Précarité à la vitesse « supérieur » : le temps « presse »

Une fois n’est pas coutume, nous relayons une annonce d' »événement » : lundi prochain, 20 juin, l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche organise une conférence de presse sur la précarité dans ce secteur. Celle-ci se tiendra à partir de 14h dans l’amphithéâtre Moissan de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris (11, rue Pierre et Marie Curie, dans le 5e arrondissement de la capitale).

La conférence se déroulera en deux temps : d’abord la présentation de l’ouvrage Recherche précarisée, recherche atomisée (Raisons d’Agir, 2011) par deux membres du bien nommé collectif PECRES (Pour l’Etude des Conditions de Travail dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche), puis un débat avec la salle sur ce thème et les solutions envisageables pour inverser la tendance.

Reste à savoir comment les journalistes rendront compte de ce rendez-vous sur une thématique qu’ils connaissent également de très près…

Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Nous vous relayions il y a quelques jours la déclaration de professeurs siégeant au sein de la 19e section du CNU et dénonçant les  nouvelles auto-promotions dont elle a été le théâtre. Pour compléter cette dernière, nous reproduisons, avec sa permission, la lettre ouverte qu’Alain Quemin a adressé à ses collègues. Voilà qui devrait alimenter les discussions au prochain Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), début juillet à Grenoble, où les principaux intéressés ne seront malheureusement sans doute pas présents…

Continuer la lecture de Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

La précarité à la vitesse « supérieur »

C’est une « offre » d’emploi qui risque de constituer un précédent : l’Institut d’études politiques de Lille vient de publier une annonce pour le recrutement à compter de septembre prochain de deux enseignants chercheurs à mi-temps sur un contrat d’établissement d’un an renouvelable, justifiant cette double précarité ainsi :

« Confronté à un sous encadrement chronique en enseignants chercheurs statutaires, l’établissement fait ce choix, contraint et raisonné, dans le but de proposer un statut et une reconnaissance minimales à des docteurs sans postes qui contribuent, par les responsabilités pédagogiques et administratives qu’ils endossent, à son développement. La rémunération équivaudra à celle d’un MCF en début de carrière sur la base d’un temps de travail de 50%. Il sera demandé aux personnes recrutées d’assurer une charge d’enseignement de 96h équivalent TD et de participer directement à la gestion et à l’animation de deux majeures du cycle Master« .
Une nouvelle étape semble ainsi franchie dans l’institutionnalisation de la précarité pour les docteurs sans poste en sus des post-doctorats. Cela tombe bien, leur nombre est appelé à gonfler davantage, de même que les besoins en enseignement… Profitons-en pour signaler dans le numéro de cette semaine de l’hebdomadaire Courrier International un dossier édifiant sur la question des stages, où l’on verra que cette forme spécifique d’exploitation ne constitue pas une spécificité hexagonale…

Une nouvelle nomenclature des disciplines en SHS ?

La Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), instance de réflexion et de proposition qui dépend du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), a remis en décembre dernier un rapport définissant une « nouvelle nomenclature des Sciences de l’Homme et de la Société ». L’opération consiste à remplacer les actuelles nomenclatures disciplinaires du CNRS, du CNU et de l’AERES, par une nouvelle nomenclature unique, « définie par thématiques de recherche plutôt que par disciplines », dans une logique de convergence européenne, structurée autour des « productions » de la recherche, et privilégiant donc les SHS « finalisées » plutôt que la « vieille organisation facultaire ». Il ne s’agit pas ici de « proposition » ou de « préconisation », comme le rapport l’indique clairement : « la nomenclature des productions de la recherche SHS est la suivante. Elle sert désormais de référence à l’AERES et au MESR »…

Cette fameuse nomenclature, la voici:

Or, cette nouvelle nomenclature commence à susciter des remous. Ainsi, la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) vient de voter une motion dénonçant l’élaboration de cette nomenclature « sans une aucune concertation avec les communautés scientifiques ». C’est le texte de cette motion que nous reproduisons ci-dessous :

MOTION RELATIVE AUX NOUVELLES NOMENCLATURES IMPOSÉES EN SHS SANS CONCERTATION AVEC LES COMMUNAUTÉS SCIENTIFIQUES

Disponible en ligne au format PDF à l’adresse suivante :
http://www.cpcnu.fr/downloadFichierActualite?name=Motion_Nomenclatures_SHS_17e_et_20e.pdf&path=/actualites/actualite20110324122231460&typeDocument=generique

La Stratégie Nationale de Recherche et Innovation (SNRI), insistant à juste titre sur l’importance des Sciences de l’Homme et de la Société (SHS), a voulu en décembre 2010 proposer une « cartographie claire et lisible » du domaine SHS en cherchant à harmoniser les « panels » de l’European Research Council et la nomenclature par Groupes de la DGRI, DGESIP et de l’AERES.Cette nouvelle nomenclature a été établie sans aucune concertation avec les principaux acteurs intéressés, que ce soient les représentants des communautés scientifiques qui siègent dans les différentes sections du Conseil National des Universités, à la CPCNU ou au comité national des organismes de recherche.Sous couvert de simplification, et en prétendant rompre avec des nomenclatures « trop raffinées », cette nomenclature, si elle devait entrer dans les faits, aurait des conséquences absolument catastrophiques pour l’expertise et l’évaluation des disciplines. Elle rend en effet illisible la singularité et l’unité des champs disciplinaires. La subdivision de la 17e section du CNU (en 17 a et 17 b), l’éclatement et la liquidation de la 20e section CNU (suppression de l’Ethnologie et de l’anthropologie biologique), pour ne citer que ces exemples, assorties d’une estimation, arbitraire plus qu’approximative, des communautés concernées sont absurdes et dangereuses. Elle constituerait une régression déplorable, arc-boutée sur des clivages heureusement dépassés au plan national et international du type querelle des « modernes » contre les « anciens » que nous serions.

La richesse des disciplines est faite de leur diversité et de la complémentarité d’approches qui se fécondent mutuellement, comme elle s’enrichit des recherches frontalières. Sous couvert d’actualisation et de mise au goût du jour, cette « nouvelle » nomenclature, cette architecture des disciplines, enfermerait la recherche et l’université française dans des combats d’arrière-garde.Nous exigeons le retrait immédiat de ces nouvelles nomenclatures et l’ouverture de consultations avec les représentants des disciplines, sections du CNU, CP-CNU, sections du Comité national des organismes de recherche.

Le 5 Mars 2011

Jean-Yves BOURSIER, Président de la 20e section du CNU (Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie biologique) et le bureau de la 20e section

Jean-François COURTINE, Président de la 17e section du CNU (Philosophie) et le bureau de la 17e section

Motion adoptée par l’assemblée de la CP-CNU réunie le 11 mars 2011