Soutien à Pinar Selek

Sociologue, écrivaine et militante pour les droits des minorités, Pinar Selek a sans doute trop de cordes à son arc aux yeux du pouvoir turc. Celle qui vit actuellement en Allemagne grâce à une bourse de la fondation PEN pour les écrivains en exil risque en effet la prison à vie dans son pays d’origine. Elle y est accusée de proximité avec le PKK et surtout d’avoir perpétré pour son compte un attentat dit du « marché aux Épices » en 1998 qui a causé 7 morts et de nombreux blessés. Sauf que selon les experts sollicités, la bombe en question n’a pas existé, l’explosion étant due à la fuite d’une bombonne de gaz.

Continuer la lecture de Soutien à Pinar Selek

Les financements par contrats alimentent la précarité

« La mise en place du « contrat doctoral » et de la LRU accentue la précarité des jeunes chercheurs et s’accompagne de sérieuses entorses au droit du travail universitaire ». Tel est le constat qu’établit L’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) dans un communiqué qu’elle vient de rendre public et que nous reproduisons ici. Celui-ci en appelle les agents concernés à assumer leurs responsabilités, collectives bien entendu…

Continuer la lecture de Les financements par contrats alimentent la précarité

Les palm(ar)es académiques

Les gazettes font leurs choux gras des palmarès en tous genres : les « meilleurs » restaurants, les « meilleurs » vins, les « meilleurs » 4×4, avant que ne soit venu le tour des services publics d’être soumis à l’arbitraire du « benchmarking », hôpitaux ou lycées. Et voici que la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche annonce avec fierté la naissance désormais d’un palmarès des meilleures universités dans les colonnes du Figaro. Et quel(s) indicateur(s) ses services ont-ils construits pour classer les établissements ? La qualité des enseignements, le dynamisme associatif, la vigueur de la recherche ? Non, l’insertion professionnelle, modulée par le statut en emploi et la qualité des employeurs  (sic). Bref, l' »employabilité » comme on dit dans la novlangue néolibérale, érigée progressivement comme l’alpha et l’oméga des missions de l’Université. « J’ai décidé de ne plus habiliter de nouvelle licence sans un stage obligatoire en entreprise », affirme ainsi clairement Mme Pécresse, qui explique également que son Ministère aide financièrement les Universités à constituer leurs réseaux d’anciens élèves, à l’instar des grandes écoles.

Lire des SES au lycée, à quel prix ?

Le 21 septembre dernier, le Ministre de l’Education Nationale annonce en fanfare la création d’un prix lycéen « Lire l’économie » en partenariat avec l’association « Lire la société » (cherchez l’erreur…). Seul hic : Luc Chatel et ses associés font peu de cas du « Prix du livre lycéen de Sciences Economiques et Sociales« . Créé en 2002 par Arnaud Catala, professeur de SES à Evreux, et ses élèves, ce dernier implique un nombre croissant d’établissements et donc d’élèves-jurés. Simple oubli ou négligence volontaire ? Quoiqu’il en soit, cela fait un peu désordre à l’heure où plus que jamais, le Ministère de l’Education Nationale (MEN) enjoint ses agents à faire preuve d’initiatives. L’APSES s’est récemment chargée de rafraîchir la mémoire de ses responsables administratifs et politiques, mais pour l’heure, la réponse du MEN se fait attendre…