Une pétition en faveur de Julien Duval

Le jury d’admission du CNRS du 12 juin 2014 a éliminé Julien Duval de la liste pour le recrutement des directeurs de recherche où la section 36  du comité national du CNRS l’avait classé en rang utile. Une telle élimination est très exceptionnelle et symboliquement plus violente qu’un simple déclassement. Outre qu’elle témoigne d’un profond mépris pour le travail d’évaluation des membres du comité national, elle est en l’occurrence totalement injustifiée. Julien Duval est en effet un chercheur accompli, reconnu dans ses domaines de spécialisation, la sociologie de la culture et des médias, la sociologie économique, les méthodes quantitatives, et fortement investi dans les différentes activités attendues d’un directeur de recherche au CNRS. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages ayant eu un écho par-delà la communauté scientifique et publie régulièrement dans les meilleures revues, a organisé d’importantes manifestations scientifiques, participe très activement à l’animation des Actes de la recherche en sciences sociales, dirige des publications collectives (dont un ouvrage en anglais sous presse chez Routledge). Actuellement directeur adjoint du Centre européen de sociologie et de science politique(UMR8209), il a été directeur adjoint du Master Sociologie de l’EHESS, où il dispense, depuis 2005, un enseignement très prisé de sociologie quantitative et encadre des étudiants de master et de doctorat (il donne aussi des cours de sociologie à l’ENSAE, à l’IEP de Toulouse et à l’Université Paris-Descartes). Julien Duval a également été membre de la section 36 du Comité national du CNRS de 2008 à 2012. Son élimination est donc particulièrement inique, et témoigne d’un arbitraire institutionnel inacceptable qui manifeste une dérive inquiétante quant à l’autonomie et au respect accordés au jugement des pairs.

Une pétition a été lancée en ligne pour la réintégration de Julien Duval en rang utile dans le classement pour le recrutement des directeurs de recherche. Vous pouvez la signer à cette adresse :

https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/m-alain-fuchs-r%C3%A9int%C3%A9gration-de-julien-duval

Informations sur la nouvelle section 19 du CNU, par son bureau

Pendant la précédente mandature, la section 19 (sociologie, démographie) du Conseil national des universités (CNU) s’était distinguée des autres sections par des pratiques d’auto-promotion qui avaient scandale et entraîné la démission de plusieurs membres de la section. Avec le succès massif (plus de 80% chez les professeurs, plus de 90% chez les maîtres de conférences) de la liste de reconstruction aux dernières élections, on pensait cette période noire terminée. Il n’en est rien : la désignation des membres de la section nommés par le Ministère sème à nouveau le trouble… Pour y voir un peu plus clair, AGORA publie ce communiqué du bureau tout juste élu de la section 19…

La crise de la section 19 du Conseil National des Universités (CNU) a fait couler beaucoup d’encre ces deux dernières années. Des pétitions avaient circulé et avaient été signées par des centaines de collègues sociologues et démographes condamnant les pratiques d’autopromotion et réclamant la dissolution de la section. Le ministère refusa. Face à cet état de fait, les associations professionnelles (ASES et AFS) et les syndicats Sgen-CFDT et Snesup ont porté l’idée d’une liste « ouverte et de reconstruction » où seraient représentées les différentes sensibilités et les différentes traditions de recherche sociologiques. Celle-ci fut construite au cours de longues réunions où syndiqués et non syndiqués réaffirmaient, ensemble, la nécessité de plusieurs critères déontologiques (refus des auto-promotions, transparence des critères d’évaluation, refus de la hiérarchisation des dossiers d’évaluation des enseignants-chercheurs en A, B, C…). Etaient également rappelés un certain nombre de principes de base : parité, respect des équilibres géographiques, respect des différentes conditions d’exercice de la sociologie… La plupart des syndicats acceptaient de mettre en suspens leurs divergences ponctuelles, actant de la situation particulière en section 19.

Les résultats des élections furent les suivants :

Pour les rang A

– Liste ouverte et de reconstruction : 80,35% des voix (139 sur 173 scrutins exprimés) = 10 sièges sur 12

– Unsa : 19,65% des voix (34 voix sur 173 scrutins exprimés) = 2 sièges sur 12

Pour les rang B

– Liste ouverte et de reconstruction : 90,11 % des voix (310 sur 344 scrutins exprimés) = 11 sièges sur 12

– Unsa : 9,89% des voix (34 voix sur 344 scrutins exprimés) = 1 siège sur 12

La représentativité au regard de l’ensemble de la communauté des collègues de la liste ouverte et de reconstruction est indéniable. Il nous semblait clair qu’à travers ces élections le ministère aurait la preuve de l’affirmation par la communauté des sociologues d’une volonté de tourner la page.

Les nominations.

Pour rappel, le CNU est composé pour un tiers de nommés. Selon les textes officiels ces nominations doivent permettre notamment de corriger les déséquilibres géographiques ou d’orientations disciplinaires.

Première déconvenue. En arrivant jeudi 24 novembre, le matin de la première réunion de la section 19, personne n’avait eu connaissance de la liste définitive des nommés. C’est illégal. La liste était supposée être publiée au Bulletin Officiel, accompagnée d’une publication des CV sur GALAXIE. Le matin de la réunion, une feuille transmise par l’administration précisait une liste de nommés mais certains des noms étaient mal orthographiés ou le prénom manquait, certains binômes étaient incomplets et ne comportaient aucun suppléant. Pour information, voici la liste des nommé-e-s telle que nous pouvons la reconstituer aujourd’hui, sous toute réserve (puisque rien n’est publié au JO) :

Rang A titulaires : Philippe Combessie (Nanterre), Joëlle Deniot (Nantes, liste UNSA – a démissionné), Michèle Dion (Université de Bourgogne), Philippe Joron (Montpellier 3, liste UNSA), Sebastien Schehr (Université de Savoie), Patrick Tacussel (Montpellier 3).

Rang A suppléant-e-s : Charles Cuin (Bordeaux 2), Anne-Marie Mamontoff (Perpignan), Olivier Sirost (Rouen), manquent 3 suppléant-e-s.

Rang B titulaires : Jean-Yves Dartiguenave (Rennes 2- Liste UNSA), Alejandra Gaviria (IUT Le Havre, liste UNSA), Aurélie Jeantet (Paris 3), Myriam Klinger (Strasbourg), Zaihia Zeroulou (Lille 1) (+ une case incomplète et sans prénom sur la liste).

Rang B suppléant-e-s : Maryse Gaimard (Bordeaux 2), Eric Letonturier (Paris 5), Vincenzo Susca (Montpellier 3), manquent 3 suppléant-e-s.

Aujourd’hui, nous ne connaissons toujours pas la liste définitive des nommé-e-s et nous ne savons pas quand auront lieu les publications au journal officiel. La situation ne concerne pas que la sociologie. La section philosophie (17) n’ayant pas non plus une liste de nommé-e-s régulière, n’a pas pu installer son bureau. Lors de la réunion du groupe de sections SHS le 24 octobre après-midi, un constat édifiant était fait : aucune section n’était épargnée par cette situation.

En section 16 (psychologie), manquait 1 PR suppléant, en section 18 (Architecture) 1PR suppléant et 2 MC suppléants manquaient à l’appel. En section 20 (anthropologie / ethnologie) manquaient 3 suppléants MCF, et un suppléant PR. En section 21 (histoire ancienne et médiévale), manquaient 1 suppléant MCF et 5 suppléants PR. En section 22 (histoire moderne et contemporaine) manquaient 3 suppléants MCF et 6 suppléants PR. En section 23 (géographie) manquaient 2 suppléants MCF et 2 suppléants PR. En section 24 (aménagement) manquait 1 MCF suppléant…

Réuni le 24 novembre après-midi, le groupe de sections SHS refusait alors d’élire son président et rédigeait cette motion commune, transmise au ministère :

« Les membres du groupe IV du CNU, réunissant les sections 16 à 24, en l’absence de la 17eme protestent de la manière dont les sections ont été réunies : des binômes de membres nommés incomplets selon des critères géographiques et disciplinaires contestables accentuant parfois les déséquilibres qu’ils étaient censés corriger. Ils exigent que les listes définitives des sections soient complétées et publiées au BO et sur GALAXIE assortie des CV, pour permettre l’attribution des dossiers de qualification dans des délais décents pour les candidats. Ils souhaitent obtenir rapidement des précisions écrites sur les droits et missions des suppléants, leur capacité à siéger et être défrayés. Ils réclament enfin le plus rapidement possibles des éclaircissements sur le nouveau travail d’évaluation des dossiers individuels demandé aux sections. »

Dans la situation actuelle, en l’absence d’une liste stabilisée des membres nommés, nous ne sommes pas en mesure de distribuer les 81 dossiers de candidature à la qualification de PU et les 524 dossiers de candidature à la qualification de MCF que la section 19 a reçus, en tenant compte des incompatibilités institutionnelles légales. Nous ne pouvons qu’inviter l’ensemble des collègues sociologues à exprimer directement ou à travers leurs associations professionnelles leur désaccord sur cette situation. Nous invitons également les associations représentant les doctorants à contester auprès du ministère l’absence de transparence élémentaire dans laquelle débute cette session : les candidates et candidats ne savent toujours pas à l’heure où nous écrivons ces lignes les noms de l’ensemble de leurs pairs qui siègeront au CNU.

Le bureau de la section 19

Isabelle Astier

Céline Bessière

Sylvain Laurens

Olivier Martin

La section sociologie du CNU en pleine crise

Par Joseph Confavreux

Agora reproduit ici, avec la très aimable autorisation de son auteur, cet article de Joseph Confavreux, initialement paru le jeudi 23 juin 2011 dans Mediapart, à l’adresse suivante : http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/230611/querelles-de-chapelles-et-de-personnes-dans-la-section-sociologie-du-cn

L’abcès se loge, depuis des années, au cœur du fonctionnement complexe de l’Université française. La section de sociologie du Conseil national des Universités vient de promouvoir, de nouveau, à des postes prestigieux, certains de ses propres membres. Une pratique qui incarne les petits arrangements et les conflits d’intérêts qui traversent une partie de la recherche française. Sur fond de dispute violente et récurrente entre les principaux représentants de la sociologie française et une de ses tendances, emmenée par Michel Maffesoli, par ailleurs candidat au fauteuil de Claude Lévi-Strauss à l’Académie française, dont l’élection se déroule jeudi 23 juin.

Continuer la lecture de La section sociologie du CNU en pleine crise

Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Nous vous relayions il y a quelques jours la déclaration de professeurs siégeant au sein de la 19e section du CNU et dénonçant les  nouvelles auto-promotions dont elle a été le théâtre. Pour compléter cette dernière, nous reproduisons, avec sa permission, la lettre ouverte qu’Alain Quemin a adressé à ses collègues. Voilà qui devrait alimenter les discussions au prochain Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), début juillet à Grenoble, où les principaux intéressés ne seront malheureusement sans doute pas présents…

Continuer la lecture de Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Censure à « Hommes et Migrations » ?

Le « durcissement » politique actuel sur la question migratoire ne cesse décidément de distiller ses effets. Dernier épisode en date : l’annulation d’un débat intitulé « Postcolonialisme ou situation postcoloniale ? » qui devait se tenir à la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI) à Paris, institution qui malgré sa création récente, n’en est pas à sa première controverse. En cause : le refus de la contribution de Nicolas Bancel dans le dossier issu de ces journées et coordonné par Esther Benbassa, qui devait paraître dans le prochain numéro d’Hommes et Migration. Joseph Confavreux a ainsi enquêté sur cette « affaire » pour le site Médiapart et en conclut à un cas de censure pour le moins inquiétant. Les non-abonnés pourront le lire sur le site d’Esther Benbassa, qui propose également d’autres articles réalisés autour de cette histoire. Epilogue : le dossier sur la France postcoloniale en question paraîtra finalement en septembre, mais dans la revue… Mouvements !

Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

On pensait qu’après le scandale déclenché l’année dernière par les auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie), puis l’affaire de plagiat impliquant Ali Aït Abdelmalek, son premier vice-président, Claude Dubar s’était demandé dans un long billet : « Comment en est-on arrivé là ? » La formulation de la question laissait penser qu’il n’était guère possible de tomber plus bas. Et on pouvait croire que les membres de la 19ème section rescapés de ce naufrage feraient profil bas…

Erreur ! Il était en fait possible de faire pire. La rumeur courait depuis quelques jours d’une nouvelle vague d’auto-promotions parmi les professeurs siégeant dans la 19ème section. Cette déclaration, publiée ce soir par cinq de leurs collègues, le confirme…

Continuer la lecture de Sociologie : la 19ème section du CNU achève de se ridiculiser

Charte déontologique de l’AFS : le débat n’est pas (complètement) clos…

A l’occasion du dernier congrès de l’Association française de sociologie (AFS) en 2009, un projet de charte déontologique avait été proposé par certain-e-s, provoquant de vives discussions et un vote qui avait conduit à son rejet, ainsi que nous l’avions relaté à l’époque.

Un groupe de travail s’était alors mis en place, élaborant un second projet présenté en avril 2010, suscitant alors malheureusement bien peu de réactions. Dans l’optique de la prochaine Assemblée générale, qui se tiendra lors du prochain congrès de l’association, à Grenoble le 7 juillet prochain, le Comité Exécutif de l’AFS a décidé de lancer une consultation indicative – mais seulement auprès de ses membres à jour de cotisation, hélas – afin d’évaluer le degré d’adhésion au texte actuel et repérer des modifications qui pourraient être apportées à ce dernier.

Vous pouvez donc prendre connaissance de ce projet… Et si vous êtes membre de l’AFS, vous pouvez vous exprimer à son sujet en cliquant sur les liens contenus dans le courrier que vous avez probablement reçu. La date limite pour répondre est fixée au lundi 23 mai.

Quand les chercheurs n’osent plus chercher

A lire (entre autres…) dans le numéro de mars du Monde diplomatique, un article signé Howard S. Becker  et intitulé « Quand les chercheurs n’osent plus chercher« . Où l’auteur d’Outsiders et des Mondes de l’art (entre autres…) revient sur les formes insidieuses d'(auto-)censure qui s’installent progressivement dans le monde académique des sciences sociales. A lire et à méditer…

« Nous refusons la liquidation des Sciences économiques et sociales »

La procédure en cours de modification des programmes de sciences économiques et sociales (SES) au lycée fait l’objet de vifs débats depuis des mois, dont il est régulièrement fait écho ici. Plusieurs associations d’enseignants-chercheurs en sciences sociales dans le supérieur viennent de rendre public un appel contre ce qu’elles considèrent comme une « liquidation » du projet des SES et que nous accueillons ici à leur demande, en invitant chacune et chacun à signer le texte si elle ou il se sent en accord avec son contenu.

Malgré leur succès avéré auprès des élèves, les Sciences économiques et sociales (SES), matière enseignée au lycée depuis 40 ans, font à nouveau l’objet de projets visant à leur liquidation. La réforme des programmes engagée, dont le but explicite est de « refonder » les SES, tourne le dos à ce qui constitue la valeur et l’attrait de cette matière : la possibilité d’apporter aux lycéens des connaissances et des méthodes leur permettant de mieux comprendre la réalité économique et sociale, en privilégiant des outils qui leur seront, en outre, durablement utiles, en tant que citoyens, étudiants, ou actifs.

Continuer la lecture de « Nous refusons la liquidation des Sciences économiques et sociales »

Pinar Selek de nouveau acquittée

La sociologue turque Pinar Selek qui subit un véritable harcèlement judiciaire de la part du Ministère public pour sa défense acharnée des minorités, vient d’être acquittée pour la troisième fois par la douzième chambre de la Haute cour criminelle d’Istanbul. Une décision dont on peut se réjouir, même si la procédure n’est pas pour autant terminée car cette décision doit encore être examinée par le Haut conseil général pénal de la Cour de cassation. On peut entendre la réaction de cette dernière sur le site de la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme, ainsi que le commentaire de l’avocat Martin Pradel, observateur mandaté au procès.