Le localisme dans le monde académique : rencontre avec Olivier Godechot (Lyon, ENS Lettres et sciences humaines, jeudi 5 mars 2009, 18h-20h)

Le cycle de conférences « Au fil du travail des sciences sociales » de l’ENS Lettres et sciences humaines organise une rencontre avec Olivier Godechot, sociologue, chargé de recherches au CNRS, Centre Maurice Halbwachs.

Le localisme universitaire : éthique de la fidélité ou clientélisme pervers ? Pour cerner l’ampleur du favoritisme dont profitent les candidats locaux, Olivier Godechot et Alexandra Louvet ont établi une mesure à partir d’une base originale, celle des thèses soutenues entre 1972 et 1996. L’enquête poursuit plusieurs objectifs : mesurer un phénomène social intéressant et mal connu, à savoir le localisme académique, informer la principale intéressée, la communauté universitaire, de son importance statistique et susciter des débats sur la nocivité éventuelle du phénomène ainsi que sur les possibles moyens d’y remédier

Continuer la lecture de Le localisme dans le monde académique : rencontre avec Olivier Godechot (Lyon, ENS Lettres et sciences humaines, jeudi 5 mars 2009, 18h-20h)

Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Par Jean-François Bayart, directeur de recherches au CNRS

En annonçant la rupture, Nicolas Sarkozy n’avait pas trompé sur la marchandise. Malgré ses incohérences discursives de chauve-souris (voyez mes ailes, je suis libéral et atlantiste, voyez mon corps, je suis national et protecteur), ses objectifs sont clairs : d’une part, soumettre la société française à la dictature d’une rationalité strictement comptable, quantitative et financière, celle du New Public Management, en cassant l’autonomie des corps intermédiaires, des institutions, des métiers ; de l’autre, la corseter à grand renfort de lois liberticides, de fichiers, de vidéosurveillance, de descentes policières aux abords des écoles et dans les établissements eux-mêmes sous prétexte de lutte contre l’immigration clandestine et la drogue, d’ingérences dans les médias, la magistrature ou le monde des affaires, d’invocations étatiques de l’ « identité nationale » (incitations à la délation à l’appui), de traques contre une « ultragauche » censée être virulente mais dont les juges ont quelque peine à établir la culpabilité. D’un côté, le néo-libéralisme ; de l’autre, le dirigisme, et de plus en plus l’autoritarisme. En bref, le national-libéralisme.

Continuer la lecture de Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Les revues de sciences humaines et sociales doivent-elles être classées ?

Une vingtaine de revues de sciences humaines et sociales ont décidé de prendre l’initiative d’un appel à refuser l’établissement d’un « classement » des revues par l’AERES qui servirait de point d’appui à l’évaluation de la recherche. Agora publie ci-dessous le texte de cette prise de position.

Un débat très important agite, depuis 2008 au moins, la communauté internationale des chercheurs. Il concerne les revues et les modalités de leur classement, de leur notation et de leur évaluation. L’évaluation des revues n’est pas neuve (pensons par exemple au classement proposé par le CNRS en 2004), et les chercheurs sont familiers de la logique de hiérarchisation, plus ou moins formelle, qui sous-tend les pratiques scientifiques. Il nous semble même normal, sensé et essentiel que soient mises en valeur et distinguées les revues dont la qualité scientifique est reconnue par les professionnels de la recherche. Mais selon quels critères et selon quelles modalités ? Aujourd’hui, il nous paraît urgent de faire connaître notre position sur cette question, d’autant que la signification de la liste française de revues établie par l’AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) s’est vue confortée par la réforme du statut de l’enseignant-chercheur promue par l’actuel gouvernement.

Continuer la lecture de Les revues de sciences humaines et sociales doivent-elles être classées ?

Quel avenir pour les sciences sociales ?

Depuis sa création en janvier 2006, le RTP-CNRS « Société en évolution, Science Sociale en Mouvement » a engagé une réflexion collective sur l’avenir de la sociologie en France. Les travaux du RTP s’articulent autour de cinq thèmes : la place de la sociologie française dans le contexte international ; la place de la sociologie par rapport aux autres disciplines ; la place de la théorie en sociologie ; les relations de la sociologie au monde social ; l’enseignement de la sociologie.

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP organise le lundi 9 mars 2009, à l’ENS (Campus Paris Jourdan), une journée de débats autour de ces questions, intitulée  » Quel avenir pour les sciences sociales ? » : dans le contexte actuel de réformes et de mobilisations, l’avenir des sciences sociales suscite en effet des inquiétudes grandissantes, et engendre de nombreuses prises de positions, dont nous proposons de débattre en deux temps : la matinée sera consacrée aux débats sur l’avenir de la recherche en SHS et les transformations de ses formes de financement ; l’après-midi sera consacrée à l’enseignement de la sociologie et des sciences sociales, du lycée au supérieur.

Continuer la lecture de Quel avenir pour les sciences sociales ?

Le Savoir en colère

Directeur de recherches au CNRS dans un « laboratoire en lutte », spécialiste de sociologie politique de l’Etat et de la « politique par le bas », Jean-François Bayart propose dans une courte mais percutante tribune une analyse des raisons du mouvement actuel des enseignants-chercheurs. Où le mépris affiché jusqu’au plus haut sommet de l’Etat associé à la propagation de nombreuses contre-vérités sur l’état de la recherche universitaire française ne joue pas un rôle négligeable.

Continuer la lecture de Le Savoir en colère

Statut des enseignants-chercheurs : les Présidents qui s’opposent

L’unanimité n’est pas de mise dans les rangs des présidents d’université. Alors que certains semblent plutôt en accord avec la réforme du décret régissant le statut des enseignants-chercheurs, d’autres s’opposent avec véhémence à « tous les projets de réforme controversés de l’enseignement et de la recherche ». Ces derniers étaient ainsi réunis dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne lundi 9 février entourés de 400 étudiants et personnels de l’enseignement supérieur, et outre une critique en règle du projet de « mastérisation » des concours de recrutement des enseignants du secondaire, ont lancé un appel commun.

Voir le compte-rendu qu’en fait « Le mensuel de l’Université » :

http://www.lemensuel.net/2009/02/10/statut-des-enseignants-chercheurs-les-presidents-qui-sopposent/

Université : les raisons de la colère

Le site La vie des idées publie aujourd’hui un dossier très fourni sur le mouvement en cours dans les universités françaises. Y sont indiquées un certain nombre de ressources bibliographiques, mais aussi Internet, proposant notamment un regard vers les systèmes étrangers d’enseignement supérieur et de recherche.

Sont également rassemblés plusieurs articles publiés antérieurement par La vie des idées : le débat sur le « localisme » dans le recrutement universitaire,  une analyse roborative du « malentendu » entre universités et entreprises aux Etats-Unis signée Pierre Gervais, une critique par Marie Duru-Bellat du paradigme de « l’économie de la connaissance » aujourd’hui au coeur des réformes, et enfin une proposition d’Eric Maurin, inspirée des exemples néo-zélandais et australien, pour financer l’université différemment.

A noter enfin un article inédit de Vincent Duclert proposant une analyse du mouvement, et ses implications sociales plus larges, ainsi qu’en fin d’article un appel aux enseignants-chercheurs à « se saisir [du débat soulevé par les réformes engagées] en savants » qui ne devrait pas manquer de soulever quelques polémiques.

Le dossier est accessible à ce lien :
http://www.laviedesidees.fr/+-Universite-les-raisons-de-la-+.html

Compte-rendu du conseil scientifique du département SHS du CNRS du 22 janvier 2009

Le conseil scientifique du département SHS du CNRS s’est réuni à Paris le 22 janvier 2009, avec à son ordre du jour, notamment, une intervention de C. Bréchignac sur la procédure de nomination du futur directeur scientifique de l’INSHS, et un point sur l’avenir de la recherche en SHS dans le cadre des réformes actuelles.

 

Continuer la lecture de Compte-rendu du conseil scientifique du département SHS du CNRS du 22 janvier 2009

Faut-il avoir peur des présidents d’université ?

Le 3 février 2009, la Conférence des Présidents d’Université (CPU) a publié sur son site un texte intitulé « Faut-il avoir peur des présidents d’université ?« . Ce texte, co-signé par Lionel Collet (Président de la CPU), Simon Bonnafoux et Jacques Fontanille (Vice-présidents), vise à rassurer les enseignants chercheurs quant à la réforme de leur statut

Continuer la lecture de Faut-il avoir peur des présidents d’université ?

Une discipline sans disciplines ? Réponse à Pascal Combemale

Par Laurent Braquet, Denis Colombi, Estelle Hemdane, enseignants de SES, membres de l’Apses

Note des Editeurs : les analyses et les opinions exprimées dans ce texte sont celles de ses auteurs, et non celles d’AGORA ou de ses rédacteurs. Elles sont reproduites ici, conformément à la vocation d’AGORA, pour alimenter les débats sur l’enseignement et la recherche en sciences sociales.

Le 3 décembre 2008, une grande manifestation, organisée par l’Apses, a rassemblé de nombreux enseignants de sciences économiques et sociales autour de la défense de leur enseignement, alors menacé par la réforme du lycée proposée par Xavier Darcos. Sommet d’une mobilisation sans failles, elle a montré, s’il en était encore besoin, l’attachement de tout un corps d’enseignants à une discipline injustement attaquée par des lobbies et des politiques sur la base d’arguments idéologiques et fallacieux.

La marche au travers de Paris s’est terminée par un meeting à la Bourse du Travail, où des personnalités – représentants syndicaux, sociologues, économistes, etc. – ont pris la parole pour redire l’enjeu qu’il y a à défendre les sciences économiques et sociales. Parmi ces interventions, celle de Pascal Combemale, figure de la discipline (auteur de manuel et de textes didactiques) et enseignant en classe préparatoire au lycée Henri IV, semble avoir fait forte impression. Si l’on ne peut, bien sûr, juger de la portée d’un discours sur le seul applaudimètre, certaines réactions sur les listes de diffusions consacrées aux SES, ainsi que la reprise rapide de ce texte sur le site du magazine Alternatives Économiques, laissent à penser qu’il a rencontré un certain écho dans la profession.
Continuer la lecture de Une discipline sans disciplines ? Réponse à Pascal Combemale