« Statistiques ethniques » : quand les chercheurs répondent à l’expertise gouvernementale

Dans une tribune publiée par Le Monde daté du 15 juillet, Hervé Le Bras revient sur la constitution de la Commission alternative de réflexion sur les « statistiques ethniques » et les discriminations (Carsed), en réponse au comité mis sur pied par le commissaire à la diversité – et chef d’entreprise- Yazid Sabeg. Promoteur d’une « charte de la diversité » largement appuyée par le patronat, ce dernier ne tenait pas compte dans ses orientations des principales problématiques de la lutte contre les discriminations, selon les 22 chercheurs réunis dans la Carsed. Tandis que le « comité Sabeg » a finalement reporté la remise de son rapport au mois de septembre, la Carsed a présenté le sien le 29 juin dernier, explicitement intitulé : « Le retour de la race. Contre les statistiques ethniques ». Soutenu par le Haut Conseil à l’Intégration (HCI), ce dernier devrait être prochainement publié. Un exemple fécond de « contre-expertise » qui gagne sans doute à être reproduit.

L’appel des « refondateurs » aux collègues universitaires

Publié le 17 mai dernier par les membres du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (Mauss) et de sa revue (dont le numéro de mai portait justement sur « l’Université en crise »), le « Manifeste pour refonder l’Université française » regroupe déjà plus de 5 000 signataires.  Alors que la trève estivale se profile largement, ses initiateurs viennent de publier une piqûre de rappel à l’adresse de leurs collègues, et plus largement du reste de la société française, sous la forme d’une tribune publiée dans Le Monde daté du 9 juillet où ils réaffirment la nécessité d’une réflexion collective sur la place de cette institution pluriséculaire. Ils appellent ainsi à l’organisation de réunions « décentralisées » dès la rentrée en vue d’élaborer une charte, non de bonne conduite, mais de principes sur lesquels les universitaires refuseraient de transiger.

Quatre points sont selon eux à débattre en priorité : la place de l’Université au sein du système global de l’enseignement supérieur ; les missions de l’Université ; les cursus d’enseignement (sélection et/ou orientation) ; la gouvernance[1] des universités. Tenons-le nous pour dit !

A noter également que le site Internet du même quotidien du soir a organisé le 8 juillet un « tchat » avec le philosophe Marcel Gauchet, membre du collectif qui en détaille certaines positions, et dont le contenu peut être consulté à ce lien.

[1] Certains s’étonneront sans doute de trouver ce terme ici, étant donné l’imaginaire éminemment gestionnaire qu’il charrie

Réserve et obéissance

Après l’affaire Vincent Geisser, deux nouveaux cas révèlent certaines limites des libertés pédagogique et d’expression des enseignants. Ce sont tout d’abord les deux professeurs des écoles Erwan Redon et Alain Refalo, qui devaient comparaître ces jours-ci devant une commission mixte paritaire pour avoir refusé d’appliquer certaines réformes des programmes décidées sous l’ex-ministre de l’Education nationale Xavier Darcos (voir l’article de Libémarseille et le billet de la journaliste Véronique Soulé sur son blog  « C’est classe ! »). Un refus dont il convient de souligner l’assumation publique par ses auteurs – ils auraient pu se contenter de ne pas appliquer les programmes nouvellement prescrits. Outre qu’il a initié le mouvement des  enseignants désobéisseurs, celui-ci a pour but de raviver le débat public sur le contenu des programmes du primaire.

A l’IUFM de Haute-Garonne cette fois, ce sont pas moins de trente enseignants-stagiaires qui ont vu leur titularisation « ajournée » pour avoir osé contester publiquement certaines réformes du même Xavier Darcos. Le jury leur a reproché un « manquement au devoir de réserve » (voir l’article de Libétoulouse).

Si dans un cas comme dans l’autre, le seul contenu d’articles de presse ne peut suffire à se prononcer sur le fond, il n’en reste pas moins qu’ils soulèvent la question de l’obéissance et de la réserve que sont censés observer les fonctionnaires. Des devoirs dont le contenu est suffisamment vague pour les intéressés pour leur conférer une efficacité disciplinaire certaine, et qui entrent parfois en contradiction avec le sens civique.

Concernant la désobéissance, le droit semble en tous les cas assez catégorique, comme l’indique le juriste Antony Taillefait, interrogé par le quotidien Libération le mercredi 8 juillet dernier. Mais de la théorie à la pratique, inutile de rappeler aux amateurs de sciences sociales que le fossé peut être large…

A l’Université, rien de nouveau ?

Dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde dans son édition datée du 8 juillet et intitulée « Université : rien de nouveau », Stéphane Tassel interpelle directement Valérie Pécresse. Le secrétaire général du SNESUP-FSU rappelle à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche l’ampleur et les revendications du mouvement qui a agité l’Université française depuis cinq mois et l’invite à dialoguer avec les organisations représentatives. En attendant la réplique de la ministre (et future tête de liste de la majorité présidentielle aux élections régionales en Ile-de-France faut-il le rappeler), cette intervention rappelle que la mobilisation n’est bel et bien pas terminée…

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/07/07/universite-rien-de-nouveau-par-stephane-tassel_1216254_3232.html