir de 14h dans l’amphithéâtre Moissan de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris (11, rue Pierre et Marie Curie, dans le 5e arrondissement de la capitale).

La conférence se déroulera en deux temps : d’abord la présentation de l’ouvrage Recherche précarisée, recherche atomisée (Raisons d’Agir, 2011) par deux membres du bien nommé collectif PECRES (Pour l’Etude des Conditions de Travail dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche), puis un débat avec la salle sur ce thème et les solutions envisageables pour inverser la tendance.

Reste à savoir comment les journalistes rendront compte de ce rendez-vous sur une thématique qu’ils connaissent également de très près…

Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Nous vous relayions il y a quelques jours la déclaration de professeurs siégeant au sein de la 19e section du CNU et dénonçant les  nouvelles auto-promotions dont elle a été le théâtre. Pour compléter cette dernière, nous reproduisons, avec sa permission, la lettre ouverte qu’Alain Quemin a adressé à ses collègues. Voilà qui devrait alimenter les discussions au prochain Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), début juillet à Grenoble, où les principaux intéressés ne seront malheureusement sans doute pas présents…

Continuer la lecture de Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

La précarité à la vitesse « supérieur »

C’est une « offre » d’emploi qui risque de constituer un précédent : l’Institut d’études politiques de Lille vient de publier une annonce pour le recrutement à compter de septembre prochain de deux enseignants chercheurs à mi-temps sur un contrat d’établissement d’un an renouvelable, justifiant cette double précarité ainsi :

« Confronté à un sous encadrement chronique en enseignants chercheurs statutaires, l’établissement fait ce choix, contraint et raisonné, dans le but de proposer un statut et une reconnaissance minimales à des docteurs sans postes qui contribuent, par les responsabilités pédagogiques et administratives qu’ils endossent, à son développement. La rémunération équivaudra à celle d’un MCF en début de carrière sur la base d’un temps de travail de 50%. Il sera demandé aux personnes recrutées d’assurer une charge d’enseignement de 96h équivalent TD et de participer directement à la gestion et à l’animation de deux majeures du cycle Master« .
Une nouvelle étape semble ainsi franchie dans l’institutionnalisation de la précarité pour les docteurs sans poste en sus des post-doctorats. Cela tombe bien, leur nombre est appelé à gonfler davantage, de même que les besoins en enseignement… Profitons-en pour signaler dans le numéro de cette semaine de l’hebdomadaire Courrier International un dossier édifiant sur la question des stages, où l’on verra que cette forme spécifique d’exploitation ne constitue pas une spécificité hexagonale…

Intimidations contre chercheurs

Après le procès intenté (et perdu) par Patrick Buisson contre Alain Garrigou, voici un nouveau cas de tentative d’intimidation judiciaire intenté par une personnalité politique contre un chercheur. Il s’agit cette fois de Thomas Clay, professeur et doyen de la faculté de droit à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, l’un des principaux spécialistes de l’arbitrage, poursuivi en diffamation par Bernard Tapie pour avoir mis en doute la légalité de celui dont ce dernier a bénéficié (le mot est faible) dans l’affaire de la revente d’Adidas par le Crédit Lyonnais. On en connaît une qui ne devrait pas venir en soutien à ce fonctionnaire…

Plus de détails et les commentaires de M.Clay sur le site Mediapart qui a publicisé l’affaire.

Le prix du plagiat

Décidément, le plagiat ne concerne pas que les étudiants, les anciens présentateurs de journaux télévisés ou certains membres de la section 19 au CNU… Les chercheurs ne sont donc plus exempts de ce type de pratiques, comme l’illustre aujourd’hui la demande de Didier Eribon de voir son nom retiré de la liste des lauréats du « Brudner Prize » comme le relate le site du Nouvel Observateur. Celui-ci, décerné chaque année par l’Université étasunienne de Yale, récompense des travaux apportant un apport décisif à l’étude des questions gays et lesbiennes. Didier Eribon n’est cependant pas le plagiaire, mais s’estime au contraire plagié par le lauréat de cette année. D’où sa demande de voir son nom dissocié d’une telle récompense. Voilà de quoi contribuer à la réflexion sur le sens des prix et autres distinctions, dans le monde scientifique comme ailleurs. A ce titre, on pourra conseiller la (re)lecture du Mérite de la République d’Olivier Ihl (Gallimard, 2007), non sans rappeler à ceux qui s’en inspireraient de ne pas oublier de le citer…

Censure à « Hommes et Migrations » ?

Le « durcissement » politique actuel sur la question migratoire ne cesse décidément de distiller ses effets. Dernier épisode en date : l’annulation d’un débat intitulé « Postcolonialisme ou situation postcoloniale ? » qui devait se tenir à la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI) à Paris, institution qui malgré sa création récente, n’en est pas à sa première controverse. En cause : le refus de la contribution de Nicolas Bancel dans le dossier issu de ces journées et coordonné par Esther Benbassa, qui devait paraître dans le prochain numéro d’Hommes et Migration. Joseph Confavreux a ainsi enquêté sur cette « affaire » pour le site Médiapart et en conclut à un cas de censure pour le moins inquiétant. Les non-abonnés pourront le lire sur le site d’Esther Benbassa, qui propose également d’autres articles réalisés autour de cette histoire. Epilogue : le dossier sur la France postcoloniale en question paraîtra finalement en septembre, mais dans la revue… Mouvements !

Licenciement abusif d’une chercheuse belge ?

Alors que vient de paraître un ouvrage collectif passionnant sur l’articulation entre engagement et recherche issu d’un séminaire (Des sociologues sans qualité, dirigé par Delphine Naudier et Maud Simonet, La Découverte, 2011), rappelant notamment après Isabelle Kalinowski, que la fameuse « neutralité axiologique » prêtée à Max Weber a alors été mise en avant par Raymond Aron pour discréditer ses collègues marxistes alors dominants lorsqu’il a traduit – et réunit- les deux fameuses conférences composant Le Savant et le Politique, voici que l’Université catholique de Leuwen fournit un cas d’école si l’on ose dire. Il s’agit de la chercheuse Barbara Van Dyck, limogée pour avoir soutenu publiquement des faucheurs d’OGM le 29 mai dernier. Nous reproduisons ci-dessous le texte d’une pétition appelant à son tour à soutenir cette dernière, que vous avez naturellement le droit de signer et faire suivre, sans craindre pour votre emploi. Pour l’instant ?

Continuer la lecture de Licenciement abusif d’une chercheuse belge ?