Concours CNRS : quand « sélectionner » devient un réflexe

Par Karim Hammou, Milena Jakšić et Claire Lemercier1

Il est devenu coutume, depuis quelques années, qu’un nombre croissant d’UMR publient la procédure selon laquelle elles choisiront quels candidat·e·s aux concours CNRS ils « soutiendront »2. Ces procédures engagent en règle générale les candidat·e·s à solliciter en amont les unités, à leur envoyer CV, rapport de thèse, publications significatives, projet de recherche dans un état plus ou moins abouti, et parfois « priorité du vœu d’affectation » dans ce laboratoire.
Les laboratoires, de leur côté, peuvent arbitrer entre soutien plein et entier via une longue lettre argumentée, soutien de pure forme via une lettre plus courte, et refus de soutien – un refus qui peut être signalé dans certains cas quelques semaines, voire quelques jours avant la date limite de candidature aux concours. Cette procédure s’apparente souvent de ce point de vue à une forme de pré-sélection.

Dans des univers professionnels où l’interconnaissance, la socialisation précoce aux métiers offerte dans certaines institutions au détriment d’autres, et les réseaux professionnels et personnels jouent déjà un rôle crucial, nous proposons que l’ensemble des collègues réfléchissent aux conditions par lesquelles une préparation aussi juste que possible des candidat·e·s à ce qui se veut être un concours national de la fonction publique serait possible.

Mobilisation, information, formation aux concours

La publicisation croissante ces dernières années des procédures de présentation auprès des laboratoires a eu plusieurs mérites.

  • elle rend visible dès l’automne de chaque année l’enjeu et les conditions de candidature aux concours du CNRS, notamment pour les candidat·e·s les moins au fait des logiques de recrutement de nos disciplines ou les moins bien secondés par des statutaires situés dans les espaces centraux des univers académiques ;
  • elle a aussi contribué, avec d’autres initiatives, à rendre moins opaques les procédures de recrutement aux concours du CNRS, les critères, le fonctionnement et les attendus implicites de la sélection effectuée par les sections ;
  • cette publicisation offre également une occasion pour entrer en contact avec des équipes établies sur des bases scientifique et quelles que soient les ressources préalable en matière d’insertion dans le réseau de l’ESR. Elles peuvent ainsi faciliter les retours argumentés constructifs sur les projets avant qu’ils soient soumis au concours, et permettre l’organisation d’auditions blanches préparant à l’oral du concours de façon moins inéquitable selon les candidat·e·s.

Sélection ou accompagnement des laboratoires ? Réflexions pour les sections 36 et 40

Ces procédures ont néanmoins plusieurs effets pervers, en particulier parce qu’elles sont le plus souvent conçues comme des (pré-)sélections par les candidat·e·s et, plus encore, par les collègues au sein des laboratoires concernés. Elles créent ainsi un obstacle3 pour des candidat·e·s à un emploi stable dans l’ESR déjà sur-sélectionnés, dans des conditions de transparence et de considération souvent problématiques (délais de réponse des UMR, modes de circulation de projets qui devraient garder une certaine confidentialité, traitement des candidat·e·s lors des auditions blanches ou des retours sur projet, etc.).

Rappelons en premier lieu que ni les sections, ni les laboratoires ne sont en position de décider si oui ou non un-e candidat-e sera affecté dans telle ou telle unité. « En cas de recrutement, la direction scientifique du CNRS décide de l’unité d’affectation, en accord avec la/le candidat·e retenu·e. »4

Concevoir la prise de contact et les échanges entre laboratoires et candidat·e·s aux concours du CNRS sur le mode de la sélection n’est ni utile, ni souhaitable. Il paraît plus cohérent et plus juste, pour nos disciplines, de les penser comme un accompagnement ou une collaboration scientifique. Voici quelques arguments en ce sens, et quelques propositions pour en tirer les conséquences.

Plusieurs arguments sont avancés en faveur de ces procédures de sélection, que nous estimons caducs ou insuffisants à la lumière des effets pervers constatés. Chaque section ayant sa propre politique, ce billet se concentrera sur les sections 36 et 40 qui ont connu des évolutions importantes ces deux dernières années.

L’argument de la charge de travail

Un premier argument consiste à dire qu’en l’absence de sélection, les laboratoires crouleraient sous les demandes de soutien, et se retrouveraient à produire un travail démesuré pour des bénéfices incertains. Ce serait en particulier le cas pour les laboratoires qui font l’effort de soutenir réellement les candidat·e·s qui entrent en contact avec eux. Cela pourrait conduire à démobiliser les titulaires qui donnent aujourd’hui de leur temps pour relire des projets, les commenter, organiser des auditions blanches, et les directeurs et directrices d’unité qui prennent le temps de faire une « réelle » lettre de soutien.

En réalité, le soutien des laboratoires est dores et déjà à géométrie variable. Certains se contentent de promettre une lettre de soutien « réelle », d’autres organisent de surcroît des auditions blanches pour préparer les candidat·e·s soutenu·e·s aux épreuves orales, d’autres encore font des retours précis pour aider les candidat·e·s à améliorer leur projet de recherche, la présentation de leur cv, etc. Certains laboratoires organisent ce type de soutien également aux docteur·e·s qu’ils ont formé·e·s en thèse – mais pas tous.

Soulignons d’abord que les procédures de sélection par les laboratoires, si elles sont faites de façon consciencieuse, impliquent un examen attentif des dossiers des candidat·e·s, incluant les principales publications, le rapport de thèse, et une ébauche souvent assez avancée du projet. Elles donnent lieu, a minima, à un retour auprès du reste du laboratoire pour décider si oui ou non le ou la candidat·e sera soutenu·e, et de façon à faciliter le travail de la direction d’unité lors de l’écriture de la lettre de soutien. Tout ce travail, souvent passionnant car il permet de découvrir des travaux novateurs et des projets de recherche stimulants, rend un retour constructif aux candidat·e·s sur leur projet et leur dossier relativement peu coûteux en terme de temps de travail supplémentaire.

Ce que la procédure de sélection par les laboratoires réduit donc en termes de temps de travail, ce sont l’organisation des auditions blanches et la rédaction de lettres de soutien personnalisées par la direction d’unité.

Sur le premier point, notons que désormais, les sections 36 et 40 opèrent une sélection entre l’étape du dossier et l’audition. Au concours 2013, sur 230 candidat·e·s environ, seule la moitié a été auditionnée, réduisant d’autant l’éventuel travail d’audition blanche mené au sein des laboratoires (ou des réseaux personnels des candidat·e·s).

Sur le second point, la proposition émise cette année par la section 40 pourrait se révéler salutaire : « Le président de la section a d’ailleurs adressé il y a quelques semaines un e-mail aux Directeurs d’Unité CNRS les invitant à, non pas écrire des lettres de recommandation, mais de simples attestations indiquant qu’ils étaient d’accord pour accueillir le ou la candidate mentionnant leur unité dans leur dossier. La même lettre invitait les DU à observer un principe d’égalité dans le traitement des candidats bénéficiant d’un tel parrainage. »

En outre, la charge de travail des auditions pèse notamment sur les directions de laboratoire qui doivent les organiser et relancer les collègues pour qu’ils y participent – une simple attestation générique ferait ici gagner un temps précieux qui pourrait être réinvesti dans cette organisation d’auditions blanches si elles se révélaient réellement plus compliquées.

Épargnons-nous donc les débats interminables sur qui soutenir et qui recaler, sur la formulation détaillée d’arguments convenus sur « l’adéquation du projet aux axes d’un laboratoire » dans les lettres destinées aux sections (arguments que le ou la candidat·e a souvent déjà explicité dans son projet, par ailleurs), et les savants dosages dans la longueur de ces lettres. Utilisons plutôt cette énergie à un échange scientifique réel avec les candidat·e·s, à la fois plus utile dans le cadre du concours, et plus fécond scientifiquement pour chacun·e.

L’argument de « la candidature au casse-pipe »

Il est parfois suggéré qu’il serait du devoir des laboratoires de ne pas entretenir de faux espoirs auprès de candidat·e·s. Certains dossiers n’auraient non seulement aucune chance, mais pourraient même porter préjudice à de futures candidatures en discréditant le ou la candidat·e aux yeux des membres actuels de la section.

Cette sollicitude est en contradiction avec l’effet délétère et inutilement violent que peut avoir le refus d’aide (sous couvert de refus de soutien) apporté par un laboratoire à quelques semaines du dépôt des candidatures. La précarité qui suit la soutenance de thèse, et s’étend souvent sur plusieurs années, surexpose les candidat·e·s à de multiples refus, rejets, qui sont autant de refus de coopération ou même de simple explicitation des motifs du rejet.

Au contraire, il est possible de prendre le temps d’expliquer les faiblesses actuelles d’un dossier, de proposer son aide pour y remédier, et de faire preuve de franchise si l’on pense, au terme du processus, que le dossier risque toujours en l’état de nuire à l’image du ou de la candidat·e. Rien dans cette logique n’impose de mettre en balance le soutien du laboratoire.

Casse-pipe ou pas, la moindre des choses est de ne pas choisir à la place des candidat·e·s, mais de leur donner les moyens de faire leurs choix en connaissance de cause.

L’argument de « l’effet de signal »

Selon un certain nombre de laboratoires, la « qualité » de la lettre de soutien permettrait de distinguer des soutiens réels de soutiens superficiels, et serait de nature à peser dans le choix de la section. Plus largement, certains laboratoires se flattent en arguant que leur soutien aurait en tant que tel un « effet de signal » pour le ou la candidat·e·soutenu·e.

Cette rhétorique est en contradiction flagrante avec les préconisations des sections 36 et 40, qui rappellent cette année pour les postes fléchés sur des laboratoires précis que « l’absence de lettre de parrainage des unités en question ne saurait constituer un obstacle au dépôt d’une candidature pour les concours correspondants, et n’obère nullement les chances de succès des candidat·e·s. ». Les sections 36 et 40 soulignent également que : « les sections examinent souverainement les candidatures qui leur sont proposés, quels que soient les concours, et encouragent les candidat·e·s à se présenter largement à tous les concours, fléchés ou non ».

Cet argument entretient de surcroît les logiques délétères contre lesquelles la profession est mobilisée depuis plusieurs années, tendant à la mise en concurrence systématique des chercheur·e·s, des unités et des universités. Quand bien même un tel « effet de signal » existerait au concours CNRS, il est possible d’inventer des modes de fonctionnement dans notre profession qui limitent leurs logiques préjudiciables.

A propos de l’ordre des vœux

Un autre point problématique réside dans la façon dont les UMR, dans une situation de rapport de force particulièrement défavorable aux candidat·e·s, sont tentées de conditionner leur soutien effectif à la déclaration d’un laboratoire en « premier choix », alors que les sections recommandent explicitement « aux candidat·e·s, dans la mesure du possible, de formuler deux choix de centres de recherche. Ces indications n’ont pas à être hiérarchisées ». Sous couvert de confiance, cette insistance sur la mention de « premier choix » s’apparente à une pression exercée sur les candidat·e·s dans une relation particulièrement asymétrique. Elle exacerbe la concurrence entre unités, et noue les conditions propices à d’éventuelles représailles tacites contre des collègues nouvellement recruté·e·s et optant pour une unité différente de celle auprès de laquelle ils ou elles s’étaient « engagé·e·s ».

Quelques propositions :

  • Les laboratoires pourraient produire systématiquement une simple attestation standardisée indiquant qu’ils sont d’accord pour accueillir le ou la candidat·e mentionnant leur unité dans leur dossier.
  • Les relations entre laboratoires et candidat·e·s méritent de ne plus être conçue comme une « (pré-)sélection », mais comme une prise de contacts, un temps de conseils, et un échange scientifique entre pairs.
  • L’ensemble des laboratoires devraient assurer un traitement égal aux différent·e·s candidat·e·s les sollicitant formellement pour une discussion autour de leur candidature au CNRS.

D’une façon plus générale, les (pré-)sélections aux concours du CNRS par les laboratoires soulèvent la question de la contribution des membres de l’ESR, et particulièrement des titulaires, à la systématisation d’une logique de concurrence et d’accentuation des inégalités entre pôles universitaires, entre unités de recherche, entre chercheur·e·s, qui nous est vendue sous couvert d’une rhétorique de « l’excellence » superficielle et élitiste.

En cohérence avec la généralisation de la précarité de l’emploi dans notre société, la tendance actuelle est à l’allongement et à l’intensification de l’exposition des docteur·e·s à toutes sortes d’évaluations et de classements, de compétitions. Est-il nécessaire de rappeler la quantité démesurée d’énergie, de temps, et de motivation collectivement gaspillée dans ces dispositifs ? Doit-on encore souligner leur contribution à l’exploitation des plus précaires par les mieux intégrés, pour des gratifications qui apparaîtraient simplement dérisoires si elles n’étaient de surcroît révoltantes (arguments du travail payé par « la ligne sur le CV », « la construction du réseau », etc.) ?

Il paraît pourtant absurde de dénoncer ces logiques sans s’interroger sur notre propre propension à multiplier les occasions d’examiner nos collègues ou leurs travaux non pas pour contribuer à l’amélioration de la recherche ou au déploiement de débats scientifiques, mais pour simplement classer, hiérarchiser, sélectionner, et élire un petit nombre au rang de référence quand la masse des autres sont relégués à l’invisibilité lorsque ce n’est pas au mépris.

Défendons donc la recherche scientifique comme une activité collective dont la collaboration est l’une des modalités majeures. Charge à nos professions d’imaginer les dispositifs collectifs qui peuvent soutenir ces logiques collaboratives, sans cesse menacées par la généralisation de la mise en concurrence et de la précarité.

  1. Ce texte initialement paru sur le carnet « Academia » : http://academia.hypotheses.org/1894. Il est reproduit ici avec l’aimable autorisation des auteur-e-s []
  2. Voir les quelques exemples indiqués sur le site de L’AFSP. []
  3. Cet obstacle est essentiellement symbolique : rien n’empêche de candidater aux concours CNRS sans soutien d’un laboratoire, y compris en cas de refus de soutien explicite. Les sections 36 et 40, ces dernières années, ont insisté en outre sur l’absence de prise en compte dans l’évaluation des dossiers des candidat·e·s des vœux d’affectation – voir plus bas sur la discussion de l’argument de « l’effet signal ». []
  4. cf. les Guides pratiques à destination des candidat·e·s aux concours chercheurs du CNRS établi par les sections 36 et 40. []

Elections : l’ESR en rase campagne ?

En ces temps de campagnes présidentielle et législative, les candidats sont traditionnellement interpelés par les agents qui composent les différents champs qui composent le monde social. Si l’éducation apparaît à raison comme l’un des thèmes en haut de l’agenda politique, l’enseignement supérieur et la recherche en particulier semblent rester dans l’angle mort. Pour tenter de remédier à cette situation, différentes organisations du secteur ont lancé un appel commun envers les candidats à la magistrature suprême le jeudi 23 février qui revient et conteste les (profondes) transformations en cours comme autant de régressions dissimulées sous des mots d’ordre modernistes (« autonomie », « excellence », etc.) et avance 10 propositions de réformes. Vous pouvez lire cet appel et éventuellement le signer à l’adresse suivante :  http://appel-enseignement-sup-et-recherche.fr

Science politique : licences to kill ?

Contrairement à ce que certains croient, il n’y a pas que dans les instituts d’études politiques que la science politique s’épanouit : l’Université constitue également un lieu essentiel d’accès à cette discipline importante des sciences sociale. Outre les Master, plusieurs parcours de licence ont été mis en place dans de nombreuses facultés de droit et science politique pour offrir une orientation alternative aux étudiant-e-s qui se sentent davantage attirés par les sciences sociales que par les branches du droit. Or, l’AERES et le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche semblent décidés à ne pas renouveler l’habilitation de plusieurs licences de science politique dans divers établissements du pays, au terme d’évaluations problématiques puisqu’effectuées par des commissions ne comprenant aucun-e politiste.

Face à cette menace, l’AECSP (Association des Enseignants Chercheurs de Science Politique) et l’AFSP (Association Française de Science Politique) ont initié une mobilisation comprenant plusieurs volets :

– l’envoi, le 2 novembre dernier, d’une lettre ouverte commune au Directeur de la section « Formation et diplômes » de l’AERES
– une enquête destinée à collecter  les informations localement éparpillées (rapport d’évaluation, composition des comités d’évaluation, etc) : vous pouvez envoyer ainsi tous renseignements utiles à cette adresse : omaspinfos(at)gmail.com
– une pétition en ligne pour mettre en évidence leurs soutiens

Pour en savoir plus : http://www.petitions24.net/aecsp-afsp_mobilisation_pour_les_licences_de_science_politique

Voir également la page spéciale consacrée à l’avenir des licences de science politique sur le site de l’AFSP : http://www.afsp.info/omasp/licences/avenirdeslicences.html

L’économie de l’évaluation

Pas besoin d’être docteur en docimologie pour savoir que l’évaluation objective n’existe pas plus que l’opinion publique. Et pourtant, alors que les procédures de ce type ne cessent d’être mises en œuvre dans l’enseignement et la recherche comme ailleurs, il apparaît toujours aussi difficile d’ouvrir un débat public quant aux critères et modalités de leur mise en œuvre. Un refus notamment justifié par l’aspect purement « technique » de cette question. Rien de plus illusoire selon l’Association Française d’Économie Politique (AFEP), qui vient de publier ses conclusions quant aux processus d’évaluations des enseignants-chercheurs, fruit d’un travail collectif d’une trentaine de membres de l’AFEP. Un rapport qui intervient justement en même temps qu’un cas de refus de promotion injustifié selon l’association, du moins au regard des critères scientifiques. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué publié par l’association le 3 octobre dernier.

L’Association Française d’Economie Politique a constitué une Commission Évaluation, composée d’une trentaine de chercheurs et d’enseignants-chercheurs. La Commission a travaillé pendant un an dans la perspective que s’est fixée l’association : promouvoir le pluralisme des approches, celui des méthodes et des objets de recherche.

Cette Commission a rendu public son rapport, dans la perspective d’une refonte très profonde de la démarche d’évaluation.

Ses conclusions principales sont les suivantes :

1.L’AFEP défend les processus d’évaluation contradictoires et pluriels, et souhaite promouvoir une évaluation respectant le pluralisme des objets, des méthodes et des approches conceptuelles.

L’évaluation ne doit pas être conduite pour vérifier la conformité à une norme de pensée et de pratiques. La recherche en économie ne peut se réduire à une conception où la pratique de la recherche est réduite à un ensemble de techniques qu’il faudrait maîtriser.

2. L’AFEP considère que les modes d’administration de la preuve sont multiples, empruntant au bagage commun des autres sciences sociales.

L’AFEP s’oppose à une évaluation qui dérive vers une pratique de contrôle, et qui ne conçoit la recherche que comme l’application de ces techniques, assimilant la non-soumission à ces techniques à l’absence de travail, ou de résultats.

3. L’AFEP estime que l’évaluation a pour but de marquer d’éventuelles étapes dans le développement de programmes et d’engagements, et de fournir aux évalués un regard extérieur, et accompagnant. Le changement profond du régime d’évaluation que l’AFEP entend promouvoir s’inscrit dans cette perspective d’accompagnement des laboratoires comme des enseignants-chercheurs. Cela inscrit l’exercice d’évaluation dans le temps long.

4. Dans cette perspective, l’AFEP considère qu’il convient de veiller à ce qu’il n’y ait ni conflits d’intérêts, ni défiance réciproque entre évaluateurs et évalués. Cette condition est d’autant plus indispensable que fleurissent les diverses « excellences », qu’il s’agisse des Chaires, des « laboratoires d’excellence » (« Labex »), des « initiatives d’excellence » (« Idex »), de la Prime d’Excellence Scientifique, etc., avec à la clé la constitution, de fait, d’ « évaluateurs professionnels ».

L’ensemble de ces éléments conduit l’AFEP à demander que toutes les pratiques de notation, de quota et de classement soient abandonnées. Les notations tendent en effet à doter l’évaluation d’une illusoire objectivité, quasi-mécanisable, et produite rapidement. L’AFEP estime au contraire que les processus d’évaluation contradictoires et pluriels qu’elle revendique nécessitent de prendre du temps : le temps de lire les travaux de recherche des enseignants-chercheurs, le temps d’évaluer les résultats des formations auxquelles ils apportent leur contribution, et le temps de prendre connaissance et de comprendre le contexte des projets scientifiques des laboratoires.

Pour en savoir plus : le communiqué du 29 septembre 2011 consécutif au refus de promotion de P.Batifoulier.

 

Ralentir, c’est urgent !

La question des rythmes de vie (et de leur accélération contemporaine) constitue sans doute un des enjeux importants de notre époque, comme le démontre le relatif retentissement qu’a eu le récent essai d’Hartmunt Rosa (pour un ouvrage de sciences sociales s’entend…). Des appels à la « simplicité volontaire » lancés par les trop caricaturés objecteurs de croissance au mouvement du Slow Food, la question se décline dans l’ensemble des sphères de l’existence, et la recherche n’y fait pas exception (ni l’enseignement d’ailleurs, comme en témoigne le débat récurrent sur les rythmes scolaires, ou les horaires de telle discipline – comme les SES en seconde). C’est pour résister à l’accélération tous azimuts qui affecte actuellement l’organisation de la recherche que certain-e-s ont lancé un appel à fonder un mouvement pour la Slow Science dont nous relayons ici l’appel, non sans espérer que son audience grandira plus sûrement que lentement…

Chercheurs, enseignants-chercheurs, hâtons-nous de ralentir ! Libérons-nous du syndrome de la Reine Rouge ! Cessons de vouloir courir toujours plus vite pour, finalement, faire du surplace, quand ce n’est pas de la marche arrière ! À l’instar des mouvements Slow Food, Slow City ou Slow Travel, nous appelons à créer le mouvement Slow Science.

Chercher, réfléchir, lire, écrire, enseigner demande du temps. Ce temps, nous ne l’avons plus, ou de moins en moins. Nos institutions et, bien au-delà, la pression sociétale promeuvent une culture de l’immédiateté, de l’urgence, du temps réel, des flux tendus, des projets qui se succèdent à un rythme toujours plus rapide. Tout cela se fait non seulement aux dépens de nos vies – tout collègue qui n’est pas surmené, stressé, « surbooké » passe aujourd’hui pour original, aboulique ou paresseux -, mais aussi au détriment de la science. La Fast Science, tout comme le Fast Food, privilégie la quantité sur la qualité.

Nous multiplions les projets de recherche pour tenter de faire vivre nos laboratoires qui, souvent, crient misère. Résultat : à peine avons-nous terminé la mise au point d’un programme et, par mérite ou par chance, obtenu une subvention, que nous devons aussitôt songer à répondre aux prochains appels d’offres, au lieu de nous consacrer entièrement au premier projet.

Parce que les évaluateurs et divers experts sont eux-mêmes toujours pressés, nos CV sont de plus en plus souvent évalués au nombre de lignes (combien de publications, combien de communications, combien de projets ?), phénomène qui induit une obsession de la quantité dans la production scientifique. Résultat : outre l’impossibilité de tout lire, y compris dans les domaines les plus pointus, outre le fait que de très nombreux articles non seulement ne sont jamais cités mais ne sont jamais lus, il devient de plus en plus difficile de repérer la publication ou la communication qui compte vraiment – celle à laquelle le ou la collègue aura consacré tout son temps pendant des mois, parfois pendant des années – parmi les milliers d’articles dupliqués, saucissonnés, reformatés, quand ils ne sont pas plus ou moins « empruntés ».

Cela va de soi, notre offre de formation se doit toujours d’être « innovante », bien évidemment « performante », « structurante » et adaptée à l’ « évolution des métiers », évolution dont on a par ailleurs bien du mal à cerner des contours perpétuellement mouvants. Résultat : dans cette course effrénée à l’ « adaptation », la question des savoirs fondamentaux à transmettre – savoirs qui, par définition, ne peuvent être inscrits que dans la durée – n’est plus à l’ordre du jour. Ce qui compte, c’est d’être dans l’air du temps, et surtout de changer sans cesse pour suivre cet « air » tout aussi changeant… La suite par ici (ne lisez pas trop vite !)

La section sociologie du CNU en pleine crise

Par Joseph Confavreux

Agora reproduit ici, avec la très aimable autorisation de son auteur, cet article de Joseph Confavreux, initialement paru le jeudi 23 juin 2011 dans Mediapart, à l’adresse suivante : http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/230611/querelles-de-chapelles-et-de-personnes-dans-la-section-sociologie-du-cn

L’abcès se loge, depuis des années, au cœur du fonctionnement complexe de l’Université française. La section de sociologie du Conseil national des Universités vient de promouvoir, de nouveau, à des postes prestigieux, certains de ses propres membres. Une pratique qui incarne les petits arrangements et les conflits d’intérêts qui traversent une partie de la recherche française. Sur fond de dispute violente et récurrente entre les principaux représentants de la sociologie française et une de ses tendances, emmenée par Michel Maffesoli, par ailleurs candidat au fauteuil de Claude Lévi-Strauss à l’Académie française, dont l’élection se déroule jeudi 23 juin.

Continuer la lecture de La section sociologie du CNU en pleine crise

Zadig et la destinée de l’économie

Comme l’a bien décrit Frédéric Lebaron, la crise économique actuelle est aussi celle de la pensée économique. Aussi, après la création de l’AFEP (Association française d’économie politique) et du collectif des « Économistes atterrés », voici une nouvelle initiative pour souligner la nécessité de réenchâsser l’économie dans les sciences humaines et sociales.

Initié par Ai-Thu Dang (MCF, Université Paris 1), Christine Erhel (MCF, Université Paris 1), Jérôme Gautié (Professeur, Université Paris 1), Sophie Harnay (MCF, Université Paris Ouest Nanterre), Hélène Raymond (Professeure, Université Paris Ouest Nanterre) qui l’ont baptisé d’après un conte voltairien cher à l’actuel secrétaire d’État au commerce et à l’artisanat, celui-ci vient ainsi de publier une lettre ouverte à sa collègue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, que nous reproduisons ci-dessous avec leur autorisation.

Continuer la lecture de Zadig et la destinée de l’économie

Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Nous vous relayions il y a quelques jours la déclaration de professeurs siégeant au sein de la 19e section du CNU et dénonçant les  nouvelles auto-promotions dont elle a été le théâtre. Pour compléter cette dernière, nous reproduisons, avec sa permission, la lettre ouverte qu’Alain Quemin a adressé à ses collègues. Voilà qui devrait alimenter les discussions au prochain Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), début juillet à Grenoble, où les principaux intéressés ne seront malheureusement sans doute pas présents…

Continuer la lecture de Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

On pensait qu’après le scandale déclenché l’année dernière par les auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie), puis l’affaire de plagiat impliquant Ali Aït Abdelmalek, son premier vice-président, Claude Dubar s’était demandé dans un long billet : « Comment en est-on arrivé là ? » La formulation de la question laissait penser qu’il n’était guère possible de tomber plus bas. Et on pouvait croire que les membres de la 19ème section rescapés de ce naufrage feraient profil bas…

Erreur ! Il était en fait possible de faire pire. La rumeur courait depuis quelques jours d’une nouvelle vague d’auto-promotions parmi les professeurs siégeant dans la 19ème section. Cette déclaration, publiée ce soir par cinq de leurs collègues, le confirme…

Continuer la lecture de Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

Quand les chercheurs n’osent plus chercher

A lire (entre autres…) dans le numéro de mars du Monde diplomatique, un article signé Howard S. Becker  et intitulé « Quand les chercheurs n’osent plus chercher« . Où l’auteur d’Outsiders et des Mondes de l’art (entre autres…) revient sur les formes insidieuses d'(auto-)censure qui s’installent progressivement dans le monde académique des sciences sociales. A lire et à méditer…