La formation économique et sociale des lycéens reléguée au rang d’accessoire

La nouvelle architecture du lycée devrait entrer en vigueur dès la rentrée 2010. La place accordée aux sciences économiques et sociales en classe de seconde y serait encore réduite, ce qui va à l’encontre des préoccupations affichées concernant l’orientation et l’ouverture civique des élèves. L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES) a dénoncé cette contradiction dans un communiqué rendu public hier, 26 octobre, et que nous reproduisons ci-dessous.

[N.B. : les parties soulignées en gras l’ont été par les auteurs originaux]

Lors de sa présentation des enjeux et objectifs de la réforme du lycée du 13 octobre dernier, Luc Chatel a plaidé pour une orientation qui soit « plus ouverte », « plus progressive » et « plus juste ». Comment expliquer alors que le projet actuel de réforme cantonne les Sciences Economiques et Sociales à un statut optionnel « d’enseignement d’exploration » restreint à un enseignement d’1h30 par semaine en classe de seconde, c’est-à-dire un horaire en recul de près de 50% de l’offre actuelle qui est déjà insuffisante puisque les SES ne sont qu’optionnelles en seconde ?

Continuer la lecture de La formation économique et sociale des lycéens reléguée au rang d’accessoire

CNRS : le temps de la « désUMRisation »

Après la création de l’ANR, une nouvelle étape  vient d’être franchie dans le désengagement du CNRS. Ses responsables mettent en effet en actes leur intention affichée de se retirer d’un laboratoire sur deux dans les sciences humaines et sociales. Et ce, indépendamment des résultats des évaluations suscitées par l’institution elle-même. Exemple avec le cas du laboratoire lillois du Clersé, qui regroupe de manière presque unique sociologues et économistes, dont nous reproduisons l’appel ci-dessous. Si votre laboratoire se trouve dans la même situation, n’hésitez pas à en faire part sur Agora : il est important de monter en généralité…

Continuer la lecture de CNRS : le temps de la « désUMRisation »

A l’Université, rien de nouveau ?

Dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde dans son édition datée du 8 juillet et intitulée « Université : rien de nouveau », Stéphane Tassel interpelle directement Valérie Pécresse. Le secrétaire général du SNESUP-FSU rappelle à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche l’ampleur et les revendications du mouvement qui a agité l’Université française depuis cinq mois et l’invite à dialoguer avec les organisations représentatives. En attendant la réplique de la ministre (et future tête de liste de la majorité présidentielle aux élections régionales en Ile-de-France faut-il le rappeler), cette intervention rappelle que la mobilisation n’est bel et bien pas terminée…

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/07/07/universite-rien-de-nouveau-par-stephane-tassel_1216254_3232.html

Quelle liberté intellectuelle pour les universitaires ?

Vincent Geisser, chercheur au CNRS rattaché à l’Institut de recherche et d’études sur le mondes arabes et musulman (IREMAM) d’Aix-en-Provence, est convoqué le 29 juin devant un conseil de discipline pour « manquement au devoir de réserve » du fonctionnaire. Il lui est reproché d’avoir tenu des propos insultants à l’égard d’un « fonctionnaire sécurité défense » de l’institution dans une correspondance privée, mais repris sur un blog. Le chercheur se défend par ailleurs en décrivant le harcèlement expliquant que ledit fonctionnaire exercerait à son égard depuis 2004. Au-delà de ce conflit « de personnes », qui n’en est pas seulement un, c’est la liberté d’expression des enseignants-chercheurs qui se verrait remise en question si une sanction était adoptée à l’égard de Vincent Geisser. Un « collectif  pour la sauvegarde de la liberté intellectuelle des chercheurs et enseignants-chercheurs de la fonction publique » a été mis en place, ainsi qu’une pétition sous forme de lettre ouverte à Valérie Pécresse dont nous reproduisons le texte ci-dessous. Vous pouvez la signer à l’adresse : http://petition.liberteintellectuelle.net/ où vous trouverez également de plus amples informations concernant cette « affaire », ainsi que la réponse de la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche. A noter enfin que l’Association Française de Sociologie, l’Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur, l’Association Française de Science Politique et l’Association des Enseignants et Chercheurs en Science Politique ont publié un communiqué commun sur ce sujet, disponible à ce lien : http://www.afs-socio.fr/actu/actu09N06.html

Continuer la lecture de Quelle liberté intellectuelle pour les universitaires ?

« Quel avenir pour les sciences sociales ? », si vous avez manqué le début…

Le 9 mars dernier, le Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Société en évolution, science sociale en mouvement » organisait une journée de débats intitulée : « Quel avenir pour les sciences sociales ? ». Pour ceux qui n’auraient pas pu assister à l’ensemble des débats, Giovanni Prete en propose ici un compte-rendu appliqué.

Par Giovanni Preste[1]

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP a organisé une journée de débats le 9 mars dernier autour de l’avenir des sciences sociales. Alors que d’importantes mobilisations sont en cours, il semblait important de s’interroger sur deux questions centrales : le financement de la recherche en SHS et l’enseignement des SES du lycée au supérieur. Le programme constitué de présentations de travaux de recherche, de témoignages et d’échanges avec la salle, se voulait à la fois ancrée dans l’actualité des réformes et un moment de partage de connaissances capables de mettre en perspective ces réformes et de les aborder de manière plus critique.

Continuer la lecture de « Quel avenir pour les sciences sociales ? », si vous avez manqué le début…

Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Par Jean-François Bayart, directeur de recherches au CNRS

En annonçant la rupture, Nicolas Sarkozy n’avait pas trompé sur la marchandise. Malgré ses incohérences discursives de chauve-souris (voyez mes ailes, je suis libéral et atlantiste, voyez mon corps, je suis national et protecteur), ses objectifs sont clairs : d’une part, soumettre la société française à la dictature d’une rationalité strictement comptable, quantitative et financière, celle du New Public Management, en cassant l’autonomie des corps intermédiaires, des institutions, des métiers ; de l’autre, la corseter à grand renfort de lois liberticides, de fichiers, de vidéosurveillance, de descentes policières aux abords des écoles et dans les établissements eux-mêmes sous prétexte de lutte contre l’immigration clandestine et la drogue, d’ingérences dans les médias, la magistrature ou le monde des affaires, d’invocations étatiques de l’ « identité nationale » (incitations à la délation à l’appui), de traques contre une « ultragauche » censée être virulente mais dont les juges ont quelque peine à établir la culpabilité. D’un côté, le néo-libéralisme ; de l’autre, le dirigisme, et de plus en plus l’autoritarisme. En bref, le national-libéralisme.

Continuer la lecture de Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Le Savoir en colère

Directeur de recherches au CNRS dans un « laboratoire en lutte », spécialiste de sociologie politique de l’Etat et de la « politique par le bas », Jean-François Bayart propose dans une courte mais percutante tribune une analyse des raisons du mouvement actuel des enseignants-chercheurs. Où le mépris affiché jusqu’au plus haut sommet de l’Etat associé à la propagation de nombreuses contre-vérités sur l’état de la recherche universitaire française ne joue pas un rôle négligeable.

Continuer la lecture de Le Savoir en colère

Compte-rendu du conseil scientifique du département SHS du CNRS du 22 janvier 2009

Le conseil scientifique du département SHS du CNRS s’est réuni à Paris le 22 janvier 2009, avec à son ordre du jour, notamment, une intervention de C. Bréchignac sur la procédure de nomination du futur directeur scientifique de l’INSHS, et un point sur l’avenir de la recherche en SHS dans le cadre des réformes actuelles.

 

Continuer la lecture de Compte-rendu du conseil scientifique du département SHS du CNRS du 22 janvier 2009