« Comment en sommes-nous arrivés-là ? » : réponse à Claude Dubar

Le texte de Claude Dubar qui propose une analyse des évolutions récentes de la sociologie académique a suscité beaucoup de réactions. Parmi celles-ci, nous reproduisons ci-dessous celle de Philippe Cibois, professeur émérite à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, en en attendant d’autres…

Le texte de Claude Dubar, Comment en sommes-nous arrivés-là ?, correspond à une analyse historique précise. Le problème est dans le diagnostic final : plusieurs raisons sont évoquées qu’il faut discuter une à une.

Continuar a ler « Comment en sommes-nous arrivés-là ? » : réponse à Claude Dubar

Une “formation” bien martiale

Non contents d’être soumis à une charge d’enseignement à plein temps, pour des motifs budgétaires, les nouveaux enseignants stagiaires du second degré (les “PLC2″ comme on di(sai)t dans le jargon) bénéficient également de journées banalisées de formation particulièrement roboratives. Plutôt que de s’essayer à colmater les failles d’une formation pédagogique absente, les autorités rectorales préfèrent organiser une opération promotion pour… l’armée. C’est du moins ce qui s’est passé à Bordeaux comme le raconte une jeune stagiaire aujourd’hui sur le site Rue 89. Si vous souhaitez également partager votre expérience en la matière, n’hésitez pas !

Sociologie : « Comment en est-on arrivé là ? »

On sait que le plagiat est monnaie courante parmi les étudiants, mais quand il devient le fait de professeurs des Universités, il y a de quoi s’interroger. La récente mise en évidence d’un tel cas a inspiré à Claude Dubar un texte publié aujourd’hui sur le (bon) blog de Pierre Dubois, Histoires d’Universités, dans lequel il revient sur l’origine des dérives récentes qui ont touché la discipline et en particulier la 19e section du CNU et plaide notamment pour la définition claire de ce que représente une “publication” en la matière. Voici le lien vers ce texte que nous jugeons, à Agora aussi, important.

“Universités en crise” (version peu originale)

Pour celles et ceux qui seraient -à raison- insatisfait-e-s du traitement médiatique des mobilisations autour de l’Université outre-Manche (et ailleurs), n’hésitez surtout pas à visiter le blog de l’Association International de Sociologique (ISA), “Universities in crisis“, qui réunit articles d’analyses et vidéos – malheureusement en anglais- rappelant que les mutations en cours dans l’Hexagone sont malheureusement loin d’être une nouvelle soi-disant “exception française”…

« Réduire la voilure » de la recherche publique

Pour ceux qui auraient encore des doutes quant aux visées de l’Elysée concernant la recherche publique, les récentes déclarations d’Arnaud Munnich, conseiller en “sciences de la santé” du président de la République permettent de dissiper toute ambiguïté. Si celui-ci expose sans fard la finalité du chef de l’État, celle-ci passe par une réorganisation en profondeur de l’organisation, toute discipline confondue, comme l’expose le journaliste de Libération, Sylvestre Huet sur son blog. Rien de surprenant malheureusement, si ce n’est la relative apathie qui semble  aujourd’hui traverser nos professions face à ces évolutions bien inquiétantes…

Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »

La conversion de la recherche publique à marche forcée vers une “gouvernance par projet” s’amplifie, avec l’injonction à intégrer un des laboratoires d’excellence (“Labex”). C’est ainsi non seulement le financement de la recherche mais la notion même de laboratoire qui sont mises en cause, comme le nouveau Conseil Scientifique du CNRS a tenu à s’en alarmer dès sa première réunion. Nous reproduisons ci-dessous la motion adoptée à cette occasion.

Dès sa première réunion, le 15 novembre 2010, le nouveau Conseil Scientifique du CNRS souhaite s’exprimer sur le volet recherche du Grand Emprunt. Une partie importante de la somme versée au titre des « investissements d’avenir » sera en réalité prélevée sur le budget de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, comme l’indique un document de la Présidence de la République [1] . De fait, les informations fournies par la direction du CNRS permettent de prévoir une diminution de plus de 10 % des crédits de fonctionnement en 2011. Le financement par le Grand Emprunt va ainsi contribuer à réduire le soutien de base aux laboratoires, qui est pourtant largement considéré comme le seul susceptible de soutenir des recherches originales, indépendantes des modes.

Continuar a ler Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »