L’ANR et les sciences humaines et sociales

Le 1er avril dernier, les enseignants-chercheurs de l’EHESS organisaient un débat sur l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et ses effets sur la recherche dans les SHS.

Créée en 2007, cette agence a pour  fonction d’allouer les financements à des projets de recherche qu’elle sélectionne, mais aussi de favoriser les partenariats entre secteurs public et privé. Ces deux missions ne sont pas sans susciter de vifs débats parmi les chercheurs. Un certain nombre pointe ainsi que cette  logique de fincancement favorise l’essor d’une « culture manageriale » parmi les chercheurs, au détriment de la qualité et de l’impartialité des travaux. En témoigne le compte-rendu du débat à l’EHESS proposé par Michel Barthélémy. Suite à ce débat auquel il prit part, Jean-Michel Roddaz, responsable du département SHS à l’ANR, a rédigé une réponse le 8 avril dernier que nous reproduisons ci-dessous.
Vous êtes toutes et tous invités à proposer votre propre témoignage et/ou vos réflexions pour alimenter un débat qui est certainement loin de s’éteindre.

Continuer la lecture de L’ANR et les sciences humaines et sociales

« Quel avenir pour les sciences sociales ? », si vous avez manqué le début…

Le 9 mars dernier, le Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Société en évolution, science sociale en mouvement » organisait une journée de débats intitulée : « Quel avenir pour les sciences sociales ? ». Pour ceux qui n’auraient pas pu assister à l’ensemble des débats, Giovanni Prete en propose ici un compte-rendu appliqué.

Par Giovanni Preste[1]

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP a organisé une journée de débats le 9 mars dernier autour de l’avenir des sciences sociales. Alors que d’importantes mobilisations sont en cours, il semblait important de s’interroger sur deux questions centrales : le financement de la recherche en SHS et l’enseignement des SES du lycée au supérieur. Le programme constitué de présentations de travaux de recherche, de témoignages et d’échanges avec la salle, se voulait à la fois ancrée dans l’actualité des réformes et un moment de partage de connaissances capables de mettre en perspective ces réformes et de les aborder de manière plus critique.

Continuer la lecture de « Quel avenir pour les sciences sociales ? », si vous avez manqué le début…

Quel rapport entretenir aux médias ?

Si la diffusion des savoirs fait indiscutablement partie des missions des enseignants-chercheurs, reste à déterminer les contours de sa mise en oeuvre. Dans un ouvrage récent, Caroline Lensing-Hebben a bien montré les ambivalences de l’exposition médiatique, le mouvement en cours dans l’Université française a ravivé à sa manièe le débat. Ulcéré par la partialité avec laquelle Le Monde rendait compte de la mobilisation, Jérôme Valluy a ouvert le bal le 3 avril dernier en publiant une lettre ouverte aux dirigeants du quotidien du soir et enjoignant ses collègues à respecter une « Charte de bonne conduite » à l’égard de cette publication. Outre les réactions laconiques desdits responsables, cette initiative a suscité également la réponse de l’association Acrimed le 6 avril, invitant à élargir la position critique à l’ensemble des médias et à en approfondir les implications. Deux jours plus tard, Jérôme Valluy commentait cette « lettre ouverte » sur le site d' »Universités libres« , refusant notamment d’amalgamer le travail superficiel de la journaliste du Monde avec celui, bien plus fouillé, de son confrère de Libération Sylvestre Huet, dont le blog mérite effectivement d’être signalé. Au-delà du mouvement actuel, la réflexion mérite d’être poursuivie.

Une charte déontologique est-elle souhaitable ?

Le sujet a déjà été abordé dans un précédent billet : lors du prochain Congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS) qui se tiendra du 14 au 17 avril prochains, ses membres devront notamment se prononcer sur l’adoption d’une charte déontologique, dont une version provisoire peut d’ores et déjà être consultée. La proposition n’est cependant pas sans susciter un certain débat : dans l’introduction d’un ouvrage collectif à paraître, reproduite sur La Vie des Idées, Daniel Cefaï propose quelques réflexions sur la dimension normative de l’engagement ethnographique, accompagnées d’une traduction du Code éthique de l’American Association of Sociology par Paul Costey. Affirmant que « la politique de l’autruche ne sert plus à rien », il souligne que de telles codifications ont le mérite de stimuler la réflexion déontologique, « quasi-absente en France ». Ce à quoi, dans un article également publié par La Vie des Idées trois semaines plus tard, Mustapha El Miri et Philippe Masson lui répondent qu’une telle codification risquerait surtout, dans le contexte français, d’intensifier les contraintes déjà non négligeables qui s’exercent sur l’activité des chercheurs. Quels seraient effectivement les apports d’une telle charte par rapport à la législation ? Une chose est sûre, le débat est lancé, et mériterait indéniablement d’être prolongé.