Le Mauss appelle au don

L’histoire pourrait presque prêter à sourire si ses conséquences n’en étaient pas si graves. Le Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales qui, depuis maintenant trois décennies, plaide en actes pour une approche alternative des phénomènes économiques et sociaux axée sur les relations de « dons » est mis en danger par une récente condamnation dont il a fait preuve devant les Prud’hommes. Le travail bénévole d’un certain nombre de ses collaborateurs a en effet été reclassé en salariat déguisé, et l’association condamnée à leur verser 30 000 euros. Faute de pouvoir en disposer, celle-ci a donc récemment lancé un appel à un soutien financier de la part de ses lecteurs et sympathisants, afin de poursuivre ses activités éditoriales. Le contre-don est assez évident : contribuer au maintien du pluralisme dans les approches en sciences sociales.

Pour en savoir plus : RDMP, « Le MAUSS est en danger, APPEL URGENT AUX DONATEURS ET BIENFAITEURS », Revue du MAUSS permanente, 14 novembre 2011 [en ligne]. http://www.journaldumauss.net/spip.php?article849

Ralentir, c’est urgent !

La question des rythmes de vie (et de leur accélération contemporaine) constitue sans doute un des enjeux importants de notre époque, comme le démontre le relatif retentissement qu’a eu le récent essai d’Hartmunt Rosa (pour un ouvrage de sciences sociales s’entend…). Des appels à la « simplicité volontaire » lancés par les trop caricaturés objecteurs de croissance au mouvement du Slow Food, la question se décline dans l’ensemble des sphères de l’existence, et la recherche n’y fait pas exception (ni l’enseignement d’ailleurs, comme en témoigne le débat récurrent sur les rythmes scolaires, ou les horaires de telle discipline – comme les SES en seconde). C’est pour résister à l’accélération tous azimuts qui affecte actuellement l’organisation de la recherche que certain-e-s ont lancé un appel à fonder un mouvement pour la Slow Science dont nous relayons ici l’appel, non sans espérer que son audience grandira plus sûrement que lentement…

Chercheurs, enseignants-chercheurs, hâtons-nous de ralentir ! Libérons-nous du syndrome de la Reine Rouge ! Cessons de vouloir courir toujours plus vite pour, finalement, faire du surplace, quand ce n’est pas de la marche arrière ! À l’instar des mouvements Slow Food, Slow City ou Slow Travel, nous appelons à créer le mouvement Slow Science.

Chercher, réfléchir, lire, écrire, enseigner demande du temps. Ce temps, nous ne l’avons plus, ou de moins en moins. Nos institutions et, bien au-delà, la pression sociétale promeuvent une culture de l’immédiateté, de l’urgence, du temps réel, des flux tendus, des projets qui se succèdent à un rythme toujours plus rapide. Tout cela se fait non seulement aux dépens de nos vies – tout collègue qui n’est pas surmené, stressé, « surbooké » passe aujourd’hui pour original, aboulique ou paresseux -, mais aussi au détriment de la science. La Fast Science, tout comme le Fast Food, privilégie la quantité sur la qualité.

Nous multiplions les projets de recherche pour tenter de faire vivre nos laboratoires qui, souvent, crient misère. Résultat : à peine avons-nous terminé la mise au point d’un programme et, par mérite ou par chance, obtenu une subvention, que nous devons aussitôt songer à répondre aux prochains appels d’offres, au lieu de nous consacrer entièrement au premier projet.

Parce que les évaluateurs et divers experts sont eux-mêmes toujours pressés, nos CV sont de plus en plus souvent évalués au nombre de lignes (combien de publications, combien de communications, combien de projets ?), phénomène qui induit une obsession de la quantité dans la production scientifique. Résultat : outre l’impossibilité de tout lire, y compris dans les domaines les plus pointus, outre le fait que de très nombreux articles non seulement ne sont jamais cités mais ne sont jamais lus, il devient de plus en plus difficile de repérer la publication ou la communication qui compte vraiment – celle à laquelle le ou la collègue aura consacré tout son temps pendant des mois, parfois pendant des années – parmi les milliers d’articles dupliqués, saucissonnés, reformatés, quand ils ne sont pas plus ou moins « empruntés ».

Cela va de soi, notre offre de formation se doit toujours d’être « innovante », bien évidemment « performante », « structurante » et adaptée à l’ « évolution des métiers », évolution dont on a par ailleurs bien du mal à cerner des contours perpétuellement mouvants. Résultat : dans cette course effrénée à l’ « adaptation », la question des savoirs fondamentaux à transmettre – savoirs qui, par définition, ne peuvent être inscrits que dans la durée – n’est plus à l’ordre du jour. Ce qui compte, c’est d’être dans l’air du temps, et surtout de changer sans cesse pour suivre cet « air » tout aussi changeant… La suite par ici (ne lisez pas trop vite !)

Licence : arrêté de mort (symbolique) ?

Le projet de « réforme » de la licence continue d’avancer. Le 12 juillet dernier,  le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER ) a approuvé le projet d’arrêté, qui n’est pourtant pas sans soulever un certain nombre de questions. et d’en laisser un certain nombre d’autres, cruciales, en suspens. Qu’il s’agisse de l’insertion professionnelle des futurs diplômés, des modalités de contrôle de connaissances, de la substitution de ces dernières d’ailleurs par des « référentiels de compétences », ou encore du socle d’heures minimales, les points d’achoppement sont nombreux, comme le relève Pierre Dubois sur son blog « Histoires d’Université« . Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller lire les quelques billets qu’il a consacré à cette question depuis fin juin.

Quand travailler, c’est résister

Formatrice dans une école de travail social, Laurence Lutton nous a fait parvenir le texte suivant, entre réflexion et témoignage sur l’évolution actuelle des conditions de travail, et au-delà de vie, au sein des institutions éducatives comme la sienne. Un ton personnel auquel Agora n’est pas accoutumé, mais les habitudes sont aussi faites pour être remises en cause – tout dépend de quelle manière… L’occasion aussi de vous inviter à participer à la vie de ce carnet, par vos commentaires ou l’envoi de vos textes.

Nous vivons une drôle d’époque… Une époque guerrière sans effusion de sang mais une guerre latente où chacun meurt en secret, où le désir s’étouffe au creux des consciences humaines. Une époque où les occupants sont les gestionnaires avec ou sans cols blancs, munis de leurs calculettes assassines, « il n’y a plus d’argent messieurs, dames, il est l’heure de vous restreindre ».

Continuer la lecture de Quand travailler, c’est résister

Précarité à la vitesse « supérieur » : le temps « presse »

Une fois n’est pas coutume, nous relayons une annonce d' »événement » : lundi prochain, 20 juin, l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche organise une conférence de presse sur la précarité dans ce secteur. Celle-ci se tiendra à partir de 14h dans l’amphithéâtre Moissan de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris (11, rue Pierre et Marie Curie, dans le 5e arrondissement de la capitale).

La conférence se déroulera en deux temps : d’abord la présentation de l’ouvrage Recherche précarisée, recherche atomisée (Raisons d’Agir, 2011) par deux membres du bien nommé collectif PECRES (Pour l’Etude des Conditions de Travail dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche), puis un débat avec la salle sur ce thème et les solutions envisageables pour inverser la tendance.

Reste à savoir comment les journalistes rendront compte de ce rendez-vous sur une thématique qu’ils connaissent également de très près…

La précarité à la vitesse « supérieur »

C’est une « offre » d’emploi qui risque de constituer un précédent : l’Institut d’études politiques de Lille vient de publier une annonce pour le recrutement à compter de septembre prochain de deux enseignants chercheurs à mi-temps sur un contrat d’établissement d’un an renouvelable, justifiant cette double précarité ainsi :

« Confronté à un sous encadrement chronique en enseignants chercheurs statutaires, l’établissement fait ce choix, contraint et raisonné, dans le but de proposer un statut et une reconnaissance minimales à des docteurs sans postes qui contribuent, par les responsabilités pédagogiques et administratives qu’ils endossent, à son développement. La rémunération équivaudra à celle d’un MCF en début de carrière sur la base d’un temps de travail de 50%. Il sera demandé aux personnes recrutées d’assurer une charge d’enseignement de 96h équivalent TD et de participer directement à la gestion et à l’animation de deux majeures du cycle Master« .
Une nouvelle étape semble ainsi franchie dans l’institutionnalisation de la précarité pour les docteurs sans poste en sus des post-doctorats. Cela tombe bien, leur nombre est appelé à gonfler davantage, de même que les besoins en enseignement… Profitons-en pour signaler dans le numéro de cette semaine de l’hebdomadaire Courrier International un dossier édifiant sur la question des stages, où l’on verra que cette forme spécifique d’exploitation ne constitue pas une spécificité hexagonale…

Bienvenue dans AGORA !

L’avenir des sciences sociales suscite aujourd’hui des inquiétudes grandissantes, et engendre de nombreuses prises de positions. AGORA se donne comme objectif de contribuer à la visibilité de ces débats autour des sciences sociales, d’une part en effectuant un travail aussi complet que possible de signalement des contributions existantes, et d’autre part en offrant à celles et ceux qui le souhaitent un espace original et libre d’expression sur les grandes questions qui agitent la communauté scientifique : financement de la recherche en science sociales, recrutement et statut des enseignants et des chercheurs, évaluation de la recherche, enseignement des sciences sociales dans le secondaire et le supérieur… AGORA a ainsi pour vocation de permettre à toutes et à tous à la fois de suivre l’actualité des débats sur l’avenir des sciences sociales et d’accéder à l’ensemble de la documentation disponible en la matière.

Dans un premier temps, AGORA servira d’espace de rassemblement des documents pouvant alimenter les débats sur l’avenir des sciences sociales au cours de la journée d’études organisée à Paris le lundi 9 mars 2009 par le Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) « Société en évolution, science sociale en mouvement » du CNRS.

Au-delà de la journée du 9 mars 2009, AGORA vise à devenir un acteur-clé dans l’animation des débats autour des sciences sociales en France.

Dès maintenant, pour alimenter ce site et étayer les réflexions lors de la journée du 9 mars, nous recherchons tous les documents (opinion mailée, communiqué syndical, article scientifique, article de presse, etc.) que vous aurez jugés intéressants, et qui concernent les transformations de la recherche et de l’enseignement en général, et en sciences sociales en particulier.

Les documents portant sur les questions suivantes nous intéressent particulièrement, pour alimenter à la fois la réflexion lors de la journée du 9 mars 2009, et les grandes rubriques d’AGORA :

1. L’enseignement de la sociologie et des sciences sociales, aussi bien au lycée que dans le supérieur ;

2. La recherche, son financement et son évaluation (projets de court terme, agences, effets sur l’organisation du travail individuel et collectif, pilotage politique…) ;

3. Les métiers, les institutions, et la redéfinition des hiérarchies au sein de l’espace de l’enseignement supérieur et de la recherche. Notre question porte sur la préservation d’anciennes hiérarchies par les réformes (dualité grandes écoles universités, agrégations du supérieur) et sur la création simultanée de nouvelles hiérarchies (effets des indicateurs quantifiés, modifications des équilibres entre les disciplines, renforcement des présidences dans les universités, renforcement des exécutifs dans la gouvernance du système de recherche – dont le recrutement, individualisation des carrières).

Nous vous invitons donc dès maintenant à nous envoyer puis à nous signaler au fur et à mesure, tous les documents pouvant alimenter le débat, à l’adresse suivante :

rtpsociologie@me.com

Ces documents seront signalés dans les rubriques correspondantes d’AGORA et feront, dans la mesure du possible, l’objet de synthèses lors de la journée du 9 mars 2009, qui serviront de bases aux discussions.