« Nous refusons la liquidation des Sciences économiques et sociales »

La procédure en cours de modification des programmes de sciences économiques et sociales (SES) au lycée fait l’objet de vifs débats depuis des mois, dont il est régulièrement fait écho ici. Plusieurs associations d’enseignants-chercheurs en sciences sociales dans le supérieur viennent de rendre public un appel contre ce qu’elles considèrent comme une « liquidation » du projet des SES et que nous accueillons ici à leur demande, en invitant chacune et chacun à signer le texte si elle ou il se sent en accord avec son contenu.

Malgré leur succès avéré auprès des élèves, les Sciences économiques et sociales (SES), matière enseignée au lycée depuis 40 ans, font à nouveau l’objet de projets visant à leur liquidation. La réforme des programmes engagée, dont le but explicite est de « refonder » les SES, tourne le dos à ce qui constitue la valeur et l’attrait de cette matière : la possibilité d’apporter aux lycéens des connaissances et des méthodes leur permettant de mieux comprendre la réalité économique et sociale, en privilégiant des outils qui leur seront, en outre, durablement utiles, en tant que citoyens, étudiants, ou actifs.

Continuer la lecture de « Nous refusons la liquidation des Sciences économiques et sociales »

De bon conseil ?

Les consultants s’immiscent décidément partout, sitôt qu’une source de profit paraît. Nouveau terrain de chasse (au profit) pour les cabinets de conseil : l’Université. Après plusieurs ballons d’essai, voici que la manne – 22 milliards d’euros- des « Investissements d’avenir » a résolument institué l’entrée de ces derniers et de leurs méthodes aux procédures standardisées dans l’enseignement supérieur et la recherche. Cela non sans générer un certain nombre de tensions entre cultures professionnelles difficilement moins compatibles. Et à l’heure où on ne cesse de prôner une utilisation raisonnée des deniers publics, apportent une nouvel élément au dossier problématique des « partenariats public-privé ».

A lire le dossier que consacre à ce phénomène en expansion le blog « Educpros« .

Une victoire pour Alain Garrigou… et la liberté de la recherche

Mercredi 16 février dernier, la 17e chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son jugement dans l’affaire dans laquelle le sondeur et conseiller élyséen Patrick Buisson avait porté plainte pour diffamation contre le politiste Alain Garrigou. Le premier a donc été débouté de l’ensemble de ses demandes et condamné aux dépens. Une issue qui ne pourra que réjouir l’ensemble des chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales.

Le texte complet du jugement est disponible à ce lien : http://opiniongate.wordpress.com/

Et le récit du procès par Alain Garrigou : http://opiniongate.wordpress.com/2011/02/01/opiniongate-impressions-d%E2…

Et pour ceux qui auraient manqué le début : http://opiniongate.wordpress.com/un-proces-politique-en-2010-2/

Première rencontre de « Chercheurs sans frontière »

Ce vendredi 25 février de 16h à 19h, l’association « Chercheurs sans frontière – Free Science » récemment créée en vue de défendre la liberté de la recherche et les chercheurs menacés en raison de leurs activités de recherche organise sa première rencontre dans les locaux de l’Assemblée nationale à Paris (75).

Avec la présence notamment de  Pinar Selek, György Geréby, Karoline Postel-Vinay, Alain Garrigou, Lionel Larqué, Bertrand Monthubert, Daniel Gaxie, Bernard Lacroix, André Brahic, Gérard Noiriel

Continuer la lecture de Première rencontre de « Chercheurs sans frontière »

Démocratie, « experts » et intérêts personnels

Dans une tribune publiée il y a quelques jours sur « Mediapart » et intitulée « La démocratie n’est pas une affaire de compétences ni d’intérêts économiques« , un collectif de jeunes « intellectuels » soulevait un écart problématique de la part d’un « grand » quotidien vespéral qui encensait Hakim El Karui, un jeune « expert » franco-tunisien, censé incarner la pointe du renouvellement démocratique de la Tunisie, indépendamment de ses intérêts économiques et de ses relations douteuses. Une affaire qui, au-delà du cas considéré, soulève la question de nos représentations et attentes vis-à-vis du profil de nos représentants.

Affaires bien étrangères

L’ancien ambassadeur de France à Tunis, Pierre Ménat, s’est fait remarquer – et débarquer- pour sa clairvoyance sur la situation de ce pays. Sauf que bien plus qu’une erreur personnelle, cette anecdote tragi-comique semble refléter une évolution plus générale de la diplomatie hexagonale qui se coupe de la recherche après un bref ralentissement. Tel est du moins le constat que dresse Jean-François Bayart dans un billet publié hier sur son blog du site Mediapart et explicitement intitulé « Suicide intellectuel« . Un témoignage édifiant qui illustre une fois de plus les rapports cordiaux qu’entretient le gouvernement actuel avec les sciences humaines et sociales…Mais pour quelles conséquences ?

Les nouveaux programmes de sciences économiques et sociales : une remise en cause historique, mais de quoi au juste ?

L’actuelle refonte des programmes de sciences économiques et sociales du lycée suscite de nombreuses réactions, dont AGORA / Sciences sociales a jusqu’ici régulièrement rendu compte. Pour continuer de contribuer à ce débat, nous reproduisons aujourd’hui la transcription d’une intervention d’Emmanuel Buisson-Fenet lors d’une journée d’études organisée par la revue Tracés à l’ENS de Lyon, le 11 février 2011, consacrée aux « sciences humaines dans les politiques éducatives ».

La discussion n’est pas close : n’hésitez pas la prolonger en faisant part à l’auteur de vos réactions dans les commentaires de cet article !
Continuer la lecture de Les nouveaux programmes de sciences économiques et sociales : une remise en cause historique, mais de quoi au juste ?

« Une société sans classes …. ?… Dans les programmes scolaires ! »

Alors que les classes sociales sont progressivement évacuées des discours politiques, médiatiques mais aussi statistiques [1], voici qu’elles pourraient subir le même sort dans les programmes de SES. C’est ce que suggère en tous les cas le projet de programme de 1ère ES censé entrer en vigueur dès septembre prochain. Alors que celui pour la classe de terminale doit être dévoilé dans les jours à venir, plusieurs associations d’enseignants-chercheurs du supérieur -l’Association des enseignants-chercheurs en science politique (AFEP), l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES), l’Association française d’économie politique (AFEP)- organisent un « colloque d’urgence » ce mardi 15 février de 14 à 17 h « pour défendre les sciences économiques et sociales au lycée » à Paris (75), dans le grand amphithéâtre de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (105, boulevard Raspail, métro : Rennes ou Notre-Dame-des-champs).

Continuer la lecture de « Une société sans classes …. ?… Dans les programmes scolaires ! »

Pinar Selek de nouveau acquittée

La sociologue turque Pinar Selek qui subit un véritable harcèlement judiciaire de la part du Ministère public pour sa défense acharnée des minorités, vient d’être acquittée pour la troisième fois par la douzième chambre de la Haute cour criminelle d’Istanbul. Une décision dont on peut se réjouir, même si la procédure n’est pas pour autant terminée car cette décision doit encore être examinée par le Haut conseil général pénal de la Cour de cassation. On peut entendre la réaction de cette dernière sur le site de la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme, ainsi que le commentaire de l’avocat Martin Pradel, observateur mandaté au procès.

L’Apses lance « l’appel de Vitruve »

Alors que le projet de nouveau programme pour la Terminale ES devrait être rendu public par le « groupe d’experts » présidé par Jacques Le Cacheux dans les prochains jours, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses) réunissait ce samedi 5 février les « États généraux des SES » à Paris et continue d’appeler à un moratoire sur la mise en œuvre du nouveau programme de 1ère à la rentrée prochaine.

A l’occasion de cette journée de débats, elle a également lancé un « appel de Vitruve » – en référence à la rue où se tenait la manifestation, mais aussi symboliquement à l’homme de Vitruve de Léonard De Vinci – pour la sauvegarde des SES et de leur esprit.

Continuer la lecture de L’Apses lance « l’appel de Vitruve »